Rapport de mission multisectorielle d’evaluation de la situation dans les zones sous etat d’urgence -Région de Tillabery (14 de 15 Février 2019)

Report
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 21 Jan 2020 View Original

1. CONTEXTE GENERAL

Depuis plusieurs années et en dépit d’une forte présence des forces de défense et de sécurité (FDS) dans la zone, la situation sécuritaire reste toujours délétère et marquée par des attaques répétées le long du périmètre des trois frontières Mali-Burkina-Niger.

Au départ, beaucoup plus circonscrite dans la zone frontalière avec le Mali, cette situation exacerbée par les tensions intercommunautaires s’est étendue le long de la frontière Niger-Burkina Faso.

Face à cette situation, l’Etat du Niger a dans un premier temps instauré depuis le 3 mars 2017, l’état d’urgence dans sept (7) départements des régions de Tillabery (5) et de Tahoua (2), tous frontaliers avec le Mali.

Pour la région de Tillabery, l’état d’urgence instauré dès mars 2017 dans cinq départements (Ouallam, Banibangou, Abala, Ayorou et Bankilaré), a été régulièrement et systématiquement reconduit uniquement dans cette partie de la région. Mais la dégradation de la situation dans la bande frontalière avec le Burkina a induit son extension à partir de novembre 2018, à cinq (5) nouveaux départements (Say, Torodi, Tera, Tillabery et Gotheye).

L’état d’urgence a occasionné l’instauration de plusieurs mesures de restriction de mouvements et de suspension de certaines activités économiques avec des impacts réels sur la situation humanitaire des populations des zones concernées.

En outre, avec cette dégradation de la situation sécuritaire, des incidents contre la population civile sont aussi de plus en plus rapportés, mais très peu d’informations sont disponibles sur les questions humanitaires.

Ainsi, le Groupe de Coordination Inter-Clusters (ICCG) a lors de sa réunion du 25 janvier 2019, recommandé qu’une mission conjointe et multisectorielle d’évaluation rapide de la situation humanitaire dans quatre des cinq nouveaux départements concernés (Téra, Gothèye, Torodi et Say) et le département de Bankilaré, soit conduite au plus tôt.

Objectifs de la mission :

L’objectif principal de la mission est de procéder à une évaluation rapide de la situation humanitaire dans la zone et disposer des données fiables sur les conséquences de l’insécurité et des mesures d’état d’urgence sur la population et sur l’accès humanitaire.

De manière spécifique, il s’est agi pour les représentants de l’Etat et les acteurs humanitaires participant à la mission de :

  • Avoir un aperçu sur les conséquences directes des mesures liées à l’application de l’état d’urgence sur le fonctionnement des marchés, les structures de santé, les écoles et les préoccupations liées à la protection des populations
  • Identifier les besoins urgents des populations et faire des recommandations pour un meilleur accès aux populations dans le besoin.