Sierra Leone + 3 more

Lettre datée du 12 mars 2015, adressée au Président de l’Assemblée générale par le Secrétaire général - Point sur l’épidémie d’Ebola (A/69/812)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

La présente lettre, qui a trait aux activités menées par l’Organisation des Nations Unies contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, porte sur les faits intervenus entre le 1er février et le 1er mars 2015, date qui correspond au cent-cinquantième jour suivant la création de la Mission des Nations Unies pour l’action d’urgence contre l’Ebola (MINUAUCE). On y trouve retracés les efforts déployés par mon Envoyé spécial pour l’Ebola et la MINUAUCE, ainsi que les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs énoncés dans la résolution 69/1 de l’Assemblée générale depuis mon compte rendu du 10 février 2015 (A/69/759).

Point sur l’épidémie d’Ebola

Au 1er mars 2015, 23 969 cas confirmés, probables ou suspects d’Ebola et 9 807 décès avaient été signalés au total dans quatre pays qui sont touchés par l’épidémie (Guinée, Libéria, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et Sierra Leone) et cinq pays qui l’ont été (Espagne, États-Unis d’Amérique, Mali, Nigéria et Sénégal).

Après avoir nettement diminué (seuls 99 cas confirmés ont été signalés pour la semaine terminée le 25 janvier), le nombre de nouveaux cas est resté stable en février – de 100 à 150 cas signalés chaque semaine. Ces chiffres sont là pour nous rappeler que l’éradication de la maladie ne sera pas linéaire et qu’il faudra redoubler d’efforts. L’épidémie est devenue plus localisée, 94 % de l’ensemble des cas confirmés pour la semaine terminée le 1er mars se trouvant dans un arc correspondant à la zone côtière de l’ouest de la Guinée et aux zones côtière et occidentale de la Sierra Leone. Cet état de fait confirme qu’il importe d’appliquer des stratégies ciblées dans les zones sensibles où le taux de transmission est élevé et de ne pas baisser la garde dans les zones où le taux de transmission est faible, d’autant que l’arrivée imminente de la saison des pluies pourrait causer des difficultés.