oPt

Territoires palestiniens: L'Appel d'Amman

Source
Posted
Originally published
Pour la première fois, les chefs religieux des treize Églises chrétiennes de Jérusalem se sont unis pour exhorter les Églises du monde entier à prendre position à leurs côtés lors de la conférence "Les Églises ensemble en faveur de la paix et de la justice au Moyen-Orient" tenue du 17 au 20 juin en Jordanie.

Le Forum œcuménique pour la Palestine et Israël, dont le lancement a constitué le point culminant de cette conférence, veut encourager les activités des Églises partout dans le monde en vue d'une paix juste en Palestine/Israël.

Ce Forum entend être un instrument propre à "catalyser et coordonner les efforts existants et nouveaux entrepris par les Églises en faveur de la paix" a déclaré , le pasteur Samuel Kobia, Secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE) et organisateur de la conférence. Cette initiative a pour objet de mettre fin à l'occupation illégale conformément aux résolutions des Nations Unies et se veut en même temps une expression de l'engagement des Églises en faveur d'une campagne interreligieuse pour la paix et la justice servant tous les peuples de la région.

Dans ses remarques finales adressées aux quelque 130 représentants d'Églises et d'organisations chrétiennes de six continents qui participaient à cette conférence, le pasteur Kobia a affirmé que le forum serait "un groupe participatif d'Églises et d'organisations qui souhaitent se rencontrer, agir de manière interdépendante et coopérer au service d'une cause commune".

L'Appel d'Amman, document fondateur du forum adopté par la conférence, reconnaît qu'en Palestine/Israël " les enfants de Dieu - chrétiens, musulmans et juifs - sont pris au piège d'un cycle toujours plus menaçant de violence, d'humiliation et de désespoir". Mais il affirme aussi que "le rôle des Églises est de guérir et d'amener toutes les parties à la réconciliation".

Le COE va établir un "groupe restreint" qui sera chargé de mettre en œuvre les recommandations de la conférence. Ce groupe fondera sa proposition de plan d'action sur les résultats des travaux des six groupes qui ont délibéré dans le cadre de la conférence d'Amman.

Ces groupes ont formulé un certain nombre de recommandations sur les sujets suivants : les perspectives théologiques et bibliques qui doivent sous-tendre le travail du forum ; l'impact de l'occupation israélienne des terres palestiniennes et les réactions des Églises ; la justice et la réconciliation ; les modèles de solidarité active des Églises ; les mesures économiques qui pourraient contribuer à faire avancer la cause de la paix ; les efforts de promotion des Églises au niveau international.

Au terme de la Conférence, Mgr Housset, évêque de la Rochelle et Saintes, a tenu à rappeler que si "La situation actuelle est complexe, pour ne pas dire tragique, elle n¹est pas désespérée. Les témoignages forts entendus nous ont rappelé la possibilité de retours à la paix dans des situations tout aussi difficiles. Par exemple en Afrique du Sud avec l¹apartheid ou au Nicaragua après la guerre civile."