Sudan

Tribus vulnérables au sud du Soudan: les Murles

Source
Posted
Originally published
Administratrice (Nathalie Caron)
Vue de l'Afrique de l'Est, la vie n'a parfois rien à voir avec ce que l'on connaît chez nous...

Savez-vous qu'une des tribus vivant au sud du Soudan, la tribu des Murles, boit l'eau stagnante à même la rivière alors que les poissons y meurent pour cause de sécheresse ?

Imaginez que ces gens n'ont pas d'autres sources d'eau à moins de plusieurs heures de marche. Les plaies en disent aussi long sur les problèmes d'hygiène rencontrés à Tambura, un camp improvisé où vivent 16000 personnes déplacées, lorsque les piqûres d'insectes non soignées se transforment en ulcère et attaquent l'os. On comprend alors aisément que l'enseignement des notions d'hygiène essentielles suffit à réduire considérablement le taux de mortalité au sein de ces populations.

Quant à la pauvreté elle n'a pas besoin de beaucoup de mots pour être décrite lorsque les gens n'ont rien. La nudité des adultes parle d'elle-même. Mais les plus vulnérables restent les enfants dont la condition fragile résiste mal à l'hostilité d'un tel environnement. Parmi ceux qui atteindront l'âge adulte combien encore auront été des enfants soldats ? Tous sont comptés victimes, prisonniers de la folie des hommes. A la même heure, d'autres hommes projettent une nouvelle guerre en milliards alors qu'ici les organisations humanitaires n'ont pas assez de ressources ni de capacité pour secourir les millions d'innocents laissés pour compte.

Pour ceux d'entre nous qui nous sommes engagés avec Medair aux côtés des victimes, l'homme qui se reconnaît en Dieu a un autre avenir que la souffrance et la guerre. Car l'homme réconcilié avec Dieu découvre qu'il lui ressemble et de là, naît le désir d'être comme Dieu, porteur de vie et de réconciliation. Personne ne peut sauver l'humanité si ce n'est le Christ mais tout homme est appelé à y participer. Le vrai destin de l'homme c'est d'exister dans la lumière de Dieu et de le suivre. Parfois cela veut dire qu'il nous conduit jusqu'au Soudan.

C'est ce que nous ressentons par exemple à Lekuangale, lieu de vie des Murles dont la région est maintenant menacée par la sécheresse, comme si 20 ans de guerre n'avaient pas suffi à conjuguer les drames! Cette tribu est d'autant plus vulnérable qu'aucune assistance humanitaire ne leur a été portée depuis 12 ans. C'est la raison pour laquelle notre équipe mobile leur a porté régulièrement secours pendant l'année 2002 et qu'une équipe permanente est en train de s'y installer pour mettre en place des programmes d'urgence en matière de santé, d'eau et d'hygiène. Une fois le campement et les mesures de sécurité mises en place, la première phase du programme consistera à évaluer les cas de maladies sexuellement transmissibles afin d'apporter une réponse adéquate par l'intermédiaire d'une campagne de traitement massive. On espère l'impact double car on sait que la stérilité provoquée par les maladies conduit les Murles à voler les enfants des tribus voisines...