oPt + 1 more

L'Assemblée adopte trois résolutions sans précédent sur l'émancipation des pauvres par le droit, l'harmonie avec la « terre nourricière » et la sécurité alimentaire

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

AG/10907

Assemblée générale
Soixante-quatrième session
66e séance plénière - après-midi

Sur recommandation de sa Commission économique et financière (Deuxième Commission), l'Assemblée générale a adopté ce matin 41 résolutions dont trois qui n'avaient jamais fait l'objet de décision auparavant à savoir celles sur l'émancipation des pauvres par le droit, l'harmonie avec la « Terre nourricière » et la sécurité alimentaire.

La Commission a également recommandé à l'Assemblée les textes plus traditionnels comme ceux sur la nécessité d'instaurer un « nouvel ordre économique international » ou le financement du développement.

Soucieuse de promouvoir la « démarginalisation des pauvres par le droit », l'Assemblée générale a encouragé les États Membres à mettre l'accent, dans leurs politiques et stratégies nationales, sur l'accès à la justice et la réalisation des droits relatifs à la propriété, au travail et à l'entreprenariat.

Alors que le 22 avril dernier, était observée pour la première fois la Journée internationale de la Terre nourricière, l'Assemblée générale a invité aujourd'hui tous les États Membres, ainsi que les Nations Unies, à mettre à profit cette Journée pour promouvoir les principes à respecter pour vivre en « harmonie avec la nature ».

L'Assemblée a aussi adhéré à un texte sur la « sécurité alimentaire universelle » qui souligne l'importance de renforcer et de revitaliser le secteur agricole des pays en développement, grâce à un accroissement de l'aide publique au développement (APD).

Suivant l'avis de sa Deuxième Commission, l'Assemblée générale a réitéré son attachement à l'instauration d'un nouvel ordre économique international fondé sur les principes d'équité, d'égalité souveraine, d'interdépendance, d'intérêt commun, de coopération et de solidarité entre tous les peuples et États.

Dans ce contexte, le Secrétaire général a été prié de présenter dans son prochain rapport une vue d'ensemble des grands problèmes à résoudre pour assurer une croissance économique soutenue et un développement durable qui soient équitables et totalement inclusifs. Comme en Commission, le texte portant sur cette question a été adopté à l'issue d'un vote.

L'Assemblée a également insisté sur l'importance d'accélérer les négociations en vue de conclure en 2010, le Cycle de négociations commerciales de Doha pour le développement et de faciliter l'accession de tous les pays en développement à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Aux termes d'un autre texte, les institutions financières internationales ont été invitées à entreprendre leur réforme systémique et à remédier d'urgence au problème de la dette des pays en développement.

L'Assemblée a par ailleurs décidé de tenir son quatrième Dialogue de haut niveau sur le financement du développement les 16 et 17 mars 2010 au Siège des Nations Unies, et a entériné le Document final de Nairobi adopté le 3 décembre dernier sur la coopération Sud-Sud.

L'importance des enjeux économiques et financiers n'a pas occulté les défis en matière de développement durable puisque l'Assemblée a adopté 15 résolutions à ce sujet, dont une par laquelle elle a décidé de convoquer, en juin 2010 de préférence, à Douchanbé, au Tadjikistan, une Conférence internationale de haut niveau pour procéder à un examen approfondi à mi-parcours de la mise en œuvre de la Décennie internationale d'action sur le thème « L'eau, source de vie » (2005-2015).