Niger

OCHA Niger – Flash Update # 1 : Attaque contre des civils dans la commune de Tondikiwindi (département de Ouallam) dans la région de Tillabéri, situation au 12 janvier 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

Contexte et faits majeurs

Le 2 janvier 2021, des éléments présumés de groupes armés non étatiques (GANEs) à bord d’une centaine de motocyclettes ont attaqué deux villages dans le district de Tondikiwindi, tuant 105 personnes (73 dans le village de Tchamo Bangou et 32 à Zaroumadareye) et blessant 26 autres, toutes civiles, selon les autorités.

Entre 60 et 100 entrepôts et de nombreuses fermes ont été incendiés. Selon l’UNICEF, 17 enfants (10 garçons et 7 filles) de moins de 16 ans ont été tués au cours de l'incident. Certains ont apparemment été brûlés vifs. De nombreux enfants survivants ont été gravement blessés lors des violences, tandis que plusieurs ont été déplacés de leurs communautés. Au moins 11 enfants ont été séparés de leurs familles.

Suite à cette attaque sans précédent contre des populations civiles, environ 10 600 personnes (1 523 ménages) ont été déplacées. A ce jour, 1 473 ménages ont trouvé refuge dans le village de Mangaize tandis que 50 autres ménages se trouvent dans le district de Tondikiwindi, tous installés dans des familles d'accueil déjà très vulnérables du fait de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et de l’impact des mesures d’état d’urgence sur la vie des populations de la région de Tillabéri.

Dans certaines zones affectées par les conflits armés, les mesures sécuritaires gouvernementales ont sérieusement impacté l’accès des populations aux services sociaux de base et perturbé l’activité économique à cause de la fermeture de 17 marchés ruraux dans les départements d’Abala, Banibangou, Tillabéri et de Ouallam.

De plus, l’interdiction de circulation des motos qui sont le principal moyen de transport des personnes et des biens, notamment dans les zones reculées où l’état des routes rend difficile le transport par véhicule, a affecté la vie des populations, accentuant leur vulnérabilité. Pour rappel, 12 départements sur les 13 que compte la région de Tillabéri sont en état d’urgence.

Evaluation multisectorielle

OCHA a organisé une mission conjointe multisectorielle composée de plusieurs organisations du système des Nations Unies (HCR, OIM, PAM, UNICEF, FAO et HCDH) et d’ONG nationales et internationales (Oxfam, PUI, ANTD, IRC, ACTED, COOPI, Save the Children, APBE, Islamic relief, Karkara, Goal, CIAUD) dans la ville de Ouallam le 5 janvier et avec la participation de plusieurs structures étatiques, afin d’évaluer la situation humanitaire des personnes nouvellement déplacées.

La région de Tillabéri est en proie depuis 2016 à des attaques répétées des GANES basés sur le territoire Malien ainsi qu’à des exactions de toutes sortes (extorsions de biens et d’argent, passage à tabac, la violence basée sur le genre (VBG), enlèvements et assassinats ciblés de dignitaires) perpétrés par ces groupes. Entre le 1er janvier et le 30 novembre 2020, au total 258 incidents sécuritaires ont été enregistrés, causant 89 morts, 50 blessés et 51 personnes enlevées. Ces violences ont provoqué le déplacement de plus de 80 000 personnes à l’intérieur de cette région au 30 novembre 2020.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.