Niger + 1 more

Note de Plaidoyer: Protection des femmes et filles victimes de Violences Basées sur le Genre (VBG) dans les départements de Torodi et Tera au NIGER frontière du Burkina Faso, octobre 2020

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

CONTEXTE

La situation sécuritaire au Sahel en général et au Niger en particulier, ne cesse de se dégrader comme le démontre la multiplication des attaques et incursions des groupes armés non étatiques (GANE) principalement dans la zone des trois (03) frontières.

Malgré les efforts coordonnés aux niveaux national et sous régional pour améliorer la sécurité et la protection physique des populations civiles au niveau de la zone frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, de vastes territoires restent incontrôlés du fait de l’absence ou de la faible présence des autorités étatiques.

La tendance de ces derniers mois est encore plus inquiétante au regard du « projet de société » dont sont porteurs certains groupes se réclamant de l’idéologie islamiste. En effet, les rapports de monitoring de protection ne laissent plus de doute quant à la volonté de ces groupes armés d’imposer aux populations un mode de vie strict et liberticide basé exclusivement sur leur idéologie.

Après l’interdiction de l’enseignement public jugé « occidental » et hérétique, le prélèvement obligatoire des dîmes et l’interdiction de la vente de certains produits dont la cigarette, les GANEs s’attaquent désormais au modèle de vie communautaire par des actions de violence basées sur le genre : il s’agit, entre autres, de la répression de toute forme de mixité homme-femme et l’imposition sous peine de « correction » du voile intégral. A titre illustratif, on peut citer les récents témoignages ci-contre et bien d’autres, victimes de violence et de répression des GANEs pour non-observation des préceptes dictés.

Dès lors, l’analyse des données du monitoring de protection laisse apparaitre une situation extrêmement préoccupante avec une hausse considérables des VBGs contre les femmes et adolescentes, plus particulièrement dans les départements de Torodi et Tera où les GANEs règnent en maîtres et semblent avoir remplacé les autorités étatiques et coutumières.

A côté de violences faites aux femmes et aux filles qui sont malheureusement devenues régulières, telles que les agressions physiques, les violences psychologiques et le déni de ressources, le nouvel activisme idéologique des GANEs tend à confiner les femmes dans le strict rôle de femme au foyer sans possibilité d’exister socialement, puisque « les femmes sont censées rester chez elles et s’occuper de leur foyer ». Ce plaidoyer est adressé principalement au Gouvernement du Niger.