Sierra Leone + 3 more

Bulletin d'information No. 604 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
I R I N pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: + 225 21-73-54
Fax: + 225 21-63-35
E-mail: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Arrivée prochaine de la force de maintien de la paix de l'ONU

Un bataillon de soldats kenyans est attendu lundi à l'Aéroport International Lungi, pour s'intégrer à la nouvelle force de maintien de la paix des Nations Unies en Sierra Leone, ont indiqué à IRIN des sources des Nations Unies à Freetown.

Le contingent kenyan, qui devait arriver la semaine dernière mais a été retardé par des problèmes de logistique, fera partie d'une force de 6 000 hommes composée également d'unités du Ghana, de Guinée, d'Inde et du Nigeria.

Quelque officiers kenyans sont déjà en Sierra Leone en avant-garde de leurs bataillons et certains équipements de logistique sont également arrivés dimanche, a signalé la BBC. Les Kenyans installeront une base temporaire de transit avant d'être déployés dans les villes septentrionales de Magburaka et Makeni, a ajouté la BBC.

Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Sierra Leone, Francis Okelo, a déclaré lundi à la BBC qu'il était "assez confiant" que la force de l'ONU réussirait dans sa mission.

Elle a reçu mandat, du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de coopérer avec le gouvernement à la mise en Suvre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration. Elle a par ailleurs la responsabilité de garantir la sécurité et la liberté de mouvement du personnel chargé de la livraison de l'aide humanitaire, et d'encourager les parties impliquées à créer des mesures de consolidation de la paix.

L'ECOMOG formera le gros de la force de l'ONU

Le porte-parole de l'ECOMOG, le lieutenant-colonel Chris Olukolade, a expliqué lundi à IRIN que la nouvelle force des Nations Unies comprendrait quatre bataillons de l'ECOMOG, soit environ 4 000 soldats. Trois bataillons (moins une compagnie de Guinée) viennent du Nigeria et un autre du Ghana, soit approximativement un tiers des troupes de l'ECOMOG actuellement en Sierra Leone.

"Dès que la force des Nations Unies force sera officiellement proclamée, les soldats de l'ECOMOG rejoindront ses rangs", a expliqué M. Olukolade. Le Nigeria, ainsi que le Ghana et la Guinée, ont des soldats en Sierra Leone depuis plusieurs années, au sein du groupe de contrôle d'Afrique de l'Ouest (ECOMOG), qui défendaient le gouvernement démocratiquement élu contre les rebelles.

Certains soldats de l'ECOMOG resteront probablement encore en Sierra Leone pendant quelques mois pour garantir la sécurité mais l'on n'en connaît pas encore le nombre exact, selon la BBC.

SIERRA LEONE: Le gouvernement annonce un nouveau budget d'austérité

Le Ministre des finances, James Jonah, a annoncé vendredi un budget d'austérité de 275,98 milliards de leones pour l'exercice budgétaire 2000, a indiqué lundi à IRIN le porte-parole de la présidence, Septimus Kaikai.

Selon M. Kaikai, M. Jonah a signalé que le budget, d'un montant total de 128 millions de dollars au taux de change officiel de 2 154 leones pour un dollar, pouvait être révisé à la hausse lorsque l'argent aurait recommencé à couler.

Le budget inclut 58,5 milliards de leones pour la sécurité, 78,2 milliards de leones pour les salaires, 42,8 milliards de leones pour les échéances de la dette intérieure et 26 milliards de leones pour le service de la dette extérieure, a indiqué M. Kaikai à IRIN. Il a ajouté que le Fonds Monétaire International reverrait les dépenses du gouvernement en mai 2000 afin d'élaborer un programme d'ajustement structurel.

GUINEE BISSAU: Tout est normal après les élections de dimanche

Tout était normal lundi dans les rues de Bissau, après les élections législatives et présidentielles de dimanche. Ces dernières se sont généralement déroulées dans le calme, malgré l'ouverture tardive de certains bureaux de vote et le report du scrutin dans certains régions du pays.

Le seul hélicoptère qui transportait les bulletins de vote et les urnes vers les îles de Bijagos, juste au sud-ouest de Bissau, est tombé en panne et n'est pas arrivé dans l'archipel samedi, de sorte que le scrutin sur l'île a été reporté au lundi (29 novembre). Le scrutin a également été reporté dans certaines parties de la région de Tombali, au sud du pays, et dans le secteur Bissora de la région d'Oio, au nord du pays, pour des raisons similaires.

L'arrivée tardive du matériel électoral a retardé l'ouverture des bureaux de vote dans d'autres régions, provoquant le seul incident sérieux signalé dimanche. Des électeurs en colère ont bloqué la route principale à côté de leur bureau de vote dans l'une des 195 circonscriptions de Bissau, avant d'être dispersés par la police. Les bulletins sont arrivés plus tard et les gens ont pu voter, ont indiqué à IRIN des sources bien informées.

