Nigeria + 1 more

Des réfugiés camerounais fuient en nombre croissant vers le Nigéria, où leur nombre total approche les 60 000

Source
Published
Origin
View original
Des réfugiés anglophones du Cameroun sont enregistrés par le personnel du HCR à l’installation d’Okende à Ogoja, au Nigeria, en avril 2019. © HCR/Will Swanson

Près de 8000 réfugiés camerounais ont fui vers l’ouest et le sud du Nigéria dans les Etats de Taraba et Cross Rivers ces deux dernières semaines, ce qui porte la population réfugiée originaire du Cameroun à près de 60 000 personnes dans ce pays.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, s’attend à de nouvelles arrivées, d’après les témoignages des réfugiés faisant état de civils présents dans des zones frontalières reculées. Actuellement en route, ils vont tenter de rejoindre le Nigéria.

Ce tout dernier afflux s’est produit juste avant les élections au Cameroun le week-end dernier, alors que les habitants fuyaient la poursuite des violences entre les forces de sécurité et des groupes armés. Cet exode fait suite à une hausse des déplacements internes au sein du Cameroun dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest observée durant le dernier trimestre 2019.

Les réfugiés ont déclaré avoir fui la violence et certains sont même arrivés de l’autre côté de la frontière avec des blessures par balle. Selon les nouveaux arrivants, la plupart sont originaires de régions proches de la frontière et ont traversé à pied la savane et les forêts pour rejoindre le Nigéria.

Les communautés et les autorités locales sont les premiers à réagir à ce tout dernier afflux, en fournissant de la nourriture, des abris et des articles ménagers nécessaires aux personnes qui ont tout laissé derrière elles.

Les réfugiés sont actuellement logés dans les locaux d’écoles publiques ou d’établissements de santé. D’autres sont accueillis chez l’habitant. Les 51 000 réfugiés arrivés précédemment et déjà enregistrés sont dispersés dans 87 communautés d’accueil dans les États d’Akwa-Ibom, de Benue, de Cross River et de Taraba. Par ailleurs, on compte quatre installations où le HCR et ses partenaires fournissent de la nourriture, des moyens de subsistance, des abris et des soins de santé.

« Le HCR travaille en étroite collaboration avec les autorités nigérianes pour assurer que les réfugiés puissent bénéficier d’un abri et accéder aux services essentiels. Ensemble, nous apportons notre soutien à la fois aux réfugiés et à leurs hôtes face aux besoins humanitaires vitaux et nous veillons à ce que les communautés locales ne soient pas mises à rude épreuve, compte tenu de leurs modestes ressources », a indiqué le Représentant adjoint du HCR au Nigéria, Roger Hollo.

« Les réfugiés ont également besoin d’un soutien pour devenir autonomes : en pouvant accéder à l’éducation, aux services de santé et au marché du travail, ils peuvent subvenir aux besoins de leur famille et contribuer en retour aux communautés locales qui les accueillent. »

La nourriture, le logement et l’assistance sanitaire demeurent des préoccupations urgentes pour les nouveaux arrivants. Les écoles ne sont pas non plus en mesure d’accueillir tous les enfants réfugiés nouvellement arrivés, et certaines salles de classe accueillent plus de 200 enfants à la fois.

Outre près de 60 000 Camerounais contraints à chercher refuge au Nigéria, plus de 679 000 personnes sont actuellement déplacées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun selon les estimations des Nations Unies.

Au Nigéria, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, dirige la réponse internationale visant à protéger les personnes contraintes de fuir leurs foyers en raison des conflits et des persécutions.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Dakar, Romain Desclous, desclous@unhcr.org, +221 786 396 385
  • A Genève, Shabia Mantoo, mantoo@unhcr.org, +41 79 337 76 50