Serbia

Kosovo: le Chef de la MINUK appelle à « saisir l’opportunité » que présente le nouveau Gouvernement à Pristina pour faire avancer le dialogue avec Belgrade

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Ce matin, devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo a appelé à « saisir l'opportunité » que présente la formation d'un nouveau gouvernement à Pristina pour faire avancer le dialogue avec Belgrade.

Dans un premier temps, M. Zahir Tanin a salué le bon déroulement, le 14 février, des élections législatives dans l'ensemble du Kosovo au cours desquelles le parti vainqueur, Vetëvendosje, a gagné plus de la moitié des voix. Cela a permis de mettre fin à une période turbulente au cours de laquelle trois différents gouvernements se sont succédés en moins de 18 mois.

« Maintenant qu'un gouvernement fortement mandaté est installé à Pristina, j'espère que les sujets difficiles seront traités avec sérieux et diligence », a indiqué M. Tanin qui a par ailleurs souligné que seul un dialogue significatif et sincère entre Pristina et Belgrade et une politique tournée vers l'avenir permettront de répondre aux intérêts mutuels.

Notant que le dialogue avec Belgrade n'est pas une « formule imposée de l'extérieur », mais un « élément constitutif du progrès qui doit venir de l'intérieur », M. Tanin a fait part de la frustration du public face au rythme du changement. Une occasion importante se présente pour transformer les discours publics qui ont pris en otage les aspirations d'une nouvelle génération, a-t-il dit. Et pour cela, les partis au pouvoir et d'opposition doivent prouver leur capacité à s'unir autour d'intérêts plus larges.

Se présentant comme « Ministre des affaires étrangères et Vice-Première Ministre de la République du Kosovo », Mme Donika Gërvalla-Schwarz a assuré de la volonté du Kosovo d'entamer une « nouvelle ère » avec la Serbie et d'engager des pourparlers substantiels et sérieux « même avec ceux qui sont responsables de génocide en Bosnie et au Kosovo ».

« L'indépendance de la République du Kosovo est un fait acquis. Plus tôt la Serbie acceptera cette réalité, plus vite elle pourra passer de son sombre passé à un avenir radieux  », a déclaré Mme Gërvalla-Schwarz qui a jugé inacceptable que les dirigeants serbes fassent encore l'éloge des criminels de guerre et refusent toujours de coopérer pleinement avec les institutions internationales de l'ONU.

La dignitaire a exhorté la Serbie à « affronter son passé, s'affranchir de ses racines génocidaires et essayer de devenir un pays européen véritablement civilisé ». Elle a appelé de ses vœux une solution historique, « non seulement aux problèmes bilatéraux, mais aussi pour la réconciliation dans tous les Balkans ».

Assurant, de son côté, être toujours prêt à dialoguer, le Ministre des affaires étrangères de la Serbie a souligné qu'un accord ne peut être atteint par des discours incendiaires et des provocations. M. Nikola Selaković a notamment dénoncé les annonces de création d'une grande Albanie ainsi que le projet de construction de la plus grande base « des soi-disant Forces de sécurité du Kosovo dans le nord de la province », une initiative que les Serbes du nord du Kosovo-Metohija considèrent comme une menace pour leur sécurité physique.

Le Ministre a également déploré que les dernières élections dans « la province » aient confirmé que l'extrémisme politique parmi les Albanais du Kosovo-Metohija ne diminue pas, y compris au sein des institutions provisoires de Pristina. Il a notamment décrié le fait que 85% des personnes rayées de la liste électorale étaient Serbes et que le nouveau « soi-disant » gouvernement de Pristina n'ait attribué qu'un seul ministère à la communauté serbe.

Le bon déroulement des élections législatives au Kosovo, marquées par une augmentation notable du leadership des femmes qui occupent à présent 43 des 120 sièges du Parlement ainsi que la fonction de Président, a été salué par une majorité des membres du Conseil de sécurité qui ont eux aussi appelé Pristina et Belgrade à saisir cet élan pour s'engager sur la voie du dialogue. « Il n'y a d'autre voie, ni pour le Kosovo, ni pour la Serbie, que de parvenir à un accord global, définitif et juridiquement contraignant. C'est une des conditions du rapprochement européen du Kosovo comme de la Serbie », a affirmé la France, appuyée par l'Estonie, l'Irlande et le Royaume-Uni.

De son côté, la Norvège a exhorté les nouveaux dirigeants du Kosovo à tirer parti de l'élan généré par les élections de février pour consolider l'état de droit, lutter contre la corruption et respecter les droits humains. « S'il faut se réjouir de la résolution de Belgrade et Pristina à dialoguer, leurs divergences quant aux principes et fondements de la négociation demeurent une préoccupation majeure », a tempéré le Niger qui a exhorté les deux parties à tout mettre en œuvre pour normaliser leurs relations.

La Fédération de Russie a attribué l'absence de progrès dans le dialogue entre Belgrade et Pristina à « l'attitude non constructive de Pristina », appelant en outre l'Union européenne (UE) à s'abstenir d'imposer à Belgrade « des calendriers assortis de pressions ». La délégation russe s'est également inquiétée de voir le Kosovo se transformer en « vivier pour un islamisme violent », notant les incidences sur les pays voisins à l'instar de l'attentat commis à Vienne en novembre 2020.

Notant en outre que la situation sur le terrain a beaucoup évolué, en raison de l'augmentation significative de la coopération avec l'UE, plusieurs délégations ont jugé nécessaire de procéder à un examen du mandat de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), appels auxquels s'est opposée la Fédération de Russie qui a qualifié son maintien d'« indispensable ».

Le début de cette réunion virtuelle a été retardé en raison d'une interruption de séance ordonnée par le Président du Conseil de sécurité suite aux objections de la Fédération de Russie au sujet de la présence d'un drapeau du Kosovo sur le fond d'écran de Mme Gërvalla-Schwarz. La délégation russe, appuyée par le Ministre serbe, a décrié « un manque de respect », notant que de nombreux membres du Conseil de sécurité ne reconnaissent pas l'indépendance du Kosovo.

