Niger + 1 more

Rapport mensuel de monitoring de protection, Région de Diffa (Communes de Diffa, Chétimari, N’guigmi, Gueskerou, Maine-Soroa, Toumour, Kabléwa, Foulatary) Juin 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. APERCU DE L’ENVIRONNEMENT SECURITAIRE ET DE PROTECTION

La situation de protection dans la région de Diffa continue d’être négativement impactée par la détérioration de la situation sécuritaire. Comme au mois de mai 2021, l’activisme des éléments des GANE demeure préoccupante, avec leur volonté et intention d’étendre leur influence sur toute l’étendue de la région de Diffa. C’est ainsi que le Samedi 05 juin 2021, vers 5h du matin, des éléments d’un GANE ont conduit une incursion vers la sortie Est de la ville de Diffa, précisément au niveau du dépôt de la Société Nigérienne des produits Pétroliers (SONIDEP). Des membres des forces de défense et de sécurité (FDS) ont été blessés, 2 véhicules emportés et 2 autres incendiés. Un fût de carburant ayant été percé, les éléments du GANE en ont profité pour se ravitailler en carburant. A l’image de cette incursion, les GANE ont poursuivi les pillages et extorsions de biens, afin de combler leurs besoins de ravitaillement.
En dépit des opérations militaires de part et d’autre de la frontière nigériane et tchadienne, les GANE maintiennent leur capacité de nuisance, continuant de perpétrer des assassinats, enlèvements, extorsions de biens et autres violations de droits humains.

C’est ainsi que dans la nuit au 09 au 10 juin 2021, un homme a été enlevé à Blabrime, dans la commune de N’Guigmi. 24 heures plus tôt, c’est un pêcheur de Kindjandi, dans la commune de Gueskerou, qui avait été enlevé avant d’être tué par les éléments d’un GANE.
Les éléments des GANE ont maintenu, tout au long du mois de juin, la pression sur les positions des forces de défense et de sécurité (FDS). En témoigne l’incursion repoussée le 22 juin 2021 par la position des forces de défense et de sécurité (FDS) de Bosso.

Dans un contexte sécuritaire aussi imprévisible que volatile marqué par l’omni- présence des éléments des GANE qui poursuivent leurs rassemblements, la problématique des engins explosifs improvisés (EEI) et restes explosifs de guerre (REG) continue de se poser avec autant d’acuité qu’au début de l’année. Le 24 juin 2021, à Douro, localité située à l’Est de la commune de Chétimari, ce sont six (06) enfants qui en ont été victimes : alors qu’ils s’amusaient avec un objet non identifié, il a explosé dans leurs mains, tuant sur le coup l’un d’eux et blessant grièvement les cinq (05) autres qui ont immédiatement été admis au Centre Hospitalier Régional (CHR) de Diffa.

La criminalité d’opportunité, pour sa part, continue d’affecter les communautés, à travers le grand banditisme. Le 24 juin 2021 vers 22 heures à Kindjandi, les forces de défense et de sécurité (FDS) procédaient à l’arrestation de trois (03) bandits armés, auteurs de la soustraction de plusieurs têtes de bétail et du braquage de véhicules sur l’axe Diffa- N’Guigmi.

Si les membres de forces de défense et de sécurité (FDS) constituent incontestablement la cible privilégiée des GANE, les civils n’en demeurent pas moins exposés à leur violence. Et pour cause, le 29 juin 2021, en fin de journée, les éléments d’un GANE ont intercepté un bus de la compagnie de transport SONEF sur l’axe Mainé- Soroa- Diffa, enlevant le chauffeur avant de le tuer et dépouillant les passagers de leurs biens et numéraires. Dans la même incursion, trois (03) ressortissants du village de Bula Adambé, situé à environ 50 Km de la ville de Diffa qui revenaient du champ ont été tués, alors qu’une femme du village voisin de Malam Boulamari recevait une balle perdue à la tête avant de succomber à ses blessures deux jours après. Dans la même foulée et sur le même axe, le véhicule de la Présidente de la Haute Cour de Justice du Niger en mission à Diffa a été intercepté alors qu’elle rentrait à Mainé- Soroa. Après les échanges de tirs, son Chef de Cabinet a été légèrement blessé.

Mais, il convient aussi de relever au cours de la période sous examen l’historique décision des autorités de la région de Diffa de procéder au rapatriement des personnes déplacées internes vers leurs localités d’origine. En effet, le premier convoi de ce retour voulu par les autorités et émanant de la volonté manifeste des personnes déplacées internes, a eu lieu le Dimanche 20 juin 2021. Le village de Baroua, situé à plus de 100 Km de Diffa, dans la commune de Bosso, est le premier d’une vague de 20 villages à accueillir ses ressortissants. Ce sont 5,191 ménages de 25,955 personnes qui sont concernés par cette opération décidée par les autorités centrales de Niamey.
En lien avec la situation sécuritaire, en juin 2021, les équipes en charge du monitoring de protection ont rapporté 73 incidents de protection ayant affecté 254 personnes alors que ce sont seulement 127 ménages de demandeurs d’asile qui ont été identifiés en mouvement de Bahar, au Tchad, vers Tchotchori, dans la commune de N’Guigmi.