Des problèmes de transport ont également provoqué des retards dans la collecte des bulletins de certains bureaux après le vote.

Ces élections étaient les secondes élections multipartites depuis l'indépendance vis à vis du Portugal en 1975. Elles auraient dû se tenir en mars, selon un accord signé en novembre 1998 entre le président d'alors, Nino Vieira, et la Junte militaire qui l'a finalement renversé le 7 mai 1999, mais ont ensuite été reportées au 28 novembre.

Le renversement du régime avait provoqué le gel d'une grosse partie des 200 millions de dollars d'aide promis par la communauté internationale pour la Guinée Bissau, les 4 et 5 mai 1999 à Genève. Toutefois, les Nations Unies, l'Union Européenne et d'autres donateurs ont fourni un soutien financier et en matériel pour les élections.

[Voir dossier séparé intitulé 'GUINEA BISSAU: Business as usual following Sunday's election']

NIGERIA: Le gouverneur de Lagos promet de protéger les Haoussas

Le gouverneur de l'Etat de Lagos, Bola Tinubu, a déclaré aux chefs haoussas de la métropole qu'il garantirait leurs vies et leurs biens et que la communauté haoussa de cette ville majoritairement yoruba pouvait reprendre ses activités commerciales.

"Chacun doit rentrer chez lui et faire son travail normalement", a déclaré M. Tinubu lors d'une émission télévisée dimanche. "Nous garantissons la sécurité des êtres et des biens".

M. Tinubu a rencontré les chefs de la communauté haoussa ce week-end pour tenter d'endiguer l'exode des centaines de marchands haoussas fuyant la ville après les affrontements de la semaine dernière avec leurs voisins yorubas. Plus de 30 personnes auraient trouvé la mort au cours de deux journées de combats entre les deux communautés, qui avaient commencé jeudi dans le district Ketu de Lagos. Le Président nigérian, Olusegun Obasanjo, a accusé le 'Oodua People's Congress' (OPC), un groupe nationaliste yoruba, d'être à l'origine des troubles.

"Certains ont fui vers le nord, d'autres sont partis dans d'autres quartiers de Lagos", a indiqué à IRIN une source médiatique à Lagos.

Près d'un million de Haoussas vivent à Lagos, une ville d'environ huit millions d'habitants.

NIGERIA: L'approvisionnement en denrées alimentaires interrompu à Lagos

Les livraisons de denrées alimentaires du nord vers Lagos ont été interrompues après les affrontements communautaires de la semaine dernière, qui ont provoqué des dégâts importants dans les dépôts alimentaires du marché de Mile 12, dans le district Ketu de la ville.

"Samedi, les marchands qui essayaient d'apporter des produits à stocker dans les entrepôts à Mile12 étaient refoulés par la police qui leur signifiait que le marché était fermé jusqu'à nouvel ordre", a indiqué à IRIN une source à Lagos.

De nombreux camions chargés de nourriture s'arrêtent maintenant à Ibadan, à quelque 100 km au nord de Lagos, ce qui augmente fortement le coût du transport jusqu'à Lagos, a ajouté la source.

Le marché de Mile 12 sert de point de déchargement pour une variété de denrées alimentaires amenées à Lagos depuis le nord du Nigeria, notamment les pois, l'igname, le mouton, les légumes et le poissons séché du Lac Tchad.

Selon la source médiatique, le prix des denrées a augmenté de manière substantielle sur la plupart des marchés locaux, suite à cette interruption des livraisons. Avant, un demi kilo de tomates coûtait 20 naira (environ 21 cents), a expliqué la source, maintenant il coûte au moins 100 nairas ($1).

LIBERIA: De l'électricité pour Noël à Monrovia

Les arbres de Noël pourraient être à nouveau illuminés au Liberia cette année, avec l'arrivée du premier de cinq groupes électrogènes destinés à suppléer la compagnie électrique surchargée du pays, a rapporté vendredi l'agence Reuter.

Le Vice Président, Enoch Dogoleah, a déclaré que l'électricité serait restaurée avant le 24 décembre dans la capitale, Monrovia. Le générateur, qui est arrivé jeudi de République Tchèque, a été acheté grâce à un don de 2 millions de dollars accordé par Taiwan, a ajouté Reuter.

Le Président Charles Taylor a nommé M. Dogoleah en août dernier à la tête d'une commission chargée de restaurer l'électricité dans la capitale avant le 31 décembre. Depuis son investiture en août 1997, M. Taylor avait plusieurs fois promise de restaurer le courant à Monrovia.

La capitale est sans électricité depuis 1992, lorsque les factions avaient détruit la centrale hydroélectrique.

Abidjan, le 29 novembre 1999

[FIN]

[ Pour plus d'information ou abonnement, UN IRIN-WA: Tel: +225 21 73 66, Fax: +225 21 63 35, e-mail: irin-wa@africaonline.co.ci ]

Item: irin-french-829

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 1999