Rwanda + 5 more

Bulletin hebdomadaire d'information 50 pour l'Afrique Centrale et de l'Est

Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
Réseau intégré d'information régional
Pour l'Afrique centrale et de l'Est
Tel : +254 2 622147
Fax : +254 2 622129
E-mail : irin@ocha.unon.org

(du 11 au 17 décembre 1999)

RWANDA: Les Nations Unies sévèrement critiquées pour leur inaction pendant le génocide

Une enquête indépendante, sur le rôle joué par les Nations Unies pendant le génocide de 1994, conclut dans son rapport publié jeudi que l'organisation a failli à ses responsabilités vis à vis du peuple du Rwanda et aurait dû s'excuser plus clairement, plu s franchement et beaucoup plus tôt.

La commission d'enquête, présidée par l'ancien premier ministre suédois, Ingvar Carlsson, estime que la réponse des Nations Unies a été caractérisée par "un manque de leadership politique, un manque de capacité militaire, de graves problèmes de commandeme nt et de contrôle, et un manque de coordination et de discipline". La mission, qui comptait 2 500 hommes, aurait dû pouvoir limiter les massacres, ajoute-t-elle dans son rapport, qui reproche également au département de maintien de la paix, que dirigeait M. Annan, de n'avoir pas "répondu de manière plus déterminée" au génocide.

[Dossier complet disponible sur les sites internet http://www.un.org/News/ossg/rwanda=5Freport.htm

RWANDA: Le Secrétaire Général accepte les conclusions du rapport

Kofi Annan, qui avait commandé l'enquête, a déclaré qu'il acceptait pleinement les conclusions de la commission d'enquête "y compris celles qui concernent les responsables du Secrétariat des Nations Unies, dont je faisais partie". Il a reconnu l'échec des Nations Unes au Rwanda et exprimé son profond remords. "De tous les objectifs que je me suis fixés en tant que Secrétaire Général, aucun ne me tient plus à cour que celui de faire en sorte que les Nations Unies ne faillent plus jamais à leur devoir de pr otéger une population civile d'un génocide ou d'un massacre de masse", a-t-il ajouté.

RWANDA: Kigali demande qu'Annan vienne s'excuser en personne

Le Rwanda a demandé à Kofi Annan de venir à Kigali s'excuser en personne pour l'échec des Nations Unies à empêcher le génocide de 1994. "Nous attendons du Secrétaire Général qu'il vienne ici présenter personnellement ses excuses et celles des Nations Unies", a déclaré à la BBC le Ministre au Secrétariat de la Présidence, Patrick Mazimhaka. "Nous espérons qu'il prendra la peine de venir ca r il était en charge à l'époque".

RWANDA: Le parti au pouvoir "politise" l'éducation, selon des étudiants

L'un des 42 étudiants rwandais qui ont fui en Ouganda et y ont demandé l'asile, par peur selon eux des persécutions politiques en Rwanda, a reproché mercredi au Front Patriotique Rwandais (FPR, au pouvoir) de "politiser " une question académique. Dans un entretien avec le service en kinyarwanda de la BBC, cet étudiant a déclaré que le gouvernement s'apprêtait à les emprisonner parce qu'ils avaient refusé d'étudier en français, une langue qu'ils ne connaissent pas. "Ils ont commencé à dire que nous travail lions avec le MDR (le parti hutu Mouvement démocratique républicain) . à nous appeler Interahamwe", a déclaré l'étudiant". Le HCR a refusé d'aider à les étudiants à obtenir l'asile en Ouganda, estimant que rien n'indique qu'ils seraient l'objet de persécu tions au Rwanda. Des spécialistes de la région ont indiqué à IRIN que la question était importante car "pour la première fois, une politique du gouvernement fait des victimes parmi les Tutsis".

BURUNDI: Le gouvernement demande à la Tanzanie d'arrêter les assassins de Rutana

Le gouvernement burundais a identifié neuf des assaillants qui, selon lui, sont responsables de l'assassinat de sept employés burundais et deux employés internationaux des Nations Unies, au cours d'une visite aux personnes déplacées de Muzye, dans la prov ince de Rutana, en octobre dernier. Le Ministre de la justice, Terence Sinunguruza, a déclaré mercredi aux journalistes que les assaillants étaient des membres du groupe rebelle 'Forces de défense pour la démocratie' (FDD) qui se sont repliés vers leurs b ases arrières en Tanzanie. Il a signalé que le gouvernement avait appelé la communauté internationale et le gouvernement tanzanien à arrêter les neuf personnes, dont les noms sont mentionnés dans le rapport.

