Sierra Leone + 8 more

Bulletin hebdomadaire d'information No. 50 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

(du 11 au 17 décembre 1999)

SIERRA LEONE: Deux députés américains demandent des sanctions contre les ventes illégales de diamants

Deux membres de la Chambre des Représentants américaine ont appelé les Nations Unies à assortir leurs efforts de maintien de la paix d'un embargo sur les ventes illégales de diamants de Sierra Leone, a rapporté l'agence américaine Newswire. A leur retour d'un voyage en Sierra Leone, Tony Hall et Frank Wolf ont déclaré que le droit international devait sanctionner tout diamant qui ne serait pas certifié par la Commission pour la gestion des ressources stratégiques, la reconstruction nationale et le développement.

SIERRA LEONE: Il y a plus d'enlèvements que de libérations&

Le Comité sierra-léonais des droits de l'Homme (SLHRC) indique, dans son 'Bulletin de la Mise en oeuvre de l'Accord de Lomé', que le nombre de cas d'enlèvements signalés est maintenant supérieur au nombre de libérations de personnes enlevées, note la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (UNAMSIL) dans son premier rapport sur les droits de l'Homme.

Le bulletin précise cependant que la récente mise en place du Comité de Révision Constitutionnelle est un pas important sur la voie de l'application des clauses de l'Accord de Paix de Lomé relatives aux droits de l'Homme.

SIERRA LEONE: Des ONG locales reçoivent une formation internationale

Un certain nombre de militants des droits de l'Homme et de dirigeants d'ONG ont pris part à une série de programmes de formation internationaux organisés avec le soutien de l'UNAMSIL. Ces programmes de formation ont pour objectif de donner à des membres d'ONG locales les compétences nécessaires pour travailler dans le domaine du monitorage, de la documentation et de l'intervention en matière des droits de l'Homme.

SIERRA LEONE: Une équipe de formation de l'UNAMSIL consulte l'ECOMOG

Une équipe de trois membres des Nations Unies à New York a rendu visite à l'ECOMOG mardi, pour discuter des modalités d'un programme de formation destiné aux membres de l'UNAMSIL qui arrivent, indique un communiqué de presse de l'ECOMOG.

Le chef de la délégation, Emmanuel Erskine, a précisé que le programme de formation visait à aider les nouveaux casques bleus des Nations Unies à s'adapter à leur rôle dans le pays. L'équipe s'occupera de former un groupe de formateurs qui à leur tour formeront les soldats de l'UNAMSIL, selon l'ECOMOG.

SIERRA LEONE: Forte présence de l'ECOMOG à Port Loko, Kabala est calme

L'ECOMOG a établi une forte présence dans la ville septentrionale de Port Loko, o=F9 des bandits armés harcèlent les civils depuis le début du programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) en Sierra Leone, indique l'Unité de coordination de l'aide humanitaire (UCAH) à Freetown.

L'UCAH signale également qu'un bataillon de l'ancienne armée de Sierra Leone (ex-SLA) assure la protection de la ville septentrionale de Kabala, et que le personnel local et international y est en sécurité.

Bien que la ville ne soit pas menacée par le RUF, la présence de 2 000 hommes de l'ex-SLA représente une menace potentielle, estime l'UCAH dans son dernier rapport de situation; elle ajoute que selon certaines informations, des civils seraient harcelés dans les villages environnants.

Parallèlement, Kabala est confronté à un autre problème. La ville ne dispose d'aucun approvisionnement en eau potable, il n'y a ni latrines ni installations sanitaires dans le camp pour personnes déplacées, signale l'UCAH.

La situation alimentaire est sous contrôle puisque que le riz des plateaux a mûri récemment et que le riz des bas-fonds sera bientôt prêt pour la récolte, mais une mission inter-agences qui a visité Kabala le 23 novembre a remarqué qu'un certain nombre de personnes déplacées et d'autres groupes vulnérables dans la ville et ses alentours n'ont pas d'argent pour acheter de la nourriture.

