Niger + 2 more

Niger : Région de Tillabéri Rapport mensuel du 1er au 30 juin 2020

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport est produit par OCHA Niger en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 1 au 30 juin 2020. Le prochain rapport sera diffusé dans 30 jours.

Contexte sécuritaire

  • Au cours de la période du 1er au 30 juin 2020, les zones frontalières du Niger avec le Mali et le Burkina Faso ont connu quelques turbulences d’ordre sécuritaire. Les Groupes Armés Non Etatiques (GANE) acculés par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont pris pour cibles les populations civiles de manière asymétrique. Des mouvements et regroupements des GANE circulant à motos continuent d’être signalés dans plusieurs villages et campements, notamment dans les localités de Tizegorou, Dingazi, Ouallam, Diney, Zaroumdarey, Tchiomaboango, Abala, Taka et Fono (Téra), Bissaou et Flazandeye.

  • L’espace humanitaire continue à se réduire ; l’accès demeure limité dans certaines localités de la région à cause de l’insécurité et les mesures restrictives gouvernementales limitant les mouvements. L’escorte armée reste toujours obligatoire pour toutes les missions de terrain dépassant les villes d’Ayorou, Ouallam, Banibangou, Abala, Filingué, Bankilaré, Téra, Torodi, Makalondi et Say.

  • OCHA a poursuivi son rôle de liaison pour faciliter l’accès et les mouvements interdépartementaux, qui consiste à enregistrer les chronogrammes des missions de terrain des partenaires et les partager par la suite avec les responsables des FDS et les autorités régionales.

  • Les exactions des GANE (perception abusive de la dîme, vols de bétails, assassinats, enlèvements de personnes) incluant des enlèvements des véhicules (privés, services de Etat, humanitaires) se poursuivent dans la région. Des actions criminelles ciblent les populations civiles qui sont régulièrement rackettées et menacées. Par ailleurs, une augmentation des actes ciblant les acteurs humanitaires commence à être observée, notamment l’enlèvement des onze (11) agents de l’ONG APIS perpétré le 24 juin 2020 à Bossey Bangou (Torodi).

  • Face à plusieurs défaites essuyées par les GANE face aux FDS, ces groupes armés cherchent à reconstituer leurs capacités logistiques. Les acteurs humanitaires intervenant dans la région sont conseillés à redoubler de vigilance et respecter les consignes sécuritaires en vigueur telles que :

  • Éviter d’emprunter les zones rouges - Informer les autorités locales sur les itinéraires et destinations des missions,

  • Toujours renseigner le chronogramme des missions prévues sur le terrain à travers le mécanisme CMCoord).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.