Russia

Tchétchénie: Déclaration du Porte-parole du Quai d'Orsay

Source
Posted
Originally published
(15 février 2000)

S'agissant de la Tchétchénie le ministre renouvelle solennellement ses demandes précises aux autorités russes. Ce sont les suivantes :

1) appel au cessez-le-feu,

2) appel à l'arrêt immédiat des opérations militaires dont sont victimes les populations civiles qui en ont atrocement souffert.

3) mettre fin à la répression sous toutes ses formes en particulier dans les camps de regroupement ou ce qu'on appelle les ''camps de filtration''.

4) donner un accès immédiat aux organisations humanitaires pour prêter secours aux victimes.

5) faire en sorte que les media puissent travailler librement et en sécurité

6) définir une solution politique.

Vous vous souvenez que c'est le langage que le Ministre avait déjà tenu lors de sa visite à Moscou, il y a une dizaine de jours et c'est aussi le discours tenu en réponse à une question d'actualité à l'Assemblée Nationale la semaine dernière.

J'indique aussi que sur le même sujet il y a eu une déclaration du Conseil des Affaires Générales hier, des Quinze ministres européens réunis à Bruxelles. Le conseil, en particulier, a souligné la situation de détresse des civils qui sont restés à Grozny, il a rappelé la Russie à ses responsabilités et l'a invitée à se préoccuper de cette situation humanitaire qui va en se détériorant''.

Q- Pourquoi fait-on une déclaration solennelle, qu'y a -t-il de changé ?

Non, on ne peut pas dire que la France change de ton - la France a été parmi les pays les plus fermes depuis le départ sur cette question. Si on répète aujourd'hui ce message, c'est que la situation s'aggrave sur le terrain et que les nouvelles qu'on recueille sur ce qui se passe en Tchéchénie sont plutôt pires qu'avant. C'est parce que les combats se poursuivent, qu' il y a usage de la violence indiscriminée qui fait de nouvelles victimes civiles tous les jours, que l'on reçoit des nouvelles inquiétantes de ces fameux ''camps de flitration'' qu'il nous semble opportun aujourd'hui d'adresser à nouveau un message très ferme et très clair par la voix du ministre des affaires étrangères.

Q- C'est une déclaration abstraite, pour la presse, ou va-t-elle se transformer en démarche ou action vis-à-vis de Moscou ?

Comme vous savez, il y a des contacts très étroits et quotidiens entre les diplomates français et les diplomates russes. Notre ambassadeur relayera sur place cette déclaration, qui, en outre s'adresse effectivement à la presse puisqu'elle est faite publiquement.

Q- Cette déclaration est-elle associée à des menaces comme les précédentes déclarations de l'UE?

Je ne suis pas sûre que ce sujet ait été abordé hier à Bruxelles. Comme vous savez c'était le dernier Conseil des affaires générales qui devait traiter cette question et qui demandait de remettre à plat les programmes de coopération entre l'Union européenne et la Russie. Cela suit son cours et il n'y a pas eu d'éléments nouveaux hier.