Niger + 2 more

Situation Sahel Central - Tillabéri et Tahoua, Rapport de monitoring de protection (juillet 2020)

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. ÉVOLUTION DU CONTEXTE SÉCURITAIRE

1. Bande frontalière du Niger avec le Mali

Comparativement au mois de juin 2020, le contexte sécuritaire et de protection dans la région de Tillabéri au cours du mois de juillet, a été caractérisé par une relative accalmie. 27 incidents de protection ont été rapportés contre 55 incidents au mois de juin. Cette accalmie pourrait être expliquée d’une part, par le renforcement des patrouilles par les FDS, et d’autre part, par l’impraticabilité des sentiers et ruelles habituellement empruntés par les GANE dans leurs mouvements, à cause de la saison pluvieuse qui s’installe de plus en plus.Il faut noter aussi la poursuite des opérations militaires contre les groupes armés non étatiques qui menacent la sécurité des populations dans les localités frontalières du Niger avec le Mali et le Burkina Faso.

Cela étant, les mouvements des GANE n’ont pas cessé, pour autant. Dans le département de Banibangou par exemple, un accrochage violent entre les FDS et les GANES a été signalé dans la localité de Fanna le 08 Juillet 2020. L’accrochage aurait permis de détruire une base des GANE et de capturer quatre (4) éléments importants qui seraient impliqués dans les prélèvements forcés de la ZAKAT et autres exactions sur la population civile dans les départements de Banibangou et d’Abala.

Dans le département d’Abala, beaucoup de cas de prélèvement forcé de la ZAKAT ont été signalés. Par ailleurs, un conducteur de camion qui acheminait des vivres destinés à la vente à prix modéré dans la commune de Sanam a dû rebrousser chemin en apercevant plusieurs GANE à bord de motos aux alentours du village d’Ayawa dans la commune de Sanam. Beaucoup d’autres mouvements des GANE qui n’ont pas été systématiquement suivis d’incidents ou de violations de droits ont été signalés dans les trois départements. Dans le département de Ouallam, des mouvements des GANE ont été signalés dans la commune de Tondikiwindi. Les FDS ont procédé à l’arrestation de 10 personnes présumées GANE ou complices des GANE dans le marché hebdomadaire de Mangaizé le 02 juillet 2020.

Il faut noter que les mouvements des GANE ont été signalés jusque dans le département de Filingué, notamment avec l’incursion du 1er juillet 2020 dans le village de Rounhou où les GANE ont tué le chef du village et blessé gravement l’Imam. Cet incident a, non seulement provoqué un mouvement de population, mais aussi confirmé la thèse de l’extension du terrain des opérations des GANE et la dégradation du contexte sécuritaire et de protection le long de la bande frontalière avec le Mali. Dans la bande frontalière du Niger avec le Mali de la région de Tahoua, le contexte sécuritaire a été très mouvementé et volatile particulièrement dans le département de Tillia où les incursions des GANE sont signalées presque quotidiennement dans certaines localités suivies par des violations de droits à travers notamment les vols de bétail, les extorsions de biens à titre de ZAKAT, les agressions physiques, etc.

Les localités de Bakoret, Intazayene, Tabatol, Agando ainsi que les hameaux qui leur sont rattachés ont été les plus touchés par les incursions des GANE. Certains ménages ont dû quitter les localités d’Intazayene et Bakoret pour Tillia, chef-lieu du département suite aux exactions des GANE. On dénombre 06 ménages de 51 personnes qui ont quitté Bakoret et 11 ménages de 84 personnes ont quitté Intazayene pour s’installer à Tillia. Les cas de vols de bétails ont été très nombreux. A titre d’exemple : 400 moutons et chèvres et plus de 50 vaches ont été volés par des GANE à Intazayene, département de Tillia, le jeudi 16 juillet 2020 très tôt le matin. Les cas de violences/agressions physiques ont été aussi plus nombreux qu’au mois de juin passé : 46 cas de violences/ agressions physiques perpétrées en grande partie sur des personnes qui n’ont pas pu payer la ZAKAT, ont été enregistrés. Cela est la triste illustration de la situation que vivent les populations civiles dans le nord et le nordest du département de Tillia.

Un problème majeur de protection a été signalé au cours de ce mois : il s’agit d’un cas d’enlèvement de 10 personnes dont l’âge varie entre 16 et 29 ans, dans la zone d’Agando, département de Tillia le 6 juillet 2020.
Ces personnes dont 3 mineurs ont été enlevées par les GANE à des fins d’enrôlement dans leurs troupes. Les familles des personnes enlevées n’ont toujours pas de leurs nouvelles. L’insécurité grandissante dans le département de Tillia pourrait être expliquée par l’insuffisance des patrouilles des FDS permanentes pouvant jouer un rôle dissuasif et préventif, au niveau d’Agando qui est la voie principale d’entrée des GANE en provenance du Mali. Ainsi, les GANE effectuent des incursions au Niger et se replient vers le Mali sans être inquiétés.

Cependant il faut noter que les FDS dans leur mission de sécurisation de la zone, ont arrêté 15 présumés complices des GANE le samedi 04 juillet 2020 dans les localités de Tebarem, Inabagargar et Inelou dans le département de Tahoua. Ils sont accusés d’approvisionner les GANE en carburant et en denrées alimentaires contre des animaux arrachés de force par les GANE aux populations en guise de ZAKAT.