En début de cette séance en visioconférence, la Fédération de Russie a fait observer que Mme Donika Gërvalla était assise devant un drapeau arborant des emblèmes du Kosovo. La délégation a souligné que le Kosovo est considéré comme un territoire et pas comme un État. Elle a dès lors appelé Mme Gërvalla à retirer cette toile de fond pour permettre à la réunion de se poursuivre.

Le Royaume-Uni a fait observer que la réunion n'étant pas officielle, le règlement intérieur ne s'y applique pas. En outre, la dernière fois que Mme Gërvalla s'est exprimée devant le Conseil de sécurité,  son fond d'écran était le même. Il n'est donc pas nécessaire de le modifier, a décrété le Royaume-Uni avant que la séance ne soit suspendue pour que les membres du Conseil puissent trancher la question.

Après une suspension de séance, le Président du Conseil de sécurité a expliqué que ses membres avaient fini par convenir que la réunion étant officieuse, les fonds d'écran n'avaient pas d'importance.

M. ZAHIR TANIN, Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, a salué le bon déroulement, le 14 février, des élections législatives dans l'ensemble du Kosovo. Auparavant, a-t-il rappelé, trois différents gouvernements s'étaient succédés au pouvoir en l'espace de moins de 18 mois, illustrant l'étendue des turbulences politiques et rendant les résultats du vote de février d'autant plus significatifs pour la population. Le taux de participation a été élevé, marqué notamment par trois fois plus de votants parmi la diaspora. De plus, le parti vainqueur, Vetëvendosje, a gagné plus de la moitié des voix. M. Tanin y a vu l'expression d'un ferme désir de changement émanant de l'ensemble de la société du Kosovo. Les attentes demeureront aussi élevées que les résultats, a-t-il dit.

Le Représentant spécial a ensuite indiqué qu'il avait rencontré hier le « nouveau Premier Ministre du Kosovo », M. Albin Kurti, qui l'a assuré comprendre l'importance stratégique de faire progresser le dialogue avec Belgrade. M. Tanin s'est également entretenu, ce matin, avec le Président serbe, M. Aleksandar Vučić, qui a réitéré son espoir que le dialogue pourra être intensifié afin de pouvoir dépasser ce qui a été précédemment accompli.

La semaine dernière, a poursuivi M. Tanin, Mme Vjosa Osmani a été élue Présidente du Kosovo, la deuxième femme à accéder à ce poste. Le leadership des femmes a continué d'augmenter suite à ces élections, et celles-ci occupent à présent 43 des 120 sièges du Parlement, soit 36%. Elles occupent également deux des trois postes de Premier Ministre adjoint et détiennent au moins cinq des 15 portefeuilles ministériels.

M. Tanin a rapporté que Belgrade et Pristina ont conscience de l'importance qu'aura la qualité de leurs relations pour répondre aux attentes de leur circonscription. Seul un dialogue significatif et sincère et une politique tournée vers l'avenir permettront de faire évoluer ces relations et de répondre aux intérêts mutuels, a-t-il souligné. Il a exhorté les dirigeants à être conscients de l'impact de leurs déclarations publiques. Maintenant qu'un gouvernement fortement mandaté est installé à Pristina, M. Tanin a espéré voir les sujets difficiles être traités avec sérieux et diligence.

Poursuivant, le Représentant spécial a indiqué que le Kosovo subit une pression importante en raison de la propagation de la COVID-19. Après une flambée en novembre, une autre vague a commencé au mois de mars. Malgré l'application de nouvelles mesures de confinement, la moyenne des nouvelles infections a atteint son point le plus élevé depuis le début de la pandémie. Á ce jour, plus de 100 000 personnes ont été infectées et 2 000 d'entre elles sont mortes. Dans le cadre du Mécanisme COVAX, 24 000 doses de vaccins sont arrivées au Kosovo à la fin du mois de mars, ce qui ne marque que le début de la campagne de vaccination, a précisé M. Tanin avant d'appeler à renforcer l'appui vaccinal au vu des taux d'infection alarmant. Il a ensuite fait savoir que le personnel de l'ONU sur place et les personnes à charge seront prochainement vaccinés. De plus, la MINUK a fourni un appui aux autorités et aux populations vulnérables et des campagnes d'information sur la santé ont notamment été élaborées dans les langues non-majoritaires.

M. Tanin a ensuite passé en revue les autres activités de la MINUK, en particulier celles menées dans le cadre du programme sur les jeunes, la paix et la sécurité, qui a permis de tenir des séances avec les responsables de 19 municipalités ethniquement mixtes. La MINUK continue également d'appuyer le Centre d'aide juridique de l'Institut du droit du Kosovo qui a récemment ouvert une nouvelle branche à Mitrovica. Dans le contexte de la COVID-19, la Mission a élaboré un suivi systématique des répercussions, sur les droits humains, de la pandémie et des politiques de riposte. M. Tanin a, par ailleurs, exhorté le Gouvernement à participer activement au groupe de travail Pristina-Belgrade sur les personnes portées disparues.

Revenant à la formation du nouveau gouvernement du Kosovo, M. Tanin a souligné que celui-ci fait face à de grandes opportunités, mais doit également surmonter d'importants défis. Une occasion importante se présente pour transformer les discours publics qui ont pris en otage les aspirations d'une nouvelle génération. Ouvrir la porte du futur nécessite une transformation et un changement de priorités, à la fois dans les paroles et dans les actes, a-t-il prévenu, recommandant aussi de réduire les tensions. Pour cela, les partis au pouvoir et d'opposition doivent prouver leur capacité à s'unir autour d'intérêts plus larges.

Soulignant que le dialogue avec Belgrade n'est pas une formule imposée de l'extérieur, mais un élément constitutif du progrès qui doit venir de l'intérieur, M. Tanin a fait part de la frustration du public face au rythme du changement, évoquant le potentiel qui existe pour un avenir « moins accaparé par les slogans nationalistes et les boucs émissaires fondés sur l'ethnicité ». Il y a une opportunité à saisir, a-t-il lancé. « Les électeurs du Kosovo ont fait entendre leur voix afin de rompre avec le passé et j'espère que les membres de ce Conseil apporteront leur clair soutien à la réalisation d'un avenir plus pacifique et plus prospère au Kosovo et dans la région. »

Le Ministre des affaires étrangères de la Serbie, M. NIKOLA SELAKOVIĆ, a tout d'abord vivement dénoncé l'« abus » commis par la représentante du Kosovo dans le but de promouvoir les symboles du Kosovo au cours de la présente réunion. Commentant ensuite les évènements de la période récente, il a noté « une instabilité politique au Kosovo-Metohija ». Selon lui, Les dernières élections dans « la province » ont malheureusement confirmé que l'extrémisme politique parmi les Albanais du Kosovo-Metohija ne diminue pas, mais au contraire, se renforce. Ainsi, au cours de la campagne électorale, un grand nombre de graffitis offensants et menaçants sont apparus dans les communautés serbes, tandis que des politiciens albanais ont visité des villes et villages serbes à l'improviste en compagnie de personnes armées portant l'emblème terroriste de l'UÇK (Armée de libération du Kosovo), tout en installant des panneaux d'affichage de campagne électorale à la périphérie des colonies à majorité serbe, montrant les emblèmes de l'UÇK et l'image de Ramush Haradinaj, l'un de ses anciens commandants.

Le Ministre a dit que les institutions provisoires de Pristina sont allées plus loin en exerçant des pressions institutionnelles sur le peuple serbe de « la province ». Il a ainsi dénoncé des irrégularités telles que la suppression arbitraire d'électeurs de la liste électorale, le changement ou la création de bureaux de vote sans tenir compte de la structure ethnique de la population. Sur environ 140 000 citoyens du Kosovo-Metohija qui ont été rayés de la liste électorale lors du dernier processus électoral, 85% sont des Serbes, a-t-il déploré. « Malgré de nombreux défis et problèmes, le peuple serbe du Kosovo-Metohija a montré, par une forte participation et une victoire convaincante de la liste serbe qui a remporté les 10 sièges réservés aux représentants serbes, que rien ne peut les empêcher de défendre résolument leur position. » Le Ministre a aussi déploré que le nouveau soi-disant Gouvernement de Pristina ait décidé de n'attribuer qu'un seul ministère à la communauté serbe.

À un moment où le monde entier lutte contre la pandémie, et tandis que la Serbie montre son soutien et sa solidarité en faisant don de vaccins et de matériel médical à tous ceux qui en ont besoin dans la région, le Ministre a dénoncé le fait que Pristina veuille détruire les vaccins uniquement parce qu'ils sont originaires du centre de la Serbie. Il a aussi expliqué avoir organisé la vaccination de citoyens du Kosovo-Metohija sur trois sites du centre de la Serbie, dans le seul but de protéger la santé publique.

Ce n'est pas la première fois que le système de santé serbe du Kosovo-Metohija et nos agents de santé sont visés par Pristina et des extrémistes, a déclaré le Ministre. Il a souligné que les attaques contre les Serbes et leurs biens sont en augmentation. « Rien que l'année dernière, plus de 80 attaques et incidents ont eu lieu dans notre province méridionale, ciblant les Serbes, leurs biens et les sites religieux. » Il a affirmé que, selon des informations fournies par la Mission de l'OSCE au Kosovo-Metohija, le nombre d'incidents a augmenté de plus de 30% au second semestre 2020 par rapport à 2019. Par conséquent, nous ne pouvons souscrire à l'évaluation selon laquelle « la situation sécuritaire au Kosovo est restée stable, avec quelques incidents signalés affectant des communautés non majoritaires », a---t-il dit.

M. Selaković a relevé que les rapatriés serbes représentent une catégorie particulièrement vulnérable: ils passent leurs journées à craindre d'être attaqués. Selon lui, le fait qu'une famille de rapatriés ait été la cible de sept attaques indique clairement la persistance de ceux qui ne veulent pas de Serbes au Kosovo-Metohija. Il a estimé qu'il n'y a absolument aucune trace de volonté politique à Pristina pour que plus de 200 000 Serbes déplacés vivant hors du Kosovo-Metohija depuis 22 ans rentrent chez eux. Pour être très précis, il a affirmé que 212 995 personnes sont encore temporairement hébergées dans le centre de la Serbie ou dans des municipalités à majorité serbe du nord de la province. Depuis 1999, le taux de retour durable des personnes déplacées au Kosovo-Metohija n'est que de 1,9%, ce qui, selon les données de l'ONU, est officiellement le plus faible pourcentage de retour de la population expulsée après un conflit dans le monde. Le Ministre a aussi dénoncé des pratiques d'intimidation sur les déplacés et les rapatriés par le biais de procès truqués et d'arrestations injustifiées.

Il a également accusé les autorités de Pristina d'exercer de fortes pressions sur les chambres spécialisées de La Haye, le but étant selon lui d'empêcher le traitement d'un certain nombre d'affaires contre des membres de l'UÇK terroriste qui sont accusés de crimes graves commis pendant le conflit au Kosovo-Metohija. Le Ministre s'est plaint du fait que de nombreux crimes commis contre les Serbes, dont le meurtre et l'enlèvement de 17 journalistes pendant le conflit au Kosovo-Metohija, n'ont jamais donné lieu à des enquêtes. Nous espérons que les acteurs internationaux compétents continueront d'appuyer les Chambres spécialisées à La Haye et qu'une attention particulière sera accordée à la protection des témoins, a-t-il plaidé. Il a dit attendre que l'UE qu'elle décide de prolonger également le mandat de l'EULEX dans la période à venir. Il a souligné que les Missions internationales au Kosovo-Metohija -MINUK, KFOR EULEX et OMIK- font partie intégrante de la présence civile et de sécurité internationale dans leur province du sud, sous l'administration des Nations Unies et conformément à la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité.

Le Ministre serbe a en outre estimé que les décisions unilatérales sur la formation du « Ministère de la défense » et le lancement du processus de transformation des soi-disant « Forces de sécurité du Kosovo » en soi-disant « armée du Kosovo » sont inacceptables. Il a réaffirmé que de telles mesures unilatérales constituent une violation flagrante de la résolution 1244 et de l'accord technique militaire selon lequel seules les forces de sécurité internationales, c'est-à-dire la KFOR, ont le mandat pour toutes les questions militaires de sécurité sur le territoire du Kosovo-Metohija. Dans ce contexte, un autre motif de préoccupation de la Serbie est l'annonce de la construction de la plus grande base des « Forces de sécurité du Kosovo » dans la partie sud de Kosovska Mitrovica, une initiative que les Serbes du nord du Kosovo-Metohija considèrent comme la provocation la plus ouverte et menace pour leur sécurité physique.

Nous sommes également profondément préoccupés par la participation annoncée de membres des soi-disant « Forces de sécurité du Kosovo » à l'exercice militaire multinational « Immediate Response 21 », qui doit se tenir du 17 mai au 2 juin de cette année, organisé par les forces armées américaines, a dit le Ministre. De même, le fait qu'une partie de l'exercice militaire doive se tenir sur le territoire du Kosovo-Metohija, en dehors du cadre de l'engagement de la KFOR, est également préoccupante, selon le Ministre. C'est la première fois que des forces militaires qui ne font pas partie de la KFOR sont déployées sur le territoire du Kosovo-Metohija, a-t-il dénoncé, ajoutant que les mesures unilatérales de Pristina dans le processus de militarisation des soi-disant « Forces de sécurité du Kosovo » représentent une menace pour la stabilité et le maintien de la paix dans toute la région.

M. Selaković a par ailleurs marqué son inquiétude du fait qu'en mars de cette année, de fréquentes attaques physiques ont été perpétrées contre les biens de l'Église orthodoxe serbe. En seulement deux semaines, pas moins de sept monuments orthodoxes de la province ont été pris pour cible par des vandales, à un moment où on se souvient du pogrom de mars 2004 contre les Serbes et les lieux saints serbes au Kosovo-Metohija. Il a déclaré que l'état du patrimoine culturel et spirituel serbe au Kosovo-Metohija est humiliant, y compris les quatre monuments inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril de l'UNESCO. Au lieu de résoudre le problème de la mise en danger du patrimoine serbe au Kosovo-Metohija, qui est également une partie précieuse de l'héritage chrétien européen, Pristina a réagi en niant le problème et en affirmant que le Kosovo autoproclamé est une oasis de tolérance religieuse et de multiculturalisme, a-t-il relevé. Pour la Serbie, Pristina a adopté un « comportement nerveux » parce que le projet de la soi-disant indépendance n'est pas reconnu aujourd'hui par plus de la moitié des États Membres de l'ONU, dont cinq membres de l'UE.

En conclusion, il a appelé les dirigeants albanais du Kosovo-Metohija à faire preuve de responsabilité dans le respect de leurs engagements, avec un engagement sincère à parvenir à une solution de compromis et à instaurer une confiance mutuelle. « Un accord ne peut être atteint par des discours incendiaires et des provocations, telles que les annonces d'unification et de création d'une grande Albanie ou des projets de construction de la plus grande base des soi-disant Forces de sécurité du Kosovo dans le nord de la province. » Faisant remarquer l'attachement de la Serbie au dialogue, il a dit être toujours prêts à s'asseoir à la table et à discuter. « Indépendamment des messages décourageants entendus de Pristina et du fait que le dialogue est en cours depuis de nombreuses années, la Serbie est déterminée et ne renoncera pas à trouver une solution de compromis, qui sera également durable pour les générations futures. »

Mme Donika Gërvalla-Schwarz, du Kosovo, a déclaré que « la République du Kosovo est entrée dans une nouvelle ère pour faire de notre jeune pays un membre pleinement reconnu et respecté de la famille des nations ». Se présentant comme « Ministre des affaires étrangères et Vice-Première Ministre de la République du Kosovo », Mme Donika Gërvalla-Schwarz a cité des problèmes urgents à régler qui vont de la réforme de la justice aux investissements et à l'emploi, en passant par les investissements étrangers et l'état de droit qui doit prendre le dessus de la corruption. Elle a ajouté que le Kosovo reste attaché à la voie de l'intégration à l'Union européenne et à l'OTAN, comme en témoigne les drapeaux placés derrière elle, et qu'il s'efforce de devenir membre de l'ONU. « Avec un héritage culturel de plus de 3 000 ans, nous sommes avec les Grecs l'une des deux cultures les plus anciennes d'Europe », s'est félicitée Mme Gërvalla-Schwarz avant de dire sa volonté d'engager des pourparlers substantiels et sérieux « même avec ceux qui sont responsables de la plupart des conflits et même de génocide en Bosnie et au Kosovo au cours des dernières décennies ».

« Nous sommes ouverts, nous sommes fiers et nous n'avons peur de rien ni de personne » a scandé Mme Gërvalla-Schwarz avant de rappeler que « le Premier Ministre de la République du Kosovo » avait été jugé, en tant qu'étudiant, dans le cadre d'un simulacre de procès avant d'être maltraité en prison pendant deux ans par « le régime autoritaire serbe ». Elle a aussi précisé que la nouvelle vice-présidente du Parlement du Kosovo avait survécu, alors qu'elle n'avait que 13 ans, au massacre délibéré des forces serbes contre des civils dans lequel sa mère, sa grand-mère, deux de ses frères et d'autres parents avaient été assassinés. Elle a aussi indiqué que la députée qui a obtenu le plus grand nombre de voix lors des récentes élections avait été violée par des soldats serbes alors qu'elle n'avait que 16 ans. Cette femme représente aujourd'hui la voix des 20 000 victimes de viol perpétrés lors du conflit, a-t-elle précisé en se désolant qu'aucun auteur n'ait été poursuivi. Elle a aussi rendu hommage aux « mères de Gjakova » dont les enfants victimes du « régime serbe » sont portés disparus. « Qu'est-ce qui empêche aujourd'hui les Serbes de faire preuve d'empathie et de dire à ces mères où reposent les restes de leurs enfants? »

Par ailleurs, elle a rappelé que les responsables de la mort de 15 000 personnes au Kosovo en l'espace de quelques mois sont toujours en liberté en Serbie. Mettant ces chiffres en perspective avec le nombre d'habitants de la Russie, elle a expliqué que cela était équivalent à 1,2 million de Russes qui auraient été tués en moins d'un an. Elle a ajouté que les plus grands crimes contre l'humanité commis sur le sol européen après l'Allemagne nazie ont été commis au nom de la grande Serbie. Elle a jugé inacceptable que les dirigeants serbes fassent encore l'éloge des criminels de guerre et refusent toujours de coopérer pleinement avec les institutions internationales des Nations Unies. « Les présumés criminels de guerre siègent toujours au Parlement », a-t-elle dénoncé avant d'exhorter la Serbie à « affronter son passé, s'affranchir de ses racines génocidaires et essayer de devenir un pays européen véritablement civilisé ».

