Nigeria + 16 more

Afrique de l'Ouest : Perspectives de l'offre et du marché - 12 janvier 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

MESSAGES CLÉS

  • Le présent rapport résume les perspectives de l'offre et du marché des aliments de base dans 17 pays d'Afrique de l'Ouest et du Sahel (Bénin, Burkina Faso, Cabo-Verde, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Tchad et Togo) pour la campagne de commercialisation 2020/21, qui s'étend d'octobre 2020 à septembre 2021. Les analyses qualitatives incluent également le Cameroun dans le cadre du suivi du réseau de sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest.

  • Les évaluations régionales des récoltes prévoient une production céréalière 2020/21 supérieure à la moyenne en Afrique de l'Ouest et au Sahel. La production céréalière globale devrait atteindre 74,7 millions de tonnes, soit un niveau similaire à celui de l'année précédente (2019/20) et supérieur à la moyenne des cinq dernières années (2015/16 à 2019/20). La production de maïs et de riz est similaire à celle de l'année précédente, tandis que celle du sorgho et du mil a considérablement augmenté (Figure 1). Les tendances de production pour les racines, les tubercules et les cultures de rente devraient refléter ces tendances régionales plus larges avec une production supérieure à la moyenne, à l'exception du coton, dont la production sera inférieure à la moyenne.

  • L'Afrique de l'Ouest va conserver un niveau de production excédentaire en ce qui concerne les céréales sèches, notamment le maïs, le mil, le sorgho et le fonio, et des déficits de production structurels pour ce qui est du riz et du blé (Figure 2). Le déficit prévu en blé est stable par rapport à l'année précédente et à la moyenne des cinq dernières années, tandis que le déficit en riz s'est creusé davantage. Par conséquent, la région continuera à dépendre des importations internationales de riz et de blé.

  • Bien que les stocks d'ouverture soient estimés inférieurs à la moyenne, l'offre sur le marché augmente avec l’arrivée des nouvelles récoltes et la mise sur le marché des stocks résiduels. Les activités de commercialisation restent perturbées par les conflits dans la zone du bassin du Lac Tchad, la région du Liptako-Gourma, le nord-est et le centre-nord du Nigeria, et les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun.

  • La région a été confrontée aux effets directs et indirects la pandémie de la COVID-19. En novembre 2020, le Nigeria, qui dépend du pétrole, est entré dans sa deuxième récession depuis 2016 suite à la baisse mondiale de la demande et des prix du pétrole. Cette situation aura des répercussions à l'échelle régionale compte tenu du statut de plus grande économie qu’occupe le Nigeria en Afrique de l'Ouest. Le produit intérieur brut (PIB) de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) devrait se contracter d'au moins deux pour cent (2%) en 2020.

  • La production régionale de pâturages a été supérieure à la moyenne et les conditions d'abreuvement sont actuellement favorables à la production animale en dehors des zones touchées par les conflits. L'offre de bétail sur les marchés a augmenté par rapport aux mois précédents, tandis que la demande d'exportation reste encore faible. Bien que les prix des petits ruminants soient stables ou supérieurs à la moyenne dans la plupart des régions du Sahel, les termes de l’échange entre les petits ruminants et les céréales sont inférieurs à leurs niveaux respectifs de 2019 et de la moyenne des cinq dernières années en raison de la tendance actuelle des prix des céréales à la hausse. Les prix des bovins ont maintenu une tendance baissière.