Sierra Leone + 3 more

Bulletin d'information No. 650 pour l'Afrique de l'Ouest

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
IRIN pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 20-21-73-54
Fax: + 225 20-21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Le Conseil de Sécurité étend à 11 100 l'effectif de l'UNAMSIL

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté lundi à l'unanimité le renforcement, à 11 100 hommes, de l'effectif de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (UNAMSIL) et l'extension de son mandat pour inclure de nouvelles tâches, signalent les Nations Unies.

L'UNAMSIL assurera dorénavant la sécurité de sites clé, de bâtiments du gouvernement, et de sites utilisés pour le programme de désarmement en Sierra Leone. La force des Nations Unies aidera également à garantir la libre circulation des personnes et des biens sur des routes spécifiques, et assurera la coordination avec les autorités locales chargées de maintenir l'ordre.

Le Conseil de Sécurité a autorisé l'UNAMSIL à "prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité et la liberté de mouvement de son personnel et offrir une protection aux civils menacés de violence physique imminente", a indiqué à la presse à New York Fred Eckhard, porte-parole du Secrétaire Général.

"Ainsi, on ne devrait pas voir se répéter les incidents récents au cours desquels des armes ont été prises aux troupes des Nations Unies", a-t-il expliqué.

Le Conseil a également prolongé de six mois le mandat de l'UNAMSIL.

SIERRA LEONE: Fin des consultations du chef de l'armée nigériane

Le chef d'état-major de l'armée nigériane, le général Victor Malu, a quitté Freetown mardi, à l'issue de consultations avec l'UNAMSIL concernant le retrait des troupes du Nigeria de Sierra Leone, a indiqué à IRIN le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant Chris Olukolade. Abuja reprendra son retrait le 13 avril prochain, a annoncé M. Olukolade.

Le Nigeria, qui a procuré le gros des troupes de l'ECOMOG (Groupe de contrôle du cessez-le-feu de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en Sierra Leone, avait informé les Nations Unies, le 13 janvier dernier, qu'il retarderait de 90 jours le retrait de ses troupes pour donner à l'organisation mondiale le temps de déployer ses propres troupes de maintien de la paix en Sierra Leone.

Parallèlement, à New York, le Département des Opérations de maintien de la paix des Nations Unies a annoncé qu'il avait entamé lundi des négociations avec de hauts responsables nigérians concernant l'incorporation au sein de l'UNAMSIL des troupes nigérianes de l'ECOMOG et de leur équipement.

SIERRA LEONE: L'ECOMOG dément que ses troupes aient été désarmées

L'ECOMOG, la force ouest-africaine de maintien de la paix en Sierra Leone, a démenti des informations relayées mardi par les médias selon lesquelles ses troupes seraient tombées dans une embuscade et se seraient fait prendre leurs armes par des hommes soup=FEonnés d'être des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF).

Le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant-colonel Chris Olukolade, a expliqué à IRIN que des unités guinéennes, venues directement de leur pays en Sierra Leone pour faire partie de l'UNAMSIL, étaient tombées dans une embuscade. Au cours de l'incident, qui s'est passé autour du 13 janvier, a-t-il dit, les rebelles ont pris 465 fusils d'assaut AK-47, jusqu'à trois voitures blindées et des munitions.

Selon M. Olukolade, l'ECOMOG tente d'aider l'UNAMSIL a récupérer les armes. Les deux forces de maintien de la paix coopèrent dans leurs opérations de soutien à l'accord de paix de Lomé, signé en juillet 1999 pour mettre fin à la guerre entre le RUF et le gouvernement de Sierra Leone. Des responsables de l'ECOMOG et Foday Sankoh, chef du nouveau Parti du Front révolutionnaire uni (RUFP), se sont rendus la semaine dernière dans la ville septentrionale de Kamakwie pour essayer de récupérer les armes auprès des unités du RUF qui, selon les Guinéens, les auraient prises.

Cependant, selon M. Olukolade, les rebelles de la région démentent avoir pris les armes.

SIERRA LEONE: Le RUF désarme les casques bleus de l'ONU

L'UNAMSIL a signalé lundi que bien qu'elle soit habilitée à faire usage de la force, elle continuera pour le moment à utiliser "le dialogue et la persuasion" pour franchir les barrages routiers illégaux installés par les rebelles du RUF.

Le secrétariat de l'UNAMSIL à Freetown, d'o=F9 émane le communiqué, indique que les rebelles ont récemment empêché une mission de reconnaissance de l'UNAMSIL d'entrer dans la ville de Koidu, à l'est du pays. "En fait, la direction du RUF, qui s'est engagée à faire lever toutes les entraves et à coopérer avec l'UNAMSIL, essaie de régler ce type de situations", indiqué l'UNAMSIL.

L'UNAMSIL signale que des unités qu'elle avait envoyées à Kailahun, une ville de l'est du pays, y ont été accueillies chaleureusement par tous.

SIERRA LEONE: La BM donne 130 millions de dollars pour la paix

La Banque Mondiale a approuvé l'octroi de 130 millions de dollars pour accélérer le désarmement en Sierra Leone, signalent les Nations Unies. Selon l'organisation, l'argent couvrira également les co=B9ts de rapatriement de 400 000 réfugiés sierra-léonais de Guinée. Cet engagement de la banque intervient à l'issue d'une mission d'investigation de deux jours menée la semaine dernière par des responsables de la Banque Mondiale, du PNUD et du HCR.

SIERRA LEONE: Un accident survenu à un enfant attire l'attention sur les mines

Un enfant de 12 ans a perdu un oil, la semaine dernière, lorsqu'il a sauter sur une mine, à Yams Farm, un faubourg de Freetown, selon l'ONG 'Save Heritage and Rehabilitate the Environment' (SHARE).

Elvis Hallowell, directeur général de SHARE, a expliqué à IRIN: "Nous craignons les mines et les autres engins non explosés qui n'ont pas encore été repérés".

Seule une petite partie des mines antipersonnel semées pendant la guerre civile ont été enlevées. "Pour une paix durable en Sierra Leone, toutes les factions de guerre doivent indiquer les positions des mines qu'elles ont posées", estime le lieutenant-colonel T.N. Momodu, du quartier général de la défense sierra-léonaise.

[Voir dossier séparé intitulé 'SIERRA LEONE: Land mine casualty causes concern']

BENIN: Initiative contre la malaria

Un séminaire d'information et de sensibilisation à une initiative de lutte contre la malaria au Bénin a eu lieu vendredi à Abomey-Calavi, près de Cotonou, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Ce séminaire, organisé par le Ministère de la santé en collaboration avec l'OMS-Bénin, a pour objectif d'informer et de sensibiliser la cinquantaine de participants aux graves conséquences de la malaria pour la population du Bénin et d'obtenir leur soutien à la mise en ouvre du projet dans le pays, selon le communiqué de presse.

La malaria est la principale cause de consultation dans les centres de santé au Bénin et en moyenne 116 habitants sur 1000 sont touchés chaque année. Le taux de prévalence du paludisme atteint 356 pour 1000 parmi les bébés de moins d'un an. Les taux de mortalité liée à la maladie varient entre 5 et 10 pour cent, selon l'OMS.

Le séminaire a vu la participation de responsables des départements gouvernementaux de la santé, du développement rural, de la communication, des travaux publics, de l'environnement, de la sécurité sociale et de l'administration territoriale. Des représentants des centres de formation sanitaire des secteurs privé et public étaient également présents, précisait le communiqué de presse.

L'initiative mondiale de lutte contre la malaria, lancée le 30 octobre 1998 par l'OMS, le PNUD, l'UNICEF et la Banque Mondiale, s'est fixé pour objectifs de réduire de moitié la prévalence de la malaria d'ici l'an 2010, promouvoir le développement humain et abaisser les niveaux de pauvreté.

GAMBIE: Le président malien en visite

Le Président malien, Alpha Omar Konaré, et son homologue gambien, Yahya Jammeh, ont appelé tous les protagonistes des conflits dans la sous-région à donner à la paix une chance, selon GRTS, la télévision d'Etat gambienne.

Ils ont lancé cet appel dans un communiqué conjoint publié lundi à l'issue d'une visite de travail d'un jour en Gambie du Président Konaré, qui est également le président en exercice de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Les deux dirigeants ont demandé la mise en ouvre rapide du mécanisme de résolution des conflits de la CEDEAO et ont appelé la communauté internationale à apporter un soutien total aux initiatives de paix dans la sous-région.

