Niger

Niger : Région de Tillaberi Rapport mensuel au 31 mars 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Situation sécuritaire

Dans la région de Tillabéri, la situation est calme, mais reste volatile sur les bandes frontalières avec le Mali et le Burkina Faso.
L’armée a réoccupé le terrain dans plusieurs secteurs (Tiloa, Inatès, Sinégodar) et les patrouilles de sécurisation se poursuivent.
La situation sécuritaire en zone de contrôle Almahaou demeure globalement calme, même si elle reste parfois instable et imprévisible du fait de la présence de quelques éléments de GANE. Cette situation a suscité une réticence chez certains habitants à regagner leurs terres tels que N’Zouet,
Sinégodar, Tin Gara et autres.

Néanmoins, le rétrécissement de la bande d’insécurité, a encouragé un retour des habitants du village de Tiloa où environ 500 personnes se sont réinstallées à la date du 1er mars 2020, et entrainé la réouverture des écoles, du centre de santé avec son agent assisté par l’équipe médicale militaire sur les lieux et la disponibilité de l’eau et l’assainissement.

Cependant, les attaques des GANEs du 12 mars 2020 contre le camp de la garde à Ayorou et à Patelegou/Tapoa dans le département de Say, ont brisé l’accalmie observée depuis un mois. Les opérations militaires se poursuivent dans la bande frontalière avec le Mali et le Burkina Faso.
Malgré le besoin pressant d’assister les populations, les actions humanitaires dans certaines parties des zones de N’Zouet, Sinégodar, Tin Gara, et plus globalement le Nord Ouallam doivent être limitées, du fait de la volatilité de la situation sécuritaire dans ces zones.

Il est à noter aussi, qu’au cours du mois de mars 2020, il a été enregistré l’assassinat de sept civils (Torodi,
Ayorou, Abala, Téra), l’enlèvement de onze civils (Torodi) et la destruction/sabotage des installations GSM d’une compagnie de téléphonie mobile (Téra).

En plus, les mesures gouvernementales prises dans le but de limiter la propagation de la maladie à coronavirus, interdisant les regroupements de plus de 50 personnes risqueraient d’impacter négativement

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.