Afrique de l'Ouest Key Message Update, Novembre 2018

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 16 Nov 2018 View Original

L’insécurité alimentaire demeure toujours préoccupante dans les zones de conflits

Messages clés

  • En dépit des inondation enregistrées dans plusieurs zones et les attaques de déprédateurs, l’intensification des récoltes jugées moyennes à supérieures améliorent les disponibilités alimentaires auprès des ménages ainsi que la diversité, et contribuent à l’acquisition de revenus par la vente d’une partie. La situation pastorale est généralement satisfaisante avec une bonne disponibilité des pâturages et des points d’eau. Aussi, les bonnes disponibilités en eau augurent de bonnes perspectives pour les cultures de saison sèche.

  • L’approvisionnement des marchés demeure satisfaisant et soutenu par l’intensification des récoltes en cours, le déstockage par les commerçants et les importations régulières. Les prix des denrées alimentaires affichent une stabilité ou une baisse par rapport au mois précédant et à l’an dernier à la même période, mais demeurent généralement supérieurs à la moyenne. La faible demande des ménages devrait maintenir la tendance baissière des prix des céréales à des niveaux proches de la moyenne. Le fonctionnement des marchés reste perturbé dans le bassin du Grand Lac Tchad, dans le nord et le centre du Mali et dans la région de Liptako-Gourma en raison de l'insécurité civile.

  • La majorité des zones restera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en janvier 2019. Toutefois, le niveau d’insécurité alimentaire Crise (Phase 3 de l’IPC) continuera d’affecter la région de Diffa au Niger du fait du conflit de Boko Haram et en RCA du fait du conflit armé. Cette situation pourrait aussi concerner les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun en proie à l’insécurité.

  • Les ménages du nord-est du Nigeria touchés par le conflit de Boko Haram continuent à dépendre de l'aide humanitaire pour accéder à la nourriture et sont confrontés à la Crise (Phase 3 ! de l'IPC), tandis que ceux qui n’ont pas accès à l'assistance connaissent l’Urgence (Phase 4 de l’IPC). Dans les zones adjacentes qui restent inaccessibles aux acteurs humanitaires, la situation alimentaire pourrait être similaire ou pire.