Sécurité Alimentaire et implications humanitaires en Afrique de l’Ouest et au Sahel, N°85 - Octobre 2017

L'ESSENTIEL

  • La baisse des précipitations marque la fin de la saison agricole principale à travers l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

  • Importants déficits de production de la biomasse au Sénégal, en Mauritanie et au Tchad pouvant entrainer une soudure pastorale précoce.

  • A l’exception de la Mauritanie, Liberia et Sierra Leone, la chenille légionnaire a été détectée dans l’ensemble des pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

La réduction des précipitations en octobre indique la fin de la principale saison des pluies à travers l’Afrique de l’Ouest et le Sahel. Avec le début des récoltes, il reste à confirmer les bonnes perspectives de production qui ont été annoncées au regard de la bonne pluviométrie de cette saison des pluies et de faire une situation des impacts des inondations et des déficits pluviométriques enregistrées dans certains pays.

La situation alimentaire du bétail est dans l’ensemble caractérisée par un bon développement et une régénérescence du couvert végétal. L’état d’embonpoint des animaux est globalement bon. Cependant, des anomalies de la production de biomasse au Sahel indiquent de sérieux déficits en Mauritanie, au Sénégal et au Tchad. Ces zones seront susceptibles d'avoir des déficits de fourrage et des conditions difficiles pour les pasteurs qui chercheront des pâturages et de l'eau pour leurs troupeaux. La faible disponibilité de la biomasse et de l'eau favorise une forte possibilité d'une période de soudure précoce, prolongée et difficile en 2018 pour ces zones. La transhumance des troupeaux risque de commencer tôt à la recherche de pâturages et de l’eau, ce qui peut causer des tensions entre les communautés agricoles et pastorales.