Plus de 1 500 personnes déplacées se sont récemment fait enregistrer dans le camp, et d'autres attendent de pouvoir le faire, précise l'UCAH.

SIERRA LEONE: Le nombre de personnes déplacées diminue à Kenema

Le nombre de personnes déplacées dans le district oriental de Kenema a chuté de 63 319 à la fin du mois d'octobre à 47 199 un mois plus tard; les villageois ont profité de la saison sèche pour rentrer chez eux et faire les récoltes, signale l'UCAH.

SIERRA LEONE: Libération des volontaires de MSF

Deux volontaires de Médecins Sans Frontières (MSF), enlevés voici plus d'une semaine par des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF), dans l'est de la Sierra Leone, ont été libérés sains et saufs, a indiqué jeudi à IRIN une source MSF à Freetown.

Le commandant du RUF, Sam Bockarie avait fait savoir la semaine dernière que les deux hommes avaient été enlevés pour attirer l'attention de la communauté internationale sur son mécontentement par rapport au programme de désarmement et démobilisation.

SIERRA LEONE: Les donateurs sont lents à répondre au DDR, selon Saferworld

La moitié à peine des 50 millions de dollars nécessaires pour soutenir le programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR), en cours en Sierra Leone, a été reçue à ce jour et la réponse de l'UE dans son ensemble s'est révélée "insuffisante", indique cette semaine Saferworld, un groupe de recherche basé à Londres. "Tous les gouvernements européens devraient soutenir ce travail crucial", déclare Saferworld dans la 16ème édition de son bulletin sur les armes, publié le 15 décembre.

SIERRA LEONE-LIBERIA: Sankoh s'entretient avec Taylor

Le dirigeant du RUF, Foday Sankoh, s'est entretenu mardi avec le Président libérien, Charles Taylor, ont indiqué mercredi à IRIN des sources dans la capitale libérienne, Monrovia. Il s'agissait d'une visite informelle, mais M. Taylor a tenu à exprimer son souhait de voir le processus de paix continuer à progresser, a déclaré le Ministre libérien de l'information, Joe Mulbah. Selon des sources humanitaires à Monrovia, M. Sankoh a déclaré que ses relations avec le commandant Sam Bockarie étaient "cordiales". M. Bockarie a récemment accusé M. Sankoh d'avoir envoyé un escadron de la mort pour le tuer.

LIBERIA: Pas de violations des droits de l'Homme à Lofa, dit le gouvernement

Le gouvernement du Liberia dément les informations avancées récemment par l'association libérienne des avocats et certains observateurs des droits de l'Homme, lesquelles faisaient état d'une résurgence de la violence et des violations des droits de l'Homme, notamment du harcèlement, des viols et des meurtres perpétrés par les forces de sécurité, dans le comté septentrional de Lofa. "Ces informations sont beaucoup de bruit pour rien", a déclaré mercredi à IRIN le Ministre de l'information, Joe Mulbah.

Il a cependant ajouté que le gouvernement menait une enquête sur des informations datant de deux semaines, selon lesquelles des hommes armés non identifiés harcèlent les civils dans le comté de Lofa.

LIBERIA: L'ONG Focus soutient la création d'une Commission Vérité

Le groupe de défense des droits des enfants, FOCUS, a marqué son désaccord par rapport à l'opposition du Président Charles Taylor à la création d'une Commission Vérité, a rapporté mardi Star Radio.

Selon FOCUS, une Commission Vérité pourrait constituer un forum de dialogue entre les victimes et les coupables d'atrocités commises pendant la guerre civile, indiquait Star Radio. L'ONG considère qu'un tel dialogue favoriserait la démocratie et consoliderait la paix et le respect de l'état de droit.

Dimanche, M. Taylor s'était déclaré opposé à la création d'une telle commission, estimant que cela provoquerait des violences civiles et ferait régresser le processus de réconciliation.

LIBERIA: Un militant des droits de l'Homme arrêté par les forces de sécurité

Le directeur de FOCUS, une ONG de défense des droits de l'enfant à Monrovia, a été arrêté mercredi par les forces de sécurité, a signalé à IRIN le Coordinateur National du Centre National des droits de l'Homme (NHRC) au Liberia.

Le directeur de Focus, James Torh, a été inculpé de sédition pour des remarques qu'il aurait faites dans une école secondaire de Monrovia, a précisé le coordinateur du NCRC, Jappah Nah. Selon M. Nah, qui lui a rendu visite pendant sa garde à vue, M. Torh dément avoir fait aucune déclaration séditieuse.

LIBERIA: Les derniers volontaires au rapatriement rentrent de Sierra Leone

Une opération de trois jours pour rapatrier les derniers Libériens volontaires au retour de Sierra Leone s'est achevée dimanche, a signalé mardi le HCR.

Quelque 213 réfugiés ont été transportés par voie aérienne à partir de Bo, dans le sud du pays, Kenema, dans l'est, et Freetown. Plus de 1.800 des quelque 8.000 réfugiés libériens en Sierra Leone ont choisi de rentrer chez eux. La plupart d'entre eux ont fait ce choix lorsque les combats dans la capitale, en janvier 1999, ont coupé l'aide vers les camps de réfugiés, selon le HCR.

AFRIQUE DE L'OUEST: Le HCR demande l'ouverture des frontières entre la Guinée et le Liberia

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) a appelé les gouvernements du Liberia et de Guinée à rouvrir leur frontière commune pour les réfugiés qui rentrent. Entre 1997 et août 1999, lorsque les postes-frontières ont été fermés à la suite d'incidents de sécurité dans le nord du Liberia, environ 75 000 Libériens ont quitté la Guinée pour rentrer chez eux. Les retours à partir de la Côte d'Ivoire, le deuxième grand pays d'accueil, se sont poursuivis sans interruption.

Selon les estimations, depuis 1997, environ 340 000 des 480 000 Libériens qui avaient fui leur pays sont rentrés chez eux.

GUINEE: Amnesty demande la libération du dirigeant de l'opposition

Amnesty International a demandé mardi au gouvernement guinéen de libérer Alpha Condé, le dirigeant de l'opposition emprisonné, qui est accusé d'avoir tenté de quitter le pays illégalement et cherché à recruter des troupes pour déstabiliser la Guinée.

M. Condé, qui est arrivé en troisième position aux élections présidentielles du 14 décembre 1998 remportées par Lansana Conté, a été arrêté le lendemain du scrutin, dans le village de Pine près de la frontière avec la Côte d'Ivoire. Selon Amnesty, les raisons de l'arrestation d'Alpha Condé sont politiques et "les poursuites judiciaires à son endroit continuent d'être gravement entachées d'irrégularités".

Le gouvernement empêche ses avocats d'avoir accès au dossier, accuse AI, n'a pas ouvert le procès en septembre comme prévu, lui a refusé la libération sous caution, et n'autorise aucune visite de la famille. Selon Amnesty, plus de 60 membres du parti de M. Condé, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), ont été arrêtés après les élections et incarcérés pour quatre à cinq ans, et "la plupart d'entre eux disent avoir été torturés en prison".

GUINEE: Les agents de santé ont repris le travail

La Fédération syndicale professionnelle de la santé (FSPS) de Guinée a mis fin lundi à un mouvement de grève lancé la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail et le déblocage catégoriel de tous les agents de santé. Cette grève, qui avait commencé le 6 décembre, a pris fin lundi à l'issue de négociations entre le syndicat et des représentants du gouvernement, qui ont permis d'aboutir à un accord de compromis, a indiqué à IRIN une source médiatique.

GUINEE BISSAU: Le second tour de l'élection présidentielle fixé au 16 janvier

Le second tour des élections présidentielles de Guinée Bissau aura lieu le 16 janvier et la campagne commencera officiellement le 30 décembre pour se terminer le 15 janvier, a indiqué jeudi à IRIN une source humanitaire. Le second tour opposera Kumba Yala, du 'Partido de Renovacao Social', au Président par intérim, Malam Bacai Sanha.

GUINEE BISSAU: Libération de cinquante-neuf prisonniers politiques

Le procureur général adjoint de Guinée Bissau, Mamadou Balde, a signalé lundi que 59 des 380 prisonniers politiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest avaient été libérés, a indiqué à IRIN une source humanitaire. La source a précisé que 48 d'entre eux avaient été libérés sous caution; le Ministère de la justice doit décider dans les huit jours s'ils devront ou non passer en jugement. Les détenus sont essentiellement d'anciens partisans du président renversé, Joao Bernardo Vieira.

GUINEE BISSAU: Les avocats se choisissent un nouveau président

Les avocats de Guinée Bissau a élu Carlos Pinto Pereira à la présidence de leur association, ce qui, selon une source humanitaire, serait un signe de normalisation de la situation dans le pays. M. Pereira a prêté serment mercredi.

"C'est un pas positif", a estimé la source, qui explique que l'association est moins active que par le passé à cause de la guerre civile qui a éclaté dans le pays en juin 1998. Une renaissance de l'association, a-t-il dit, aiderait à équilibrer et restreindre le pouvoir du bureau du procureur général.

GHANA: Les victimes des inondations ont avant tout besoin d'eau potable

Les besoins prioritaires des populations dans les régions touchées par les récentes inondations au Ghana incluent un accès immédiat à l'eau potable, indique le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH) dans son rapport de situation pour la période du 5 au 10 décembre. Il est urgent d'assurer un approvisionnement en eau potable, en distribuant des réservoirs d'eau et en chlorant les puits contaminés, précise le rapport. Environ dix tonneaux de 50 kg de chlore devront être apportés pour suppléer les cinq tonneaux promis par l'UNICEF.

NIGERIA: Le parlement de Kano ajourne le débat sur l'imposition de la Charia

Les législateurs de l'Etat de Kano ont ajourné mercredi un débat sur une proposition d'introduction de la Charia, qui rencontre une opposition croissante des chrétiens et groupes laïcs du pays. Selon les médias, le débat, qui devrait reprendre en janvier, a été reporté en raison du décès d'un parent de Alhaji Ado Bayero, l'Emir de l'ancienne ville.

NIGERIA: Une ONG de défense des femmes condamne l'intégrisme religieux

Des femmes nigérianes ont manifesté leur opposition aux tentatives de certains Etats d'introduire des lois se présentant comme "musulmanes" ou "chrétiennes".

'Baobab pour les droits humains des femmes' et 13 autres groupes locaux de défenses des droits humains, qui s'étaient réunis en novembre, se sont élevés contre l'introduction de la Charia dans l'Etat de Zamfara et la menace d'appliquer des lois chrétiennes dans l'Etat de Cross River. "Ces décisions d'introduire des lois restrictives au nom de la religion sont tout à fait anticonstitutionnelles et leurs clauses violent nos droits", a déclaré Baobab.

"Nous appelons le président, les gouverneurs d'Etat, les ministres fédéraux et des Etats, ainsi que les commissaires à la justice et les procureurs généraux, à se prononcer et à prendre des mesures contre ces actes anticonstitutionnels", a déclaré Ayesha Imam, directeur exécutif de Baobab.

SENEGAL: La campagne de vaccination contre la polio dépasse les objectifs

Le Sénégal a obtenu une couverture de 106 pour cent des enfants entre 0 et 5 ans, lors de la seconde phase d'une campagne de vaccination contre la polio, qui s'est terminée le 4 décembre, a indiqué jeudi à IRIN une source au bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé à Dakar.

Selon cette source, 1,9 million d'enfants ont été vaccinés contre la polio et reçu de la vitamine A, soit plus que les 1,8 million d'enfants ciblés initialement. Au cours de la première partie de la campagne, du 4 au 5 novembre, 1,94 millions d'enfants avaient été vaccinés.

MAURITANIE: Aide européenne de 374 444 dollars

Deux mois après la demande d'aide lancée par gouvernement de Mauritanie, l'UE a donné l'équivalent de 374 444 dollars d'aide humanitaire aux victimes des inondations des régions mauritaniennes de Trarza, Brakna et Gorgol, signale le Bureau humanitaire de l'Union Européenne (ECHO).

BURKINA FASO: Des dizaines de milliers de gens rendent hommage à Zongo

Des dizaines de milliers de gens ont marché silencieusement dans les rues de Ouagadougou, lundi, en hommage au journaliste Norbert Zongo, dont le corps et ceux de trois autres personnes avaient été retrouvés calcinés dans sa voiture, le 13 décembre 1998.

A l'époque de sa mort, M. Zongo enquêtait sur le meurtre de David Ouédraogo, chauffeur du jeune frère du Président Blaise Compaoré, François Compaoré. Une enquête indépendante a identifié six membres de la garde présidentielle comme étant impliqués dans la mort de M. Ouédraogo mais aucun d'eux n'a été traduit en justice.

AFRIQUE: Mise en place d'un réseau pour la prévention des conflits

Un colloque sur la paix, la stabilité sociale et le développement durable dans les pays africains lusophones s'est achevé vendredi sur un appel à la création d'un réseau mondial pour la promotion de la paix et la prévention des conflits en Afrique.

Les anciens présidents, chercheurs et autres universitaires, et hommes politiques d'Angola, du Cap Vert, de Guinée Bissau, du Mozambique et de Sao Tome/Principe, qui participaient à la rencontre ont également recommandé qu'une semaine soit consacrée à la culture de la paix et de la tolérance.

Le colloque, qui s'est tenu du 7 au 10 décembre à Praia, au Cap Vert, était organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) en conjonction avec le gouvernement et la société civile du Cap Vert.

AFRIQUE DE L'OUEST: La CEDEAO approuve un plan pour accélérer l'intégration régionale

Les chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest ont approuvé vendredi des mesures visant à accélérer le processus de création d'une zone à monnaie unique avant le 1er janvier 2004. Dans un communiqué final, à la clôture de leur 22ème sommet, qui s'est tenu à Lomé, Togo, les 9 et 10 décembre, les neuf chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui participaient à la rencontre ont soutenu une proposition nigériane prévoyant qu'un groupe initial de pays, qui préfèrent emprunter la voie rapide vers l'intégration, prennent des mesures pratiques pour intégrer leurs économies.

AFRIQUE DE L'OUEST: Lever les obstacles à la libre circulation des personnes

Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé lors du 22ème sommet de la CEDEAO d'établir un mécanisme permanent pour éliminer les obstacles à la circulation entre les Etats membres. La réunion a relevé le fait que malgré l'existence d'un protocole de la CEDEAO sur la libre circulation des personnes et des biens, de nombreux points de contrôle subsistent sur beaucoup de grands axes routiers de l'Afrique de l'Ouest.

Le Nigeria a annoncé qu'il levait tous les points de contrôle sur les routes le reliant à ses voisins: le Bénin, le Cameroun, le Niger et le Tchad.

AFRIQUE DE L'OUEST: Protocole sur la prévention des conflits

Un Conseil de Sécurité et de Médiation doit être créé en Afrique de l'Ouest, dans le cadre d'un protocole sur la prévention, la gestion et le règlement des conflits, approuvé par le 22ème sommet de la CEDEAO, qui s'est achevé vendredi à Lomé. Dix pays ont été désignés pour siéger au Conseil: le Bénin, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Mali, le Nigeria, le Sénégal et le Togo.

Un conseil des sages sera également créé pour aider à préserver la paix dans la sous-région. Les membres de la CEDEAO ont été priés de soumettre des nominations pour ce conseil au secrétariat exécutif avant le 31 décembre 2000.

Abidjan, le 17 décembre 1999

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]