Criquet pèlerin - Mise à jour 27 février 2013

Déplacement d’essaims vers le nord de l’Égypte et le Soudan

La situation relative au Criquet pèlerin continue à être préoccupante le long des deux rives de la mer Rouge où les larves et les ailés forment des groupes, de petites bandes et des essaims dans le nord-est du Soudan, le sud-est de l’Égypte, sur la côte de la mer Rouge de part et d’autre de la frontière soudano-érythréenne et sur la côte septentrionale de la mer Rouge, en Arabie saoudite. Quelques groupes et essaims se sont récemment déplacés à partir de ces zones.

Au Soudan, des groupes d’ailés et des essaims immatures ainsi que quelques groupes et essaims matures se sont déplacés à partir du nord-est, traversant le désert de Nubie et atteignant Abu Hamed le 13 février et la vallée du Nil, aussi loin au nord que Dongola, le 23. Malgré les opérations de lutte immédiatement déclenchées, des dégâts ont été signalés sur les cultures d’hiver et les palmiers-dattiers. Des bandes larvaires et des essaims étaient également présents sur la côte méridionale.

En Égypte, des groupes d’ailés et des essaims immatures se sont déplacés vers le Nord tout au long de la côte de la mer Rouge, atteignant Ras Gareb, au sud de Suez, le 26 février. D’autres groupes d’aillés ont quasiment atteint la vallée du Nil, au nord d’Assouan.

En Érythrée, au moins un essaim est arrivé dans les plaines septentrionales de la mer Rouge le 22 février, en provenance des zones du Soudan adjacentes à la frontière.

En Arabie saoudite, quelques groupes d’ailés immatures et un essaim immature se sont déplacés ces derniers jours vers le Nord dans les zones sub-côtières, en direction de Duba. Une deuxième reproduction est en cours dans les plaines côtières septentrionales, entre Rabigh et Yenbo, où les éclosions ont commencé il y a quelques jours et où de nouveaux groupes et bandes larvaires se forment. Des bandes larvaires sont présentes sur la côte centrale, près de Lith.

Les opérations de lutte terrestre et aérienne se poursuivent au Soudan et en Arabie saoudite et des traitements terrestres sont en cours en Égypte.

L’actuelle résurgence est issue d’une reproduction qui a eu lieu l’été dernier dans l’intérieur du Soudan, où des groupes d’ailés et des essaims se sont formés puis déplacés vers le sud de l’Égypte et le nord-est du Soudan en novembre. Quelques groupes ont traversé la mer Rouge en direction de l’Arabie saoudite alors que plusieurs groupes et essaims faisaient leur apparition dans les plaines côtières, des deux côtés de la frontière soudano-érythréenne. La première génération s’est déroulée de novembre 2012 à janvier 2013.

PRÉVISIONS

Il existe un risqué faible à modéré que quelques groups d’ailés et petits essaims continuent vers le Nord les long des deux rives de la mer Rouge en Égypte et en Arabie saoudite, atteignant le Delta du Nil, la péninsule du Sinaï et au-delà durant les périodes de vent chaud de secteur Sud associées aux dépressions méditerranéennes se déplaçant vers l’Est. Israël, la Jordanie et le Liban devraient être en état d’alerte.

Une deuxième génération aura lieu au Soudan, en Égypte et en Arabie saoudite en mars mais on s’attend à ce qu’elle soit à une échelle plus petite à cause des opérations de lutte et du dessèchement de la végétation. En conséquence, les éclosions et la formation de bandes larvaires auront lieu en mars et de nouveaux essaims pourraient se former début avril. D’ici là, les conditions écologiques seront probablement sèches le long des deux rives de la mer Rouge, sauf si davantage de pluies tombe, et les essaims devraient se déplacer vers les vastes zones de reproduction printanière de l’intérieur de l’Arabie saoudite et peut-être atteindre le sud de l’Iran et l’ouest du Pakistan.

Tous les efforts sont requis pour poursuivre les opérations de prospection et de lutte dans les pays affectés de manière à détecter et traiter toutes les infestations et réduire la menace potentielle sur les cultures et de migration vers les aires de reproduction printanière.