« En tant que pays voisin, nous avons tous intérêt à normaliser nos relations avec la Serbie », a dit Mme Donika Gërvalla-Schwarz avant d'indiquer que son père -dissident, intellectuel, écrivain, musicien et journaliste- avait été assassiné par le « régime de Belgrade », en Allemagne, où sa famille avait fui « la brutalité du régime de Belgrade ». Indiquant avoir expliqué à ses enfants qu'il ne faut pas faire un amalgame, elle a jugé qu'il est temps que les Serbes fassent aussi une distinction entre ceux qui ont tué et les autres.

« L'indépendance de la République du Kosovo est un fait acquis. Plutôt la Serbie acceptera cette réalité, plus vite elle pourra passer de son sombre passé à un avenir radieux », a déclaré Mme Donika Gërvalla-Schwarz avant de s'inquiéter que la Serbie, un pays voisin, soit toujours dangereux, pas seulement pour le Kosovo. Il est temps, selon elle, « que la Serbie se calme et qu'elle commence à se faire des amis dans la région ». « Identifiez les criminels de guerre, traduisez-les en justice, coopérez avec l'ONU et avec nous pour trouver les charniers des personnes toujours portées disparues, lutter contre le fascisme », a-t-elle lancé à la Serbie avant de souhaiter une solution historique, non seulement aux problèmes bilatéraux, mais aussi pour la réconciliation dans tous les Balkans. Mme Donika Gërvalla-Schwarz a conclu en assurant de la volonté du Kosovo de commencer une nouvelle ère avec la Serbie.

La Norvège s'est préoccupée de la lenteur des progrès pour combattre l'instabilité politique et a exhorté les nouveaux dirigeants du Kosovo à tirer parti de l'élan généré par les élections de février pour consolider l'état de droit, lutter contre la corruption et respecter les droits humains. « Cet élan doit également être mis à profit pour participer pleinement aux processus politiques importants, notamment au dialogue avec la Serbie que facilite l'UE. » Un accord entre le Kosovo et la Serbie sur la normalisation de leurs relations est essentiel pour éviter un conflit de longue durée et assurer le développement économique, a estimé la délégation. Elle a ensuite salué le fait que la MINUK soit parvenue à adapter son travail au contexte de la COVID-19, pour ensuite se préoccuper des répercussions de la pandémie sur la population. Elle s'est félicitée des initiatives visant à appuyer la démocratisation, l'état de droit, la liberté d'expression, la protection des droits humains ainsi que la lutte contre la violence domestique et sexiste. La Norvège a aussi appelé à assurer la pleine participation des femmes au dialogue et à la consolidation de la paix, se félicitant de l'augmentation du nombre de femmes siégeant au Parlement et présentes au Gouvernement.

La France a salué la tenue des élections du 14 février dernier au Kosovo, la formation d'un nouveau gouvernement et l'élection de la Présidente. Le Kosovo dispose à présent d'institutions stables lui permettant de relever les défis auxquels il fait face, en particulier entreprendre les réformes essentielles que les citoyens appellent de leurs vœux, a dit la délégation. Elle a ajouté que la France et l'Union européenne (UE) se tiennent aux côtés du Kosovo pour l'aider à relever ces défis, qu'il s'agisse de la lutte contre la pandémie, du développement économique et social du pays comme du renforcement de l'état de droit, notamment la lutte contre la corruption et la criminalité organisée.   

Parmi ces chantiers prioritaires, figure également le dialogue avec la Serbie, qui est « un enjeu de sécurité européenne », selon la France qui a réaffirmé qu'il n'y a d'autre voie, ni pour le Kosovo, ni pour la Serbie, que de parvenir à un accord global, définitif et juridiquement contraignant. C'est une des conditions du rapprochement européen du Kosovo comme de la Serbie, a-t-elle affirmé. « Il est essentiel que tous les sujets contentieux soient traités, y compris les plus sensibles. » La France a également souhaité que le représentant spécial de l'UE, dont le rôle de médiation est fondé sur une résolution de l'Assemblée générale, vienne prochainement présenter ses efforts devant ce Conseil. 

La France a en outre estimé que les efforts de la MINUK doivent se poursuivre, en coordination avec les initiatives d'autres acteurs régionaux et internationaux, en particulier la mission « état de droit » de l'Union européenne, EULEX Kosovo qui contribue notamment à la lutte contre l'impunité des auteurs de crimes graves. La France s'est dite convaincue que la Serbie et le Kosovo ont un avenir européen commun. « Nous invitons les dirigeants du Kosovo et de la Serbie à agir en Européens en recherchant un compromis. »

La Fédération de Russie a dénoncé ce qu'il a vu comme « un manque de respect de la part de la représentante du Kosovo », celle-ci ayant « exhibé un drapeau du Kosovo alors que de nombreux membres du Conseil de sécurité ne reconnaissent pas l'indépendance du Kosovo ». La délégation a rappelé que ce manque de respect a provoqué la suspension de séance au début de la réunion. La Fédération de Russie a appelé à respecter la résolution 1244 du Conseil de sécurité.

Sur le fond, la délégation a regretté l'absence de progrès dans le dialogue entre Belgrade et Pristina qui est mené sous l'égide de l'UE, organisation à laquelle le pouvoir de médiation a été confié par l'Assemblée générale des Nations Unies. La Fédération de Russie a attribué cela à « l'attitude non constructive de Pristina » depuis 12 ans. « Les Albanais du Kosovo n'ont toujours pas compris l'inutilité d'ultimatum artificiels », a dit la délégation russe avant d'appeler l'UE à s'en tenir à des principes de neutralité et à s'abstenir d'imposer des calendriers assortis de pressions sur Belgrade.

« Nous sommes contre l'entrée du Kosovo dans les organisations internationales », a déclaré la Russie avant d'expliquer que l'absence de progrès entre Belgrade et Pristina est aussi liée à la succession de crises internes qui caractérise la situation au Kosovo. Illustrant son propos, la Fédération de Russie a cité la corruption et la criminalité qui sont des problèmes chroniques, ainsi que les nombreuses violations observées en marge de la préparation des récentes élections législatives desquelles de nombreux candidats proserbes ont été écartés. La Fédération de Russie a aussi appelé Pristina à faciliter et respecter le travail du tribunal spécial de La Haye pour enquêter sur les crimes de guerre commis par la soi-disant armée de libération du Kosovo.

Par ailleurs, la Fédération de Russie a dit s'inquiéter de voir le Kosovo se transformer en vivier pour un islamisme violent, notant les incidences sur les pays voisins comme l'a montré l'attentat commis à Vienne en novembre 2020. En outre, la délégation russe a particulièrement fustigé les nombreuses attaques contre les minorités non-albanaises au Kosovo. S'inquiétant des menaces qui pèsent sur la sécurité du patrimoine culturel et religieux serbe, la Fédération de Russie a rappelé que la responsabilité de la sécurité de ces biens repose sur la Force internationale de sécurité au Kosovo (KFOR) et mission « État de droit » menée par l'Union européenne au Kosovo (EULEX). En outre, la délégation russe a estimé que la restitution aux propriétaires légaux de biens usurpés est tout à fait insuffisante.

Enfin, la délégation russe s'est aussi inquiétée de la mise en place au nord du Kosovo d'une base militaire de forces de sécurité du Kosovo qui a fait fuir les populations serbes de la région. La délégation russe a aussi fustigé la décision de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) de faire participer à ses manœuvres des personnels de sécurité du Kosovo. La délégation a estimé que cette démarche revenait de fait à reconnaître une armée du Kosovo. Dans ce contexte, la Fédération de Russie a jugé indispensable le maintien de la MINUK.

Le Royaume-Uni s'est félicité du bon déroulement des élections parlementaires et de la nomination de la nouvelle Présidente. La formation réussie d'un nouveau gouvernement illustre la force des institutions démocratiques du Kosovo, a estimé la délégation qui a aussi relevé de réels progrès dans la représentation des femmes. Elle s'est cependant préoccupée des difficultés rencontrées par certains candidats qui s'opposaient aux listes serbes et a jugé impératif que les Serbes du Kosovo puissent voter pour différents candidats et participer à des élections crédibles.

Poursuivant, la délégation a estimé que le nouveau gouvernement est l'occasion, pour le Kosovo, de réaliser des progrès, notamment dans le cadre du dialogue que facilite l'UE. Elle a encouragé le Kosovo et la Serbie à conclure un accord de normalisation qui profite aux populations « des deux pays ». Elle a appelé les parties à assurer la justice pour les victimes des crimes commis pendant le conflit de 1998-99, pour ensuite engager les dirigeants à s'abstenir de toute rhétorique incendiaire ou méprisante. Notant par ailleurs que la situation sur le terrain a beaucoup évolué, le Royaume-Uni a jugé nécessaire de veiller à la pertinence du mandat de la MINUK.

Les États-Unis ont félicité le Kosovo pour les dernières élections libres, équitables et transparentes de février dernier, qui ont donné lieu à un nouveau gouvernement et reflètent la volonté de la population de soutenir les réformes importantes. Ils ont dit soutenir le dialogue entre Pristina et Belgrade mené sous les auspices de l'Union européenne. De même, les engagements pris par les dirigeants kosovars et serbes à la Maison Blanche en septembre 2020 ont renforcé les bases de la coopération économique, du développement et de la normalisation, a noté la délégation. Les États-Unis exhortent donc les deux parties à mettre en œuvre les accords passés et à aborder la reprise des pourparlers de dialogue de manière pragmatique et productive, dans le but de conclure un accord de normalisation global.

La délégation a réaffirmé sa position selon laquelle la MINUK a depuis longtemps rempli son objectif initial et qu'elle devrait se rapprocher de sa fermeture. «  Nous demandons à nos collègues membres du Conseil de sécurité de mettre fin à la MINUK et de déterminer un rôle plus pertinent pour l'ONU pour aider le Kosovo à réaliser son plein potentiel », a déclaré la délégation. Elle a enfin salué l'établissement de relations diplomatiques entre le Kosovo et Israël.

L'Inde s'est félicitée des multiples séries de pourparlers engagés au niveau des experts entre Belgrade et Pristina sur les réclamations financières et les questions concernant la propriété depuis la reprise du dialogue facilité par l'UE en juillet 2020. Alors que les élections dans la région et la pandémie de COVID-19 ont eu un impact sur les pourparlers, l'Inde s'est dite encouragée par les récentes réunions de haut niveau tenues par le Représentant spécial de l'UE il y a plusieurs semaines pour définir les modalités de la poursuite du dialogue. « Nous espérons que les deux parties reprendront bientôt de bonne foi le dialogue facilité par l'UE », a dit l'Inde avant d'appeler celles-ci à mettre en œuvre les accords déjà signés, notamment ceux sur la création de l'Association des municipalités à majorité serbe du Kosovo, et à trouver un terrain d'entente pour résoudre les questions litigieuses.

Par ailleurs, l'Inde a mis l'accent sur la question des personnes disparues, en souhaitant que les autorités soient en mesure, avec l'appui de la MINUK, de déterminer le sort des personnes qui sont toujours portées disparues. « Le retour volontaire et en toute sécurité des personnes déplacées d'autres pays de la région est également essentiel en termes de mesures de confiance », a dit l'Inde avant d'inviter la MINUK et les autres présences internationales à encourager les autorités de Pristina à s'attaquer aux problèmes de toutes les communautés.