Le porte-parole du mouvement rebelle CNDD-FDD, Jérôme Ndiho, a rejeté les conclusions présentées dans le rapport et demandé l'ouverture d'une enquête internationale. Dans un entretien diffusé par le service en kirundi de la BBC, il a répété les accusation s de son mouvement selon lesquelles le gouvernement est responsable des meurtres. "On ne peut être accusé, enquêteur et juge à la fois", a-t-il dit.

BURUNDI: Les attaques rebelles seraient en diminution dans certaines zones

Les attaques rebelles auraient diminué dans certaines parties du pays, même si le nombre d'opérations militaires et d'actions de représailles des rebelles dans le sud est toujours très élevé, selon des sources humanitaires. Les combats auraient diminué da ns le Bujumbura Rural, de même que les attaques rebelles contre la capitale, Bujumbura. Dans le nord, des affrontements sporadiques ont été signalés, attribués aux rebelles qui se dirigent vers la forêt de Kibira, en provenance de Tanzanie.

BURUNDI: Kirundo sévèrement touché par la sécheresse

La grave sécheresse qui a frappé le pays pendant la saison des semailles, en septembre-octobre, a fortement touché les provinces de Kirundo, Gitega, Ruyigi, Cankuzo, Karuzi, Muyinga, Rutana et Makamba, ont indiqué des sources. La situation est particulièr ement alarmante à Kirundo, o=F9 le PAM a déjà distribué 420 tonnes de vivres à 52 000 personnes. Les prix des denrées alimentaires dans la province ont monté en flèche et une mobilisation urgente d'intrants alimentaires sera nécessaire pour la saison 2000B.

BURUNDI: Des cas de choléra ont été signalés dans certains camps

Des épidémies de choléra ont été signalées dans certains camps civils de regroupement au Burundi. Selon le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (BCAH), cinq décès et 125 cas ont été enregistrés au centre de traitement du choléra du camp de Kabezi, entre le 20 novembre et le 14 décembre. Le BCAH signale que des cas ont également été signalés dans d'autres camps, notamment à Ruziba, Ruyaga et Mubone. "Ce n'est pas encore très préoccupant, mais si le nombre de cas continue à augmenter, cela peut devenir vraiment grave", a indiqué à IRIN un responsable du BCAH.

Une responsable de MSF à Nairobi a confirmé vendredi à IRIN que Médecins Sans Frontières avait installé un centre de traitement du choléra à Ruziba. Il y aurait également des risques d'épidémie dans d'autres camps mais MSF ne pourrait se rendre dans les c amps pour le confirmer que lorsqu'une épidémie aura été officiellement déclarée par le Ministère de la santé ou l'OMS, a indiqué l'agence.

RDC: Ketumile Masire prend le temps de la réflexion

L'ancien président du Botswana, Ketumile Masire, réfléchit s'il doit ou non accepter le poste de médiateur du conflit en RDC. Il a déclaré à la BBC qu'il ne s'était pas proposé et n'avait pas imaginé être choisi. Mercredi, le Secrétaire Général de l'OUA, Salim Ahmed Salim, a officiellement désigné M. Masire, indiquant que tant les parties rebelles que le Président Laurent-Désiré Kabila étaient favorables à sa médiation. Selon M. Salim, le fait que les différentes parties au conflit se rencontrent sur ce p oint "constitue une avancée importante" dans les efforts visant à appliquer l'accord de cessez-le-feu de Lusaka.

RDC: Réunion des groupes rebelles en Ouganda

Une réunion des trois groupes rebelles était prévue en fin de semaine à Kabale, dans le sud-ouest de l'Ouganda, selon la radio Uvira contrôlée par le RCD. Le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), le RCD-Mouvement de libération (RCD-ML) et le M ouvement de libération du Congo (MLC) devaient chacun envoyer sept représentants à Kabale pour discuter du partage du pouvoir et de la fusion des armées rebelles pour créer un front uni, en prévision du dialogue national. Les ambassadeurs rwandais et ouga ndais devaient également participer à la rencontre.