NIGERIA: La France plaidera pour un allégement de la dette extérieure

Le Premier Ministre Lionel Jospin a déclaré lundi au Président Olusegun Obasanjo que la France aiderait le Nigeria a réduire sa très lourde dette extérieure, a rapporté l'AFP.

"La France essaie de convaincre le Fonds Monétaire International et Club de Paris des pays créanciers qu'une solution mutuellement satisfaisante doit être trouvée", a déclaré M. Jospin, à M. Obasanjo au cours d'un déjeuner à Paris.

M. Obasanjo, dont la visite officielle en France s'achèvera mercredi, a déclaré dimanche qu'il ne pourrait sortir le Nigeria du marasme économique que si le Club de Paris acceptait d'alléger la dette ou d'en assouplir les termes, selon l'AFP.

La dette extérieure du Nigeria est estimée à 5 milliards de dollars, selon l'AFP.

NIGERIA: Le butin d'Abacha estimé à 4,3 milliards de dollars

Le Président nigérian Olusegun Obasanjo a déclaré que l'ancien dirigeant militaire, le général Sani Abacha, avait volé environ 4,3 milliards de dollars de fonds publics, et a réaffirmé sa détermination à récupérer tous les fonds pillés, a rapporté mardi le quotidien 'The Guardian'.

M. Obasanjo, qui a entamé dimanche une visite officielle en France, a déclaré lors d'une conférence de presse à Paris que la famille Abacha avait directement détourné environ 2,3 milliards de dollars du trésor, et qu'un autre milliard de dollars était allé à des contrats qui soit n'existent pas soit ont été attribués ind=B9ment à des membres de la famille et à leurs amis. Ces contrats ont été mal ou tout simplement pas exécutés, ajoute le quotidien.

Le Nigeria a récemment adressé une demande officielle au gouvernement suisse pour récupérer plus de 550 millions de dollars gelés sur des comptes bancaires liés à l'ancien dirigeant militaire.

NIGERIA: La police invitée à mettre fin aux arrestations sans discrimination

La commission nationale des droits de l'Homme (NHRC) a demandé au préfet de police Mike Okiro de mettre fin aux arrestations menées à l'aveuglette par les officiers de police de l'Etat de Lagos pour trouver les membres du 'Oodua People's Congress' (OPC), a rapporté mardi 'The Guardian'.

Dans une lettre adressée à M. Okiro, le commissaire fédéral de la NHRC pour le sud-ouest, Kunle Fadipe, a indiqué que la commission avait découvert que de nombreuses personnes avaient été arrêtées dans les rues o=A8 des émeutes ont eu lieu tandis que d'autres étaient victimes de rafles au hasard, selon le quotidien.

M. Fadipe a donné l'exemple de deux hommes, l'un Ijaw et l'autre Kwale, dans l'Etat du Delta, qui ont été arrêtés et catalogués membres de l'OPC, ce qui est selon lui "ridicule" puisque l'OPC est une organisation exclusivement réservée aux Yorubas, a rapporté 'The Guardian'.

Des fouilles intensives ont été menées par la police depuis l'enlèvement et l'assassinat d'un officier de police, par un groupe de membres présumés de l'OPC qui ont investi un commissariat de police de Lagos, le 9 janvier dernier. Deux autres policiers qui avaient été la cible de jets d'acide seraient également morts.

NIGERIA: Le Japon reprendra son aide en avril

Le Japon reprendra son aide au Nigeria en avril, a annoncé lundi à Lagos l'Ambassadeur Takahisa Sasaki, cité par 'The Guardian'.

Après avoir signé des dons d'une valeur de 48 000 dollars à deux ONG nigérianes, M. Sasaki a rappelé que Tokyo était prêt à aider le Nigeria, notamment en lui procurant des infrastructures pour les populations rurales. Il a déclaré que les dons accordés aux deux ONG étaient le signe de la volonté du Japon de restaurer la coopération économique avec le Nigeria, a précisé le quotidien.

Abidjan, le 8 février 2000

[FIN]

[IRIN-WA: Tel: +225 20 217354 Fax: +225 20 216335 e-mail: irin-wa@irin.ci]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]