Rapport mensuel de monitoring protection region de Diffa, juillet 2019

I. APERCU DE L’ENVIRONNEMENT SECURITAIRE ET DE PROTECTION

La situation sécuritaire de la région de Diffa est demeurée imprévisible et volatile : les enlèvements avec demande de rançon, les assassinats, les extorsions de fonds, les conflits intra/intercommunautaires, les incursions répétées des éléments du GANE, continuent de se perpétrer.

Les enlèvements, jusque-là commis dans les villages et sites non protégés, s’étendent progressivement à la ville de N’Guigmi malgré la forte présence militaire. Ce qui amplifie la psychose de la population civile et semble accréditer la thèse de la menace d’enlèvement d’acteurs humanitaires dans la ville de N’Guigmi datant du mois de juin dernier.
Malgré la crue de la Komadougou et l’installation de l’hivernage, qui étaient des barrières naturelles entre le GANE et les populations civiles, les exactions sur la population ne baissent pas, entrainant ainsi la persistance des mouvements de populations.

II. CONTEXTE OPERATIONNEL

Le contexte opérationnel, durant le mois sous revue, est marqué par :

  • La persistance du « no go » dans les communes de Bosso, Toumour, Gueskerou, Sud Maine-Soroa et les îles du Lac Tchad, qui connaissent des incidents sécuritaires majeurs.

  • En marge du contexte sécuritaire, la praticabilité des pistes boueuses et marécageuses est difficile avec la saison des pluies qui s’installe et ce, malgré le déploiement des véhicules 4X4.

  • La persistance des enlèvements des civils qui s’effectuaient dans les sites et villages non sécurisés et leur extension à la ville de N’Guigmi, en dépit de la forte présence militaire.

  • Les exactions des FDS et des éléments du GANE sur les populations civiles (assassinats, enlèvements, extorsion de biens, perception de taxes illégale, etc.)

  • La baisse significative des conflits intercommunautaires constatés précédemment entre Peulh et Kanuri dans la commune de Chetimari.

  • Libération de 11 personnes sur les 13 enlevées le mois précédent dans la localité de Alan Gari.

  • L’enregistrement de cas de repentis à Maine-Soroa (03) et Bosso (01).

  • L’évasion de 3 repentis internés au Centre de Goudoumaria.

  • 2 autres personnes enlevées ont été libérées (le vieux marabout de Kandiradi et le camarade d’infortune du riche commerçant de N’Guigmi).

  • L’une des filles enlevée à Gueskerou a pu échapper aux mains de ses ravisseurs.

  • L’insuffisance des ressources pour faire face aux nouvelles urgences.