Le Mexique a appelé les parties à faire du dialogue l'instrument par excellence pour trouver une solution à la question du statut du Kosovo, notamment en participant de manière constructive au dialogue facilité par l'UE. La délégation a appelé à appuyer les efforts pour répondre à la situation des personnes déplacées. Elle a aussi engagé les institutions chargées de la transition à pleinement coopérer, insistant notamment sur la lutte contre la corruption et le respect des droits. Le Mexique s'est préoccupé de la persistance des tensions et a appelé à redoubler d'efforts pour y répondre et pour veiller au respect des droits des minorités.

Le Kenya a félicité la MINUK de ses efforts et du rôle important qu'elle continue de jouer dans la promotion de la sécurité, de la stabilité et du respect des droits de l'homme au Kosovo. La délégation a aussi salué le soutien à la participation des femmes et des jeunes aux processus décisionnels et au dialogue intercommunautaire. L'inclusion délibérée des femmes et des jeunes dans tous les domaines est essentielle pour garantir la réalisation du développement durable, de la paix et de la sécurité, a-t-elle déclaré. Elle a apprécié les efforts de la MINUK, de l'équipe des Nations Unies au Kosovo et des organismes, fonds et programmes des Nations Unies visant à contenir et à répondre à la pandémie de COVID-19 au Kosovo. « Nous exhortons la communauté internationale à continuer de soutenir ces efforts, notamment en garantissant la disponibilité des vaccins pour tous. »

La délégation a ensuite salué le succès des élections législatives du 14 février 2021 au Kosovo, malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19. Elle s'est félicitée en particulier du niveau élevé de participation des femmes et des jeunes aux élections, ce qui a entraîné une proportion accrue de femmes députés, celles-ci dépassant maintenant le seuil de 30% établi. Elle a aussi salué l'élection par le Parlement de Mme Vjosa Osmani Sadriu à la présidence. Le Kenya a en outre dit soutenir le dialogue facilité par l'Union européenne entre Belgrade et Pristina, ajoutant qu'une une paix durable, la stabilité et le développement socioéconomique au Kosovo et de la région dépendent de progrès durables dans le dialogue visant à normaliser les relations avec Belgrade.

Le Niger a salué la tenue, au Kosovo, le 14 février 2021, des élections législatives anticipées qui ont abouti à l'élection des nouvelles autorités dans ce pays. Le Niger a appelé à des mesures appropriées pour prévenir toute forme d'instabilité politique et faire face aux effets néfastes de la COVID-19, faisant valoir que ces deux facteurs nuisent aux efforts de lutte contre la corruption et de garantie de l'indépendance du pouvoir judiciaire. Dans ce contexte, la délégation a salué le rôle primordial des acteurs internationaux pour la livraison de 100 800 doses de vaccin contre la COVID-19, qui constituent le premier lot des 720 000 doses nécessaires pour vacciner 20% de la population.

« S'il faut se réjouir de la résolution de Belgrade et Pristina à dialoguer, leurs divergences quant aux principes et fondements de la négociation demeurent une préoccupation majeure », a poursuivi le Niger avant d'exhorter les deux parties à tout mettre en œuvre pour créer les conditions favorables à la normalisation de leurs relations. Par ailleurs, conformément à la résolution 1325 2000), le Niger s'est félicité des mesures tendant à promouvoir l'agenda femmes, paix et sécurité, notamment les initiatives visant la participation égale et complète des femmes au processus de paix et la possibilité de faire recours contre les décisions de la Commission chargée de la vérification du statut de survivant aux violences sexuelles liées aux conflits.

L'Estonie a salué la formation d'un nouveau gouvernement et d'une nouvelle assemblé au Kosovo. Maintenant que toutes les institutions du Kosovo ont été formées, la dialogue que facilite l'UE entre Belgrade et Pristina doit reprendre sans plus tarder, a-t-elle souhaité. Toutes les questions en suspens doivent être résolues, a souligné la délégation qui a ensuite encouragé la Serbie et le Kosovo à intervenir davantage auprès des femmes et des jeunes qui ont leurs contributions à apporter à la table des négociations.

La délégation a engagé la Serbie et le Kosovo à lancer des réformes dans le cadre de l'accord de stabilisation et d'association et à appuyer la coopération régionale. Elle a également insisté sur l'importance de lutter contre la corruption et la criminalité organisée et de promouvoir le développement socioéconomique. Notant par ailleurs que la coopération avec l'UE augmente de manière significative, l'Estonie a demandé un examen stratégique de la MINUK. Elle a ensuite engagé la Serbie et le Kosovo à faire preuve de bonne foi et de compromis pour conclure un accord juridique contraignant sur la normalisation de leurs relations.

Pour Saint-Vincent-et-les Grenadines, la MINUK et l'équipe des Nations Unies au Kosovo continuent de jouer un rôle vital au Kosovo en relevant les défis de la pandémie de COVID-19 grâce à l'adaptation de ses activités programmatiques. La délégation a réaffirmé l'importance d'encourager la participation pleine, égale et significative des femmes à tous les segments du processus politique. Nous nous félicitons du niveau élevé de participation des femmes et des jeunes aux récentes élections et de la proportion accrue de femmes députés qui dépasse le quota de 30% établi, a-t-elle salué.

En outre, la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina est essentielle pour la stabilité de la région, a souligné Saint-Vincent-et-les Grenadines. La délégation a donc encouragé les parties à reprendre les pourparlers dans le cadre du dialogue facilité par l'UE. Elle a aussi souligné l'importance du renforcement de l'état de droit et a encouragé le Kosovo à poursuivre ses efforts de lutte contre la corruption et le crime organisé et à promouvoir le développement socioéconomique.

La Tunisie a exprimé son soutien aux efforts du Représentant spécial de l'UE au Kosovo et pris note de la série de réunions qu'il a tenues dans la région, en mars, pour préparer le prochain cycle de dialogue entre Belgrade et Pristina après la formation du Gouvernement au Kosovo. La Tunisie a espéré que le prochain cycle de dialogue s'achèvera bientôt et permettra des progrès tangibles sur un certain nombre de questions importantes, telles que la mise en œuvre des accords en suspens, la coopération économique, le retour des personnes déplacées, la situation des minorités et le sort des personnes portées disparues.

