Niger

Niger : Région de Diffa Rapport mensuel au 30 novembre 2019

Source
Published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport est produit par OCHA Niger en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 1er au 30 novembre 2019.

FAITS SAILLANTS

Situation sécuritaire

La situation sécuritaire de la région au cours du mois a été plus calme que les mois précédents. Elle est ponctuée par 10 incidents liés aux attaques des groupes armés non étatiques (GANE). Bien que la montée des eaux de la Komadougou ait limité les mouvements des GANE, leurs activités se sont poursuivies à travers l’attaque d’une position dans les localités proches des frontières avec le Nigéria et le Tchad.

A N’guigmi, une tension est perceptible suite à la perte de 13 éléments des FDS pendant l’attaque de Blabirin (dans la nuit du 29 au 30 octobre 2019). Les zones Sud-Est situées sur la voie du Lac Tchad et à l’Est à proximité de la frontière tchadienne sont à haut risque non seulement du fait de la circulation d’armes qui auraient été récupérées par les GANE lors de l’attaque de Blabirin, mais également du fait d’incursion répétitives vers Rimi, Baram Dawyé à une quinzaine de kilomètres de N’guigmi. A cela s’ajoute l’enlèvement du Maire de Kablewa et son épouse dans le village de Kablewa et qui seraient toujours détenus dans les îles du lac Tchad où les dernières informations font cas d’une demande de rançon de dix millions de nairas soit 16 millions de CFA par leurs ravisseurs.

  • Poursuite des incursions : Nonobstant la baisse des enlèvements et une situation sécuritaire relativement calme au cours du mois, des incursions ont été rapportées notamment : o 29-30.10.2019 : Attaque du poste avancé de Blabirine (environ 45 km à l’est de Nguigmi). Cette attaque s’est soldée par la mort de treize militaires nigériens dont l’un en cours d’évacuation, treize blessés dont huit graves évacués au CHR de Diffa, deux véhicules 4X4 brûlés, six véhicules emportés dont quatre retrouvés abandonnés au bord de l’eau et sept armes collectives de type 12/7 emportés.
    Suite à la poursuite engagée par les militaires, des groupes de combattants des GANE, repérés par les aéronefs de l’armée, auraient été décimés. Aucun bilan du côté des GANE n’a encore été fourni par les sources officielles.
    o 26.10.2019 : un engin explosif improvisé a été découvert à environ cinq (5) kilomètres à l’ouest de Bosso. L’engin a été détruit par les FDS.
    o 14.11.2019 : 3 civils enlevés le 23 octobre 2019 à N’garwa Gana, village situé à 20 km à l’Est de Diffa, ont été exécutés par leurs ravisseurs selon des sources concordantes ;
    o 12.11.2019 : des présumés éléments des GANE ont assassiné un civil à N’garwa Gana.
    o 27.11.2019 : 5 personnes dont 4 hommes et une femme ont été enlevés et leur bétail emporté par des éléments des GANE à Doro Lelewa, village situé à une 50 km au Sud-Est de Nguigmi.
    o 28-29.11.2019 : 2 femmes et 2 hommes ont été enlevés par les éléments des GANE dans le village de Garinwanzam (commune rurale de Gueskerou).

Au total, 184 attaques des GANE ont fait 294 victimes dans la région de janvier à novembre 2019.

Levée de la mesure d’imposition d’escorte armée : A la suite de négociations entre les acteurs humanitaires et les autorités régionales, la mesure d’imposition instituant d’escorte armée aux missions de terrain des organisations humanitaires a été levée dans la région. Les partenaires ont repris normalement leurs activités à compter du lundi 4 novembre 2019. En effet, cette mesure aura sérieusement compromis l’accès à la suite de la suspension des missions par les acteurs humanitaires où plusieurs personnes dans le besoin n’ont pu être assistées au cours du mois d’octobre y compris les victimes des inondations récentes qui ont frappé la région (hormis les sinistrés de la ville de Diffa); en moyenne 265 missions ont été annulées. Ainsi, suite à la levée de cette mesure, 1 778 missions de terrain ont donc été effectuées entre le 4 et le 30 novembre 2019.

Situation humanitaire

La communauté humanitaire, en soutien aux autorités régionales, s’est mobilisée promptement afin d’apporter une réponse aux multiples besoins des populations des suites d’inondations causées par une crue exceptionnelle de la rivière Komadougou dont la cote a atteint un niveau jamais égalé de 520 cm à la date du 20 octobre 2019. Cette situation a entrainé des déplacements de centaines de ménages. Les communes les plus touchées sont Diffa, Gueskerou et Chétimari. En effet, en raison de l’imposition des escortes militaires, seuls les sinistrés accueillis sