Sierra Leone + 8 more

Bulletin hebdomadaire d'information No. 2 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

(du 8 au 14 janvier 2000)

SIERRA LEONE: Le diamant au cour du conflit, selon un rapport

C'est le diamant qui finançait le conflit armé en Sierra Leone et son économie de guerre fortement criminalisée, selon les auteurs d'une nouvelle étude dont les recommandations incluent le déploiement à long terme de casques bleus des Nations Unies dans les principales régions diamantifères du pays.

Le rapport, intitulé 'Au cour du problème: les diamants de Sierra Leone et la sécurité humaine', est sorti mercredi. Publié par Partnership Africa-Canada et rédigé conjointement par Ian Smillie, Lansana Gberie et Ralph Hazleton, il est le produit de recherches menées tant en Sierra Leone qu'à l'extérieur, entre février et décembre 1999.

Il recommande, entre autres, que "des forces de sécurité spéciales des Nations Unies" soient déployées à long terme dans toutes les grandes régions diamantifères de Sierra Leone, et que le gouvernement s'engage à ce que transparence, normes supérieures et probité rigoureuse soient de mise dans les activités d'achats, d'expertise et de contrôle du diamant.

Parallèlement le Haut Conseil du Diamant d'Anvers a rejeté jeudi les allégations du rapport qui accuse la Belgique de fermer les yeux sur le trafic de diamant en provenance de Sierra Leone.

[Le rapport est disponible sur le site http://www.web.net/pac/ ]

SIERRA LEONE: La sécurité se détériore à Freetown, Lungi, Port Loko

L'anarchie et le banditisme augmentent à Freetown et ses environs, de même qu'à Lungi, une ville proche de Freetown, et à Port Loko, au nord-est de la capitale sierra-léonaise, indique le Secrétaire Général de l'ONU, Kofi Annan, dans un rapport daté du 11 janvier.

"De nombreux incidents de harcèlement de civils et violations du cessez-le-feu semblent être le fait d'éléments de l'ancienne armée sierra-léonaise basés dans la région des Monts Occra", précise M. Annan.

SIERRA LEONE: Les problèmes continuent sur les sites de DDR

La lenteur du processus de démobilisation en Sierra Leone est en partie due à "l'agitation continuelle parmi les anciens combattants dans les camps de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) de Lungi et Port Loko", indique également le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, dans son rapport du 11 janvier.

Le paiement de la première tranche de leurs allocations de 150 dollars avait engendré un calme temporaire mais le départ des anciens combattants des camps a été retardé par des problèmes logistiques, a-t-il précisé.

Selon le rapport, quatre anciens combattants et deux civils ont été blessés lorsqu'une centaine d'anciens combattants ont tenté d'attaquer le bureau de l'UNAMSIL dans le camp DDR de Port Loko, le 3 janvier, mais ont été arrêtés par les gardes de sécurité de l'ECOMOG qui ont tirés des coups de semonce.

Le 9 janvier, plusieurs anciens combattants ont attaqué un officier nigérian de l'UNAMSIL dans le camp DDR de Lungi.

SIERRA LEONE: Des taux élevés de traumatisme mental à Freetown, selon MSF

Médecins Sans Frontières (MSF) appele la communauté internationale à consacrer davantage de ressources au traitement du traumatisme mental en Sierra Leone, selon un communiqué de presse de MSF.

Dans un rapport publié jeudi sous le titre 'Evaluer le traumatisme en Sierra Leone', MSF indique qu'elle a trouvé des taux extrêmement élevés de traumatisme parmi un échantillon représentatif de la société civile dans la capitale, Freetown.

MSF relève, entre autres, que 99% des personnes interrogées ont connu la famine, 90% ont vu d'autres personnes blessées ou tuées, et plus de 50% ont perdu des proches.

SIERRA LEONE: Le déploiement des casques bleus est sur les rails

Le déploiement des casques bleus de l'ONU se poursuit en Sierra Leone, avec plus de 4 500 hommes déjà sur le terrain, a signalé lundi à New York le porte-parole du Secrétaire Général des Nations Unies, Fred Eckhard.

En plus des troupes de maintien de la paix, quelque 215 observateurs militaires non armés, originaires de 30 pays différents, contrôlent le cessez-le-feu et signalent les violations éventuelles, a indiqué la Mission des Nations Unies en Sierra Leone.

SIERRA LEONE: Nouvelle campagne de sensibilisation au désarmement dans l'est

La campagne visant à sensibiliser les anciens combattants au Programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) s'est poursuivie dans l'est de la Sierra Leone, début janvier.

Le 6 janvier, le dirigeant du Front révolutionnaire uni (RUF), Foday Sankoh, le vice-ministre sierra-léonais de la défense, Hinga Norman, et le commandant de l'ECOMOG, le général major Gabriel Kpamber, ont tous invité les anciens combattants à Bo à remettre leurs armes, a indiqué l'ECOMOG.

M. Norman est également le chef de la milice kamajor et aurait à son actif d'avoir transformé ce groupe de chasseurs traditionnels en une force de combat effective, qui a défendu le Président Ahmad Tejan Kabbah après son renversement en mai 1997 par les rebelles du RUF et les soldats insurgés.

La ville de Bo, qui n'a jamais été prise par le RUF pendant la guerre, est l'un des principaux bastions kamajors.

La mission de sensibilisation au DDR s'est poursuivie tout le week-end à Kenema, à quelque 60 km à l'est de Bo, et dans la région diamantifère de Tongo Field, à quelque 25 km au nord de Kenema, selon les médias et des sources locales.

Parallèlement le gouvernement a réaffirmé son engagement en faveur du programme de désarmement, dans un communiqué de presse publié mercredi par le Comité National pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (NCDDR).

"Le NCDD R souhaite assurer la population qu'il reste totalement déterminé à mener rapidement à bien le processus de désarmement", indique la déclaration.

SIERRA LEONE: L'UNICEF a besoin de 9,2 millions de dollars pour cette année

L'UNICEF a besoin de 9,2 millions de dollars pour mettre en ouvre ses programmes humanitaires en Sierra Leone en l'an 2000, selon un communiqué de presse de l'UNICEF.

Les projets de l'UNICEF dans ce pays d'Afrique de l'Ouest incluent la réhabilitation du système de soins de santé primaires et la réduction de la malnutrition infantile dans cinq districts clé affectés par un afflux de personnes déplacées.

Eradication de la polio, amélioration de la couverture de vaccination à 90 pour cent de tous les enfants de moins d'un an et construction et/ou réhabilitation d'installations sanitaires et d'adduction d'eau à faible coût figurent également parmi les objectifs.

SIERRA LEONE: Le Conseil de Sécurité étudie la demande d'extension de l'UNAMSIL

Dans un rapport présenté mercredi au Conseil de Sécurité, le Secrétaire Général de l'ONU, Kofi Annan, a proposé d'augmenter de 6 000 à 11 100 l'effectif de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (UNAMSIL).

L'objectif de cette augmentation est de donner à la force des Nations Unies la capacité de mener à bien des tâches supplémentaires aujourd'hui confiées au groupe de contrôle de la CEDEAO, l'ECOMOG, dont les troupes doivent commencer à quitter le pays, a expliqué mercredi à New York le porte-parole for le Secrétaire Général, Fred Eckhard.

Parallèlement le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant-colonel Chris Olukulade, a indiqué jeudi à IRIN que le retrait des troupes de l'ECOMOG de Sierra Leone "a été arrêté pour le moment".

LIBERIA: L'opposition demande des maires et des chefs élus

Les membres de l'opposition de la Chambre des Représentants du Liberia estiment que le gouvernement est incomplet sans chefs et maires élus, a rapporté mardi Star Radio. L'opposition reproche au gouvernement de ne pas avoir organisé d'élections au niveau des chefferies et des municipalités, selon une déclaration prononcée lundi à la session inaugurale de
l'assemblée, citée par Star.

LIBERIA: La seconde résidence de Taylor visitée par des cambrioleurs

Des hommes armés portant des masques noirs ont récemment cambriolé la résidence du Président Charles Taylor à Gbarnga, au centre du Liberia, et sont partis en emportant un groupe électrogène et d'autres objets de valeur, ont rapporté lundi les agences de presse.

Selon le quotidien libérien 'The News', les cambrioleurs, soupçonnés d'être d'anciens combattants de la faction dissoute de M. Taylor, le 'National Patriotic Front of Liberia' (NPFL), brandissaient des fusils d'assaut pendant l'attaque, a indiqué PANA.

Selon les estimations, il y aurait entre 35 000 et 40 000 anciens combattants au Liberia. Seuls 20 332 d'entre eux ont été officiellement enregistrés comme ayant remis leurs armes au cours d'une campagne de démobilisation en 1997, selon l'ONU.

LIBERIA: Une maladie de peau signalée à Nimba

Une équipe sanitaire a commencé à enquêter sur des informations signalant une maladie de peau dans le comté de Nimba au centre-nord du Liberia, a indiqué jeudi à IRIN un responsable du Ministère de la santé.

"Nous enquêtons sur ces informations pour déterminer s'il s'agit d'autre chose que d'une maladie de peau tropicale connue", a expliqué le responsable.

Selon Star Radio, une radio libérienne, la maladie provoque de sérieux maux de tête, de la fièvre, des plaies et de l'urticaire sur les parties touchées du corps.

COTE D'IVOIRE: Création d'un conseil constitutionnel

Le chef de l'Etat de Côte d'Ivoire, le général de brigade Robert Gueï, a annoncé mercredi son intention de créer un conseil constitutionnel consultatif de large base, selon un communiqué du Ministère de l'information publié jeudi par la presse locale.

Ce conseil sera composé de représentants des partis politiques, des syndicats, des groupes religieux et autres associations. Il sera habilité à établir des commissions chargées d'élaborer la constitution et le code électoral du pays, précise le communiqué.

COTE D'IVOIRE: La France réduit sa coopération militaire

Le gouvernement français a décidé de geler une partie de sa coopération militaire avec la Côte d'Ivoire après le coup d'Etat militaire du 24 décembre dernier, qui a renversé le Président Henri Konan Bédié.

Des responsables gouvernementaux à Paris ont indiqué que le travail de 16 des 37 conseillers militaires français dans cette nation d'Afrique de l'Ouest était suspendu mais qu'ils restaient dans le pays.

La porte-parole du Ministère français des affaires étrangères, Anne Gazeau-Secret, citée par l'AFP, a déclaré que pour ce qui est de la coopération militaire, les programmes dans les domaines de la formation, de la santé et de la sécurité du trafic aérien se poursuivaient. Elle a précisé que les programmes civils qui bénéficient directement à la population, et ceux liés à la réhabilitation économique et aux programmes régionaux se poursuivraient également, a rapporté l'AFP.

COTE D'IVOIRE: La fuite des prisonniers inquiète le Burkina et le Liberia

La police du comté libérien de Maryland a réarrêté 22 présumés criminels qui, selon un officier supérieur des forces de sécurité, se sont enfuis des prisons de Côte d'Ivoire à la faveur de la prise de contrôle de l'armée, le 24 décembre dernier, a rapporté Star Radio.

Au Burkina Faso, selon l'AFP, le directeur général de la police, Palguim Sambare, a déclaré mercredi que les autorités burkinabés s'inquiétaient de ces évasions, du fait que certains des évadés sont Burkinabés et que, fichés par la police de Côte d'Ivoire, ils choisiront probablement de se rendre au Burkina Faso.

Selon les médias, quelque 6 500 prisonniers se sont échappés de la prison d'Abidjan pendant le coup d'Etat.

NIGERIA: Ojukwu affirme que les Igbos sont toujours marginalisés

Trente ans après la fin de la guerre civile au sud-est du Nigeria, les problèmes qui avaient engendré le conflit n'ont toujours pas été résolus, a déclaré l'ancien chef sécessionniste, Chief Emeka Ojukwu, dans un entretien diffusé mercredi à la BBC.

"Aucun des problèmes à l'origine de la guerre n'a été résolu", a déclaré M. Ojukwu. Peu après l'indépendance en 1960, les tensions croissantes aux niveaux ethnique et régional avaient atteint leur point culminant, le 30 mai 1967, lorsque M. Ojukwu, alors gouverneur militaire de la région orientale, avait déclaré l'indépendance d'une République du Biafra. Après plusieurs
victoires militaires initiales, les forces igbos sécessionnistes avaient été repoussées et le Biafra réabsorbé au sein du Nigeria.

"La situation actuelle conduit sournoisement vers le type de situation qui a vu le commencement de la guerre", a déclaré M. Ojukwu à la BBC. Selon M. Ojukwu, les Igbos sont largement exclus du pouvoir depuis la fin de la guerre, en 1970, et cela pourrait engendrer une instabilité dans l'avenir, selon la BBC.

Parallèlement, les groupes pro-démocratie et organisations de défense des droits de l'Homme au Nigeria estiment que la performance du gouvernement du Président Olusegun Obasanjo en matière de droits de l'Homme marque une nette amélioration par rapport aux régimes militaires précédents, mais qu'il reste encore beaucoup à faire.

[Voir dossier: irin-english-2255 intitulé 'NIGERIA: Focus on Human Rights and Democracy']

NIGERIA: Une récompense pour toute information sur le chef de l'OPC

Mercredi, la police a offert une récompense de 100 000 naira (1000 dollars) à quiconque fournirait des informations permettant d'arrêter le dirigeant du 'Oodua People's Congress' (OPC), ont rapporté les agences de presse.

Le commandant de la police de l'Etat de Lagos a déclaré dans un communiqué que Ganiyu Adams était recherché "pour meurtre, incendie volontaire, jet d'acide sur les policiers, etc.", a rapporté 'The Guardian'.

Parallèlement, des fouilles intensives ont également été menées par la police pour trouver les meurtriers d'un commissaire de police de Bariga enlevé et assassiné lundi par des membres de l'OPC. Au cours de la fouille de ce quartier de Lagos, des armes appartenant à l'OPC auraient été trouvées dans une cache et confisquées, selon le préfet de police de Lagos, Mike Okiro.

NIGERIA: La police va recruter 40 000 nouveaux agents par an

Le Président Olusegun Obasanjo a ordonné le recrutement de 40 000 policiers par an pendant les quatre prochaines années, pour lutter contre la criminalité, a rapporté jeudi le quotidien 'The Guardian'.

L'inspecteur général de la police, Musiliu Smith, a expliqué que cette directive présidentielle avait été prise en raison de la " détermination du gouvernement fédéral à augmenter les effectifs réduits de la force". M. Obasanjo a laissé entendre jeudi qu'il pourrait imposer un état d'urgence à agos si le gouverneur de l'Etat, Bola Tinubu, ne réussissait pas à endiguer la détérioration des conditions de sécurité, selon les médias locaux et internationaux.

NIGERIA: L'Etat du Niger impose la Charia

L'Etat du Niger, au nord du Nigeria, a adopté la Charia (loi islamique), a annoncé le gouverneur de l'Etat, Abdulkadir Kure, cité par les agences de presse.

Selon le quotidien de Lagos 'The Guardian', M. Kure a expliqué qu'il introduisait la Charia car selon lui, le Nigeria, société pluraliste, a opté pour un système légal pluriel composé d'un droit commun, d'un droit islamique et d'un droit coutumier.

La religion a toujours été une question sensible au Nigeria, un pays dont la population de plus de 108 millions d'habitants est divisée presque également en musulmans et non musulmans (en majorité chrétiens ou adeptes de religions traditionnelles africaines).

Mais les relations entre musulmans et chrétiens sont devenues encore plus délicates depuis la fin du régime militaire, en mai 1999, et les décisions, dans certains Etats du nord, d'introduire la Charia, la loi islamique.

[Voir dossier séparé irin-english-2262 intitulé: 'NIGERIA: IRIN Focus on religious tension']

NIGERIA: Création d'une administration chargée du développement de Bakassi

Le gouvernement de l'Etat de Cross River a créé un organe administratif chargé de veiller au développement rapide des les de Efiat West et Tom Scott à Bakassi, au sud-est du Nigeria, a indiqué la télévision nigériane, le 8 décembre.

Bakassi, une péninsule sous-développée mais riche en pétrole, est au centre d'un long différend territorial entre le Nigeria et le Cameroun.

NIGERIA: Obasanjo prend la tête de la lutte contre le SIDA

Le Président Olusegun Obasanjo a pris le contrôle de la lutte contre le SIDA au Nigeria, selon une déclaration officielle citée lundi par les médias.

M. Obasanjo préside maintenant un Comité Ministériel de Programme d'Action contre le VIH/SIDA (MAPC), dont les autres membres incluent son vice-président et les ministres de la santé, de l'éducation, de l'information, de la défense, de la culture, de la condition féminine et du développement de la jeunesse. Le président nigérian a également approuvé la
création d'un groupe de travail sur le VIH/SIDA, qui dépendra directement du MAPC.

Cette déclaration du gouvernement nigérian coïncidait avec une réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies, consacrée lundi à 'La situation en Afrique: l'impact du SIDA sur la paix et la sécurité". Cette réunion, présidée par le Vice Président américain, Al Gore, marquait la première fois que le Conseil de Sécurité se réunissait pour débattre de manière spécifique d'un problème de santé, indique le service de presse des Nations Unies.

NIGERIA: Le gouvernement demande à récupérer l'argent d'Abacha

Le Nigeria a adressé au gouvernement suisse une demande officielle visant à récupérer plus de 550 millions de dollars gelés dans des comptes en banque liés à l'ancien dirigeant militaire, Sani Abacha, a rapporté lundi le quotidien 'Nigerian Tribune', cité par l'AFP.

Le gouvernement suisse a donné au Nigeria jusqu'au 20 janvier pour introduire une requête légale concernant les comptes dans des banques suisses, qui avaient été gelés fin octobre.

NIGERIA: Signature d'un mémorandum d'entente avec la Chine

La Chine et le Nigeria ont signé mardi un accord portant sur l'établissement d'un mécanisme de consultation entre leurs ministères des affaires étrangères, a rapporté Xinhua, l'agence de presse chinoise officielle.

Le Ministre chinois des affaires étrangères, Tang Jiaxuan, en visite dans le pays, et le Ministre d'Etat nigérian aux affaires étrangères, Dubem Onyia, ont signé le document au cours d'une visite officielle de trois jours qui a pris fin mercredi. M. Tang est le plus haut responsable chinois à avoir visité le Nigeria depuis le Premier Ministre Li Peng en mai 1997.

AFRIQUE DE L'OUEST: Un ministre britannique en visite au Nigeria, en Sierra Leone, au Ghana

Le Secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, Peter Hain, a annoncé jeudi à Freetown que la Grande-Bretagne donnera 250 000 livres (410 000 dollars) de contribution à la création de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) prévue par l'accord de paix signé à Lomé en juillet. Cette contribution "aidera [la Commission] à devenir une entreprise féconde", a déclaré M.
Hain.

Le gouvernement de Sierra Leone est en train d'examiner un projet de statut pour la CVR, de manière à pouvoir la mettre sur pied très rapidement.

A Abuja, au début de la semaine, M. Hain a annoncé un projet de forum bilatéral Grande-Bretagne-Nigeria, pour discuter de questions telles que la politique étrangère et la prévention des conflits, la défense, l'industrie, le commerce et la santé, selon un communiqué de presse publié par le Haut Commissaire britannique Adjoint à Lagos.

Il a également indiqué que la Grande-Bretagne accorderait aux habitants de la région pétrolifère troublée du Niger Delta des bourses d'études et des formations liées aux questions d'environnement, ont rapporté mercredi les agences de presse.

La tournée ouest-africaine de cinq jours de M. Hain prendra fin vendredi, lorsqu'il quittera Freetown pour le Ghana.

GUINEE EQUATORIALE: MSF se retire

L'organisation non gouvernementale internationale, Médecins sans Frontières (MSF), a suspendu ses opérations en Guinée Equatoriale, car elle estime que l'aide humanitaire est manipulée par le gouvernement, lequel récuse l'accusation.

Selon l'AFP, le Ministère équato-guinéen de la santé a marqué son étonnement lundi devant la décision de MSF. "Le gouvernement est surpris de cette décision", a-t-il indiqué dans un communiqué diffusé à la radio nationale, "dans la mesure o=F9 il a toujours apporté l'aide nécessaire à cette organisation pour développer ses activités dans tout le pays".

La décision de se retirer a été prise en octobre dernier, selon un communiqué de presse publié par MSF le 31 décembre 1999, et parvenu par fax cette semaine à IRIN accompagné d'un rapport intitulé "Guinea Ecuatorial: El Espacio Humanitario Imposible' (Guinée Equatoriale: Un Espace Humanitaire Impossible).

Dans ce rapport, MSF explique qu'il lui a été impossible de mener à bien son travail humanitaire dans le pays. Selon l'organisation, des obstacles posés par le gouvernement l'empêchent d'avoir accès aux "gens qui supportent les conséquences directes de la corruption d'un régime qui ne semble pas se préoccuper des conséquences de sa cupidité".

GUINEE: Des mesures sévères après les affrontements sanglants

Le gouvernement de Guinée a annoncé lundi que les chefs de village qui se sont montrés incapables d'empêcher les affrontements entre deux communautés, qui ont fait une trentaine de morts, ont été suspendus et qu'un certain nombre de personnes ont été arrêtées, ont rapporté les agences de presse.

