oPt

oPt: Renforcer la sécurité alimentaire des ménages vulnérables en Cisjordanie

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Avec l'appui financier du Service d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), Oxfam-Solidarité et son partenaire palestinien PARC mettent en oeuvre un projet de soutien à la production alimentaire familiale en Cisjordanie. Objectif : contrer l'insécurité alimentaire croissante dans la région.

Faisant suite à un projet mis en oeuvre depuis mars 2007 dans 6 villages de Cisjordanie, cette nouvelle action menée par Oxfam-Solidarité et PARC étend l'appui à la production alimentaire des ménages vulnérables dans 5 nouveaux villages isolés des districts de Salfit et du nord de Ramallah. L'objectif principal est d'accroître la production d'aliments de qualité afin de réduire les dépenses en nourriture, d'augmenter l'autosuffisance alimentaire et de générer des revenus par la vente des produits.

Contexte

Du fait des restrictions de mobilité drastiques imposées aux Palestiniens par Israël (multiplication des check-points, construction du Mur, régime de permis rigide et restrictif...), le taux de chômage dans les territoires palestiniens occupés n'a cessé de grimper ces dernières années. Du jour au lendemain, des milliers de Palestiniens n'ont plus eu le droit d'aller travailler en Israël, perdant ainsi souvent la seule source de revenus de la famille. D'autres, disposant de terres et de sources d'eau pour cultiver, ont perdu leurs propriétés (suite à l'extension des colonies et à la construction du Mur par Israël) ou n'ont plus pu commercer normalement à cause des restrictions de mobilité.

Dans un contexte de dégradation économique et d'inflation galopante, ces facteurs mettent en péril les moyens de subsistance de nombreux ménages palestiniens. En quelques années, le nombre de ménages vivant en-dessous du seuil de pauvreté s'est littéralement envolé. L'insécurité alimentaire progresse, affectant particulièrement les femmes et les enfants. Beaucoup de familles sont désormais dépendantes de l'aide humanitaire/alimentaire pour se nourrir.

L'action d'Oxfam-Solidarité

Pour lutter contre l'insécurité alimentaire et la dépendance humanitaire des ménages, une stratégie consiste à développer l'agriculture familiale à petite échelle. Celle-ci permet aux ménages de produire une partie de leur nourriture dans leur jardin et de générer des revenus financiers par la vente et l'échange des surplus. Beaucoup de « nouveaux pauvres » palestiniens ont le potentiel pour se lancer dans une telle activité. Mais pour cela, ils ont besoin d'un appui technique et matériel. C'est cet appui qu'Oxfam-Solidarité et son partenaire PARC fournissent à plus de 430 familles vulnérables de villages isolés, grâce au soutien financier d'ECHO.

L'action menée porte principalement sur les éléments suivants :

- Augmenter la production alimentaire des ménages par le développement de potagers irrigués (200 m=B2). Les familles ciblées reçoivent les matériaux de base (réseaux d'irrigation et semences variés) et bénéficient de la réparation de leurs citernes d'eau (ou reçoivent un réservoir si elles ne disposent pas de citernes).

- Débuter la production de miel. Chaque famille reçoit 3 ruches (actives et complètes), des vaccins, 20 kilos de sucre pour l'alimentation des abeilles en hiver ainsi que des plantes offrant du nectar aux abeilles. Un purificateur de miel est mis à disposition des producteurs dans chaque lieu visé.

- Fournir un appui technique, des formations et un suivi. Les bénéficiaires reçoivent des formations adaptées à leurs besoins pour lancer et maintenir la production de leur potager et de leurs ruches. Le projet assure également un suivi et un appui technique durant la période de mise en oeuvre.

- Renforcer les capacités des communautés isolées. Beaucoup de bénéficiaires et d'habitants des villages souhaitent en savoir plus sur les modèles collectifs de commercialisation, sur l'environnement local, sur la production et l'amélioration de semences locales.... Des ateliers de formation sont donc organisés sur ces questions.

- Encourager la prise en charge durable de l'activité grâce à des comités locaux. Dans chaque village, un comité local (de 5 à 7 personnes) est mis sur pied pour évaluer les besoins des familles, accompagner la mise en oeuvre et le suivi du projet. Chaque comité comprend des membres issus de groupes de femmes, de groupes de fermiers, de fonctionnaires du village et des bénéficiaires du projet.

Sélection des bénéficiaires

Le projet s'adresse avant tout aux plus vulnérables parmi les « nouveaux pauvres », les aidant à améliorer le niveau de sécurité alimentaire de leurs familles. Il s'agit : des femmes qui sont chef de famille (des veuves, des femmes divorcées, etc.), capables et disposées à travailler dans l'agriculture familiale à petite échelle (autours de la maison), des petits fermiers affectés complètement ou partiellement par une perte d'actifs en raison de la construction du Mur, des chômeurs de longue durée intéressés à travailler dans l'agriculture familiale de petite échelle La sélection des bénéficiaires se fait sur base d'un système de points qui prend en compte des critères socio-économiques, dont la composition de la famille (le nombre de dépendants, d'enfants, de personnes aux études, de personnes handicapées, de personnes souffrant d'une maladie chronique ou de personnes âgées), le revenu familial mensuel, la (ou les) source(s) de revenus, les actifs, etc. On porte aussi attention au degré de pertinence de la candidature du bénéficiaire pour une activité de production spécifique (développement de potagers ou production de miel) en fonction de l'expérience acquise, du potentiel et des capacités du bénéficiaire à gérer l'activité de production donnée d'une manière appropriée. Ce système de points permet d'établir un schéma du niveau de vulnérabilité de chaque bénéficiaire potentiel, tout en prenant en compte son potentiel de récupération.Le système permet ainsi de déterminer les bénéficiaires finaux sur une base objective.

Nombre de bénéficiaires

En plus des familles déjà concernées par le projet de 2007, les activités ciblent les familles de 5 autres villages ruraux isolés : Kufl Harith, Sarta, Farkha, Kafr Ayn en Ben Zaid. Au total, 170 nouvelles familles sont donc impliquées dans ce projet, faisant passer le nombre total de bénéficiaires directs à près de 3.245 personnes.

Avec l'appui du Service d'Aide Humanitaire de la Commission européenne (ECHO)

Le contenu de cet article est de la seule responsabilité d'Oxfam-Solidarité et ne peut en aucune façon être interprété comme reflétant les vues de la Commission européenne.

Titre du projet : Renforcer la sécurité alimentaire et la résistance des ménages vulnérables de Cisjordanie
Source de financement : Service d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO)
Mise en oeuvre : Oxfam-Solidarité et son partenaire PARC
Durée du projet : 11 mois, à partir du 1er mai 2008
Lieu : 11 villages de Cisjordanie (districts de Salfit, Ramallah-Nord et Qalqilya)