OCHA Niger – Flash Update: Déplacements massifs de population dans la région de Diffa, 4 avril 2019

Contexte

La région de Diffa est actuellement affectée par une détérioration rapide de la situation sécuritaire consécutive aux activités des groupes armés nonétatiques (GANE) dans le Bassin du Lac Chad. 21 attaques contre des civils et les forces militaires ont été enregistrées dans la région en mars 2019, avec un bilan 12 enlèvements et 88 morts parmi les civils. A titre de comparaison, le nombre total de civils tués par des attaques de GANE entre janvier et décembre 2018 est de 107 personnes. On note donc un changement de tendances dans les offensives perpétrées par ces groupes avec une augmentation préoccupante du nombre d’attaques qui ciblent les populations les plus vulnérables, y compris les communautés déplacées et réfugiées.

En évidence

Un mouvement de 18 480 personnes en direction du centre urbain de Diffa et quelques grands villages a été provoqué par les dernières attaques des GANE contre les villages de N'gagam, Elhaj Mainari, Boula Kiassa de la commune de Gueskérou, et les villages de Dourou et Koublé de la commune de Chétimari. Selon les données publiées par la Direction Régionale de l’Etat Civil, des Réfugiés et des Migrations en Juillet 2018, 249 813 personnes étaient déjà accueillies dans la région, dont 118 868 réfugiés, 25 731 retournés, 104 288 déplacés internes.

Parmi les 18 quartiers de Diffa et villages qui accueillent ces personnes, les plus peuplés sont le site de Awaridi (7880 personnes déplacées) dans la commune urbaine de Diffa et le site de Kindjandi (2445 personnes déplacées), dans la commune de Gueskérou. Ces chiffres restent dynamiques dans la mesure où les populations continuent d’arriver sur les différents sites.

Plusieurs réunions des acteurs humanitaires se sont tenues à Diffa et à Niamey pour assurer une réponse coordonnée et efficace.
Une session extraordinaire de l'Equipe humanitaire pays (EHP) a été convoquée le 1er avril à Niamey dont la recommandation principale, en synergie avec les décisions prises par la réunion de l’Area Security Management Team (ASMT) à Diffa, a été de maintenir la présence des acteurs et de l’assistance sur le terrain dans le respect des principes humanitaires, y compris le principe d’impartialité. L’EHP a aussi évalué la proposition de relocaliser les déplacés vers le camp de Sayam Forage faite par les autorités locales, et a reconfirmé l’intention de principe d’appuyer uniquement les relocalisations volontaires et non stigmatisantes qui ciblent une ou des catégories spécifiques de populations sur la base de leurs statuts. Le Cluster Protection soumettra une analyse à ce propos.
Les réunions régulières des groupes sectoriels se poursuivent à Diffa. Cependant les acteurs de la coordination civilo-militaire de la région travaillent à rendre possible l’accès humanitaire aux régions.

Les acteurs humanitaires ont commencé à évaluer les besoins urgents sur les sites ainsi que leurs capacités et stratégies d’intervention au sein des différents groupes de travail.
Le groupe de travail du Mécanisme de Réponse Rapide (RRM) de la ville de Diffa a déjà réalisé cinq évaluations multisectorielles (MSA) pour identifier les besoins les plus urgents à combler dans les sites de Awaridi, Gorodi et Kindjandi ainsi que pour les personnes déplacées hébergées dans des familles d’accueil à Diffa. Depuis une première analyse de ces évaluations, il ressort des besoins critiques en eau potable, assainissement, abri/BNA et vivres. Le Bureau OCHA de Diffa collecte actuellement les informations nécessaires pour un aperçu complet des besoins, de la réponse mise en place, et des gaps qui restent à combler.

Une première assistance a été déjà déployée dans les secteurs les plus urgents tels que Nutrition, WASH, Santé, Abris et BNA grâce à la disponibilité des stocks de contingence.
Depuis le 27 Mars, les acteurs humanitaires ont distribué à Awaridi 35,6 tonnes de vivres pour 6 860 personnes, dont 672 enfants de 6 à 23 mois. 476 kits abris et 423 kits NFI ont été distribué pour les ménages déplacés, 200 logements du site urbanisé occupés par 1 039 personnes. 1 733 personnes ont reçu 26 m3 d’eau par jour à travers le water trucking, et deux puits d’une capacité de 1 000 personnes ont été traités. Des cliniques mobiles et des spécialistes d’appui psycho-sociaux sont mise à disposition dans le site. Dans les quartiers de Diffa, 2737 personnes ont reçu des kits BNA.

La disponibilité de ces ressources est très limitée alors que les chiffres sur les déplacements sont en augmentation constante. Les sites de Kindjandi, Boudouri, Koursari, Gorodi, Bilabrine, Gagamari attendent encore les réponses Dans l’attente d’un aperçu complet des besoins, des fonds d’émergence ont été déjà mises à disposition par certains partenaires financiers.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.