Niger + 1 more

République du Niger : Rapport mensuel de monitoring de protection - Maradi, juillet 2022

Attachments

APERCU DE L’ENVIRONNEMENT SECURITAIRE ET DE PROTECTION

Le mois de juillet 2022 a été caractérisée par une insécurité croissante dans les zones couvertes par le projet de monitoring de protection dans la région de Maradi. L’on a assisté à une dégradation du contexte sécuritaire, marqué par la multiplication des incursions des groupes armés non étatiques (GANE) dans les villages situés le long de la frontière avec le Nigéria. Au total, le système de suivi a permis de rapporter 24 incursions armées dans les zones sous monitoring, contre 10 pour le mois de juin. Sur la même période, l’on a noté l’attaque à main armée d’un camion tombé en panne à Guidan Roumdji, sur la route nationale (RN1) et des menaces proférées par les GANE à l’endroit des exploitants des terres agricoles de certaines localités frontalières des communes de Gabi, Safo et Sarkin Yamma. Cette recrudescence des incursions semble marquer un retour en « vrai » des groupes armés dans les villages frontaliers des départements de Guidan Roumdji et Madarounfa, avec au centre de leurs actions de multiples violations des droits humains. Cette situation crée un sentiment de psychose qui, à termes risque de compromettre les travaux champêtres, alors que la saison s’annonce prometteuse. Au-delà, elle risque de réduire l’accès humanitaire dans les zones affectées.

De toute évidence, la saison des pluies semble être à la faveur des GANE qui arrivent dans bien des cas à s’échapper aux poursuites des forces de défense et de sécurité (FDS), du fait de l’impraticabilité de certaines routes, le niveau des cultures et la défectuosité du réseau téléphonique qui freinent la réactivité et l’efficacité des FDS. Notons dans la même foulée de la campagne hivernale que des pluies diluviennes se sont abattues sur la région de Maradi au cours de ce mois. Dans les villages d’accueil, plusieurs cas d’inondations de maisons et champs ont été déjà enregistrés, posant à nouveau toute la problématique de l’accès aux logements, notamment pour les personnes sous mandat, en plus des autres besoins vitaux à satisfaire. La situation est d’autant plus inquiétante que la météo nationale annonce de fortes précipitations cette année et plusieurs maisons sont déjà fragilisées dans les villages d’accueil. Il est nécessaire à cet égard d’envisager l’assistance qui sied afin d’en limiter au mieux les conséquences sur les populations.