La Tunisie a déclaré que la paix dans la région reste liée à la volonté des parties concernées de conclure un accord final, global et contraignant qui règle toutes les questions en suspens. Par conséquent, la Tunisie a invité les deux parties à surmonter les différences et à se concentrer sur les moyens de parvenir à des solutions mutuelles afin de réaliser, par un dialogue constructif, les aspirations des peuples de la région en matière de sécurité, de stabilité et de développement économique et social. La délégation a ajouté que seul un dialogue constructif et des concessions des deux côtés permettront d'instaurer la confiance mutuelle et la réconciliation. « Nous appelons également la communauté internationale, les organisations régionales, en particulier l'UE et l'OSCE, à poursuivre leurs efforts dans ce domaine », a conclu la Tunisie.

L'Irlande s'est félicitée des progrès réalisés en matière de représentation politique des femmes, suite aux dernières élections, et a souhaité voir leur pleine participation au dialogue entre Belgrade et Pristina. Elle a souligné qu'un accord de normalisation juridiquement contraignant est essentiel pour les « perspectives européennes » de la Serbie et du Kosovo ainsi que pour la stabilité des Balkans occidentaux. Maintenant qu'un nouveau gouvernement est au pouvoir au Kosovo, il existe une occasion réelle d'imprimer un nouvel élan au dialogue entre Belgrade et Pristina, a estimé la délégation qui a appelé les parties à déployer des efforts sincères au cours des prochains mois pour faire avancer le dialogue facilité par l'UE. L'Irlande a également appelé le Kosovo à renforcer le programme de réforme de l'UE et à tenir compte des questions d'état de droit mises en lumière par la pandémie de COVID-19, notamment en ce qui concerne l'accès à la justice des groupes vulnérables.

La Chine a plaidé pour le respect de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de la Serbie. Elle a prôné le retour au dialogue entre Pristina et Belgrade au plus tôt, insistant pour que les engagements précédemment pris soient mis en œuvre. La délégation a demandé aux parties d'utiliser la lutte contre la pandémie de COVID-19 pour renforcer la coopération entre les communautés. La Chine a rappelé que la Serbie a distribué des vaccins contre la COVID-19 au Kosovo, notamment au sein des communautés serbes, et a demandé que les vaccins soient accessibles à tous. La Chine a demandé aux parties d'assurer la sécurité du personnel onusien afin que la MINUK puisse mener à bien sa mission. Au sujet de l'incident du début de séance qui a vu l'interruption de la réunion, la Chine a estimé que les images en arrière-plan des délégations n'ont pas d'impact tant que les réunions du Conseil de sécurité se déroulent sous un format informel. La délégation a dit souhaiter que de tels incidents ne se répètent pas dans l'avenir.

Le Viet Nam a noté avec préoccupation le manque de mise en œuvre, dans des domaines clefs, des accords signés entre Belgrade et Pristina. « Nous regrettons que, bien que des discussions aient eu lieu au niveau des experts, aucune réunion de haut niveau n'ait été organisée entre Belgrade et Pristina dans le cadre du dialogue facilité par l'UE. » Le Viet Nam a aussi regretté que la réponse à la pandémie ait entraîné certaines frictions entre les deux parties.

Mettant l'accent sur l'importance de la résolution 1244 (1999), le Viet Nam a appelé les deux parties à dialoguer et respecter leurs engagements afin de mettre en œuvre les accords conclus pour garantir la sécurité et la stabilité au Kosovo. Le Viet Nam a salué les initiatives prises par la MINUK, en coordination avec les agences et programmes des Nations Unies au Kosovo, pour maintenir la continuité des opérations, protéger son personnel et aider les autorités locales et les communautés à gérer la pandémie de COVID-19. « Nous apprécions l'approche de la MINUK pour soutenir les communautés locales par le biais de divers forums, conférences et projets de renforcement de la confiance. » Le Viet Nam a encouragé la MINUK à continuer de s'acquitter de ses objectifs et de son mandat de promotion de la sécurité et de la stabilité au Kosovo. À la communauté internationale, il a demandé de continuer de déployer des efforts pour aider Belgrade et Pristina à mettre de côté leurs différences et à parvenir à des solutions pacifiques et durables pour le bien-être de toutes les communautés et pour la paix et la sécurité dans la région.

Reprenant la parole, le Ministre des affaires étrangères de la Serbie a dénoncé les « revendications erronées » de Mme Gërvalla-Schwarz selon lesquelles 20 000 femmes albanaises auraient été violées. Il y a vu une tentative de créer une campagne de propagande sur des viols de masse. Il a comparé cette affirmation avec les chiffres suivants: sur 1 440 plaintes signalées depuis 2018, 920 ont été acceptées. Il a aussi dénoncé le fait que Pristina omette toujours de faire figurer les femmes serbes victimes dans son compte. Spéculer sur les chiffres ne sert pas la justice et politise le processus au lieu de l'aider, a-t-il mis en garde.

M. Selaković s'est aussi opposé à l'emploi du terme « génocide » et a décrié le discours de propagande et de haine de Pristina envers la Serbie. Il a souhaité que le tribunal de La Haye  parvienne à traduire les auteurs en justice afin de déterminer ce qui s'est réellement passé. Le peuple de Serbie est victime du projet des Albanais du Kosovo qui repose sur le nettoyage ethnique, comme en témoigne l'expulsion de plus de 200 000 Serbes du Kosovo-Metohija, a-t-il déclaré en précisant que « la capitale de notre province du sud, à savoir Pristina, qui a plus de 200 000 habitants, comptait plus de 40 000 Serbes avant le conflit et à peine une vingtaine à présent ».

À son tour, Mme Gërvalla-Schwarz, du Kosovo, a déclaré que la propagande n'aide pas et que seuls des pourparlers francs seront utiles pour l'avenir. « La vérité et seulement la vérité aidera votre pays à avoir un bon partenariat avec les Balkans », a-t-elle répondu avant d'ajouter que « tout le monde sait qui a été l'auteur du génocide ».