"Nous prendrons des mesures fermes pour empêcher de telles activités à l'avenir", a déclaré lundi à la télévision d'Etat le Ministre de l'administration territoriale, Moussa Solano, cité par Reuter.

Les affrontements ont éclaté la semaine dernière entre deux communautés, l'une chrétienne, l'autre musulmane, à l'ouest de la Guinée.

GUINEE BISSAU: Kumba Yala, candidat à la présidentielle, rentre au pays

Le candidat à la présidentielle Kumba Yala est rentré le 9 janvier en Guinée Bissau, après avoir subi un traitement médical au Portugal, ont rapporté les agences de presse.

M. Yala, président du 'Partido da Renovacao Social' (PRS), a déclaré à ses partisans, à l'aéroport de Bissau, qu'il avait retrouvé la santé et était prêt pour le second tour des élections, le 16 janvier. Il a remporté le premier tour, le 28 novembre dernier, avec 38,81 pour cent des suffrages, contre 23,37 pour cent au président par intérim, Malam Sanha.

Parallèlement, la Guinée Bissau a fermé ses frontières, par mesure de précaution, avant la tenue, dimanche, du second tour des élections, a rapporté l'agence Lusa.

GUINEE BISSAU: Le FMI approuve une assistance pour l'après-guerre

Le Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé un prêt de 2 millions de dollars destiné à aider la reconstruction post-conflit et la relance économique en Guinée Bissau, a indiqué vendredi le directeur général adjoint du FMI, Shigemitsu Sugisaki.

GUINEE BISSAU: Grève des agents de santé

Une grève de trois jours des infirmières et autres agents de santé, lancée pour exiger des compensations pour les heures supplémentaires non rémunérées, s'est terminée mercredi après la conclusion d'un accord temporaire, ont indiqué à IRIN des sources humanitaires en Guinée Bissau. Toutefois, les doléances des agents de santé n'ont pas toutes été satisfaites, a précisé la source, qui ajoute que les travailleurs menacent de mener d'autres actions la semaine prochaine.

GABON: Stage de maintien de la paix

Huit pays africains participeront au Gabon à l'exercice de maintien de la paix 'Gabon 2000', ont rapporté jeudi les agences de presse.

Organisé conjointement par le Gabon et la France, ce programme, qui se déroulera du 17 au 29 janvier prochain, simulera une opération de maintien de la paix et de protection civile dans un pays divisé par un conflit interne. Les huit pays concernés sont le Gabon, le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Tchad, le Congo, la Guinée Equatoriale et Sao Tome et Principe.

MALI: Des malfrats tuent des soldats dans le nord-est

La semaine dernière, trois soldats à bord d'une ambulance ont été tués et un autre blessé, par huit hommes armés, au nord du Mali, a signalé la télévision locale, citée par l'AFP. Les raisons de cette attaque n'ont pas été déterminées, a précisé l'agence.

Les soldats revenaient de Gao, à plus de 800 km au nord-est de Bamako, o=F9 ils avaient convoyés des bandits armés capturés en relation avec une série de vols de bétail, selon l'AFP. L'ambulance a été trouvée abandonnée quelque part entre Gao et la ville de Nenaka.

MALI: L'UE fournit de l'eau potable dans une zone contaminée aux pesticides

Quelque 2 000 habitants de deux villages contaminés par des pesticides, Tin Essako et Anefis, dans la région de Kidal, au nord du Mali, peuvent espérer avoir prochainement de l'eau potable, puisque la Commission Européenne a décidé de financer le forage de puits sur les deux sites.

L'ONG Action Contre la Faim (ACF) s'occupera de forer les puits, nettoyer et isoler les dépôts de stockage des pesticides périmés, lesquels s'écoulent dans les nappes phréatiques de Tin Essako et Anesfis. ACF fermera également les puits contaminés, a indiqué le bureau d'aide humanitaire de l'UE, ECHO.

Quelque 9 400 litres de produits chimiques périmés étaient stockés sur les deux sites, pour la lutte contre les locustes. Toutefois, les activités de guérilla menées par les nomades dans le nord, entre 1991 et 1995, avaient empêché d'épandage de ces pesticides.

TCHAD: 49,9 millions de dollars pour alléger la pauvreté et encourager la croissance

Le Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé un prêt sur trois ans de 49,9 millions de dollars au Tchad, dans le cadre de sa Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC), afin de soutenir le programme économique 1999-2002 du gouvernement.

Abidjan, le 14 janvier 2000

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]