RDC: Des attaques de l'UNITA signalées au Bas-Congo

Un nombre croissant d'incidents de sécurité impliquant des éléments en retraite du mouvement angolais de l'UNITA ont été signalés dans la province du Bas Congo, à l'ouest du pays, ont indiqué à IRIN des sources humanitaires. Cette situation semble être le résultat d'une offensive du gouvernement angolais, qui a obligé les rebelles de l'UNITA à fuir. Un centre de santé, soutenu par une ONG internationale, a été attaqué et un civil est mort, ont précisé les sources. Ces dernières s'inquiètent par ailleurs d e ce que l'insécurité croissante au Bas Congo, l'une des principales régions productrices de vivriers, n'affecte encore davantage l'approvisionnement en vivres des marchés de Kinshasa.

RDC: L'ONU appelée à se déployer dans huit sites sensibles

La Commission Militaire Mixte (CMM), établie pour mettre en oeuvre l'accord de cessez-le-feu de Lusaka, a appelé toutes les parties signataires qui ne l'ont pas encore fait à "garantir leur présence et participation effectives aux CMM régionales". Cet app el intervient à la suite d'affirmations, lancées notamment par le Zimbabwe, selon lesquelles le Rwanda et les groupes rebelles congolais n'auraient affecté aucun personnel aux CMM régionales de Kabinda et Boende, car ils "continuent à poursuivre leurs eff orts afin de gagner du terrain".

RDC: La CMM se penche sur la situation explosive d'Ikela

Un comité spécial de la Commission Militaire Mixte (CMM) a commencé cette semaine à "examiner les modalités pratiques d'un désengagement des forces" en RDC, a indiqué mardi à IRIN le président zambien du comité, le général de brigade Timothy Kazembe. Lors d'entretiens de haut niveau à Kinshasa, Kampala, Kigali, Gbadolite et Goma, la mission se concentrera en particulier sur la situation explosive à l'aéroport d'Ikela, dans la province de l'Equateur, o=F9 les alliés du Président Laurent-Désiré Kabila tentent de forcer le passage pour rejoindre des troupes zimbabwéennes bloquées derrières les lignes rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), a précisé M. Kazembe. Le comité examinera également le désengagement plus large des forces en présence et les meilleurs moyens d'éviter les violations du cessez-le-feu, a-t-il ajouté.

RDC: "Les prochaines semaines seront décisives" pour Lusaka, estime Holbrooke

L'Ambassadeur américain auprès des Nations Unies, Richard Holbrooke, à son retour de la première mission américaine de haut niveau à se pencher presque exclusivement sur la région des Grands Lacs, a déclaré lundi que le processus de paix de Lusaka avait a tteint un stade critique. "Les toutes prochaines semaines seront tout à fait décisives", a-t-il déclaré, avant d'ajouter que les Etats-Unis s'engageaient à "faire de l'Afrique la priorité du mois" lorsque Washington prendra la présidence tournante du Cons eil de Sécurité des Nations Unies, en janvier prochain.

TANZANIE: Le flux de réfugiés du Burundi ralentit mais reste important

Le nombre de nouveaux réfugiés en provenance du Burundi, entre la dernière semaine d'octobre et la première semaine de décembre, atteignait 3 260, soit un flux en diminution mais toujours important, indique le dernier rapport du PAM sur les situations d'u rgence. Quelque 670 nouveaux arrivants burundais ont été enregistrés au camp de Myovosi, à Kasulu, au cours des deux semaines précédant le 5 décembre, et un flux régulier de réfugiés vers les districts de Kigoma, Kasulu, Kibondo et Ngara a porté le total à 3 260, ajoute le PAM. L'ONG internationale Oxfam a signalé une augmentation du nombre de décès dus à la malaria dans certains camps et des pénuries alimentaires dans les communautés touchées par la sécheresse à Shinyanga et Ngorogoro.

