Niger + 2 more

Rapport mensuel d’analyse des données de monitoring de protection, Régions de Tillabéri et Tahoua (Niger) Janvier 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Évolution du contexte sécuritaire

1. Bande frontalière du Niger avec le Mali

Le contexte sécuritaire et de protection du mois de janvier 2021 dans la région de Tillabéri (départements de Banibangou, Ouallam, Abala et Filingué) a été marqué par les attaques meurtrières perpétrées par les groupes armés non étatiques (GANE) dans les villages de Tchioma Bangou et Zaroumbey Darey dans la commune rurale de Tondikiwindi. Ces attaques ont occasionné la mort d’une centaine de personnes et plus de vingt-cinq autres blessées. Il s’en est suivi un immense mouvement de populations quittant les villages attaqués en direction de Mangaizé et ses environs.

Une mission conjointe multisectorielle a été effectuée à Mangaizé, avec la facilitation du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et a permis de disposer des données fiables sur la situation des personnes déplacées arrivées à Mangaizé et ses envrions, celles restées dans les villages attaqués ou celles qui y sont retournées et d’avoir une estimation des besoins pour ainsi planifier une assistance appropriée aux populations dans le besoin.

À côté de cet incident majeur, d’autres violations de droits ont été également perpétrées par les GANE dans certaines localités des départements couverts par le monitoring de protection. Ainsi, des incursions suivies d’assassinats, d’enlèvements de personnes et de véhicules, d’extorsions de biens à travers le prélèvement de la zakat, des cas de vols d’animaux à grandes échelles et d’agressions physiques ont été signalés.

Dans la région de Tahoua au cours du mois de janvier 2021, le contexte sécuritaire et de protection a été très mouvementé, instable et reste très volatile, particulièrement dans les départements de Tillia et de Tassara, le long de la bande frontalière avec le Mali où la présence des éléments des GANE est toujours signalée. Des incursions sont régulières suivies de violations de droits à l’endroit des populations civiles dont les assassinats, les extorsions de biens à travers le prélèvement forcé de la zakat, les vols d’animaux, les agressions physiques, etc. Cette situation d’insécurité que connaît certaines localités des départements de Tillia et Tassara a contraint plusieurs personnes à fuir leurs villages d’origine pour s’installer sur la zone d’accueil des réfugiés (ZAR) d’Intikane et au chef-lieu du département de Tillia, d’autres à Tarissadat dans le département de Tassara où ils espèrent être à l’abri des attaques et exactions.