Niger + 2 more

République du Niger : Monitoring de protection - Région de Tillabéri -Tahoua, juillet 2022

Attachments

I. CONTEXTE SECURITAIRE DE PROTECTION

L’environnement sécuritaire et de protection dans les régions de Tillabéri et Tahoua en ce mois de juillet 2022, reste toujours complexe. Cela du fait des multiples facteurs sécuritaires, humanitaires et climatiques. En effet, la situation sécuritaire est marquée par la recrudescence des activités des groupes armés non étatique, la présence des groupes de vigilances armés, et l’émergence continu de banditisme armé.

En effet, cette situation touche l’ensemble des zones affectées par la crise sécuritaire dans les deux régions Tillabéri et Tahoua.

Et en particulier au cours de ce mois de juillet, les départements de Ayerou, Tillabery, Tillia, Tahoua, Torodi, Abala, Banibangou, Fillingué, Ouallam et Téra sont plus concernés. Selon les données du monitoring communautaire rapportées par les points focaux l’environnement sécuritaire a été caractérisé par des extorsions de biens et assassinats de personnes dans les localités de Koutougou, Gaoudel, Torobangou (commune d’Ayerou). Des incursions suivies des menaces dans les villages des communes de Tillia et Tahoua.

Aussi, les conditions climatiques dues à l’avènement de la saison hivernale avec des fortes précipitations enregistrées fin juillet, rendent la protection des populations civiles plus complexe dans les zones affectées par la crise sécuritaire à Tillabéri comme pour Tahoua.

En effet, les pluies torrentielles limites fortement l’accès aux villages à la fois aux forces de sécurité mais aussi aux acteurs de protection. Selon, les points focaux communautaires les éléments de groupes armes non étatique (GANE) profite de cette situation pour établir une permanence dans certaines localités frontières de départements de Tillia, Fillingué, Abala, Banibangou, Ayerou, Ouallam,Torodi et Tera.

Il faut noter également que la situation humanitaire que vivent les populations civiles dans ces zones est alarmante compte tenu des conditions sécuritaires qui limite l’accès aux marchés, et toutes activité génératrice de revenue. Le mois de juillet coïncide également à la période de soudure qui marque une rupture des moyens de subsistances pour les populations au Niger, et cela plus préoccupant dans les zones affectées par la crise sécuritaire. Le contexte sécuritaire et de protection dans les régions de Tillabéri et Tahoua est loin d’être propice pour les populations civiles qui y vivent