OUGANDA: Sécurité renforcée après les attaques de l'ADF

L'armée ougandaise a déployé des troupes supplémentaires et renforcé son dispositif de sécurité dans l'ouest, en réaction à une résurgence d'attaques menées la semaine dernière dans les districts de Bundibugyo et Kabarole par les rebelles des 'Allied Demo cratic Forces' (ADF). Dans l'édition de vendredi du journal semiofficiel 'New Vision', le chef d'état-major ougandais, James Kazini, a indiqué que deux bataillons supplémentaires d'environ 1 000 hommes seraient déployés à Kabarole. Les analystes notent qu e cette intensification de la campagne de l'ADF intervient au lendemain de la signature d'un accord de paix, la semaine dernière à Nairobi, entre les présidents du Soudan et d'Ouganda. Les autorités ougandaises pensent que le Soudan procurait armes et ent raînement aux rebelles des ADF, dont le noyau est musulman Tabliq.

OUGANDA: Le PAM suspend ses distributions alimentaires à Bundibugyo

Le PAM a temporairement arrêté ses distributions alimentaires à Bundibugyo, après une série d'attaques de l'ADF, a indiqué mardi à IRIN la chargée d'information du PAM, Alzira Ferreira. "Nous n'avons pas officiellement suspendu nos opérations dans la régi on", a-t-elle expliqué, "nous avons transféré notre personnel de Bundibugyo à Fort Portal, à cause des attaques de la semaine dernière, mais nous espérons reprendre les livraisons dès que nous aurons reçu du gouvernement des garanties concernant la sécuri té ". Mme Ferreira a indiqué que selon certaines informations, de nombreuses personnes quittaient les montagnes pour rejoindre les villes de Bundibugyo et Nyahuka.

OUGANDA: Huit dirigeants rebelles transférés hors du Soudan

Huit des 24 hauts commandants du groupe rebelle 'Lord Resistance Army' (LRA), dont son chef Joseph Kony, doivent être transférés, à la fin du mois, du Soudan vers les pays de leur choix, a rapporté jeudi 'New Vision'. Selon ce dernier, les huit commandant s avaient déjà été séparés de leurs combattants et étaient prisonniers dans des camps aux abords de Juba, une ville du sud soudanais. Le journal indique par ailleurs qu'au moins 200 prisonniers au Soudan, des jeunes filles pour la plupart, feront partie d'un premier groupe de personnes enlevées rendues à l'Ouganda. Cette décision fait suite à la signature récente, à Nairobi, d'un accord de paix entre les présidents d'Ouganda et du Soudan.

KENYA: Deux processus parallèles de révision constitutionnelle

Deux processus rivaux de révision de la constitution kenyane ont été mis en place mercredi. Quelque 89 membres du parlement et 21 membres de l'opposition ont mis sur pied un comité restreint pour revoir "l'imparfaite" loi de révision de la constitution ke nyane, a annoncé la télévision d'Etat du Kenya (KBC). Dans le même temps, une réunion convoquée par la communauté religieuse pour revigorer le processus constitutionnel au point mort a également lancé son propre processus de révision, sous la houlette du clergé. Le processus de révision constitutionnelle, adopté par le parlement kenyan après consultations avec "les parties concernées", notamment les législateurs, les représentants des organisations religieuses et de la société civile, s'est brusquement ar rêté lorsque le parti au pouvoir, la KANU (Kenya African National Union) a annulé une décision qui prévoyait que ces représentants recueillent des avis auprès de membres du public. Une longue guerre des mots fait maintenant rage depuis plus de huit mois e t le processus de révision est dans l'impasse, la KANU estimant que c'est l'affaire du parlement, alors que les groupes religieux et de la société civile veulent une constitution "basée sur les gens".

GRANDS LACS: La FAO prévoit des pénuries alimentaires inquiétantes

La FAO a signalé qu'une pénurie alimentaire sévère menaçait toujours la région des Grands Lacs du fait de la persistance des conflits civils. Dans un communiqué de presse publié mercredi, l'agence a déclaré que les difficultés d'approvisionnement au Burun di étaient aggravées par la récente escalade de la violence dans certaines régions du pays. Selon l'organisation, la situation alimentaire précaire qui prévaut actuellement se détériorera probablement au cours des prochains mois.

En RDC, du fait de la guerre civile, quelque 10 millions de personnes "ne savent pas quand elles mangeront leur prochain repas", prévient le rapport. Les deux pays, ainsi que le Rwanda, font partie des 15 pays menacés d'urgences alimentaires.

Nairobi, le 17 décembre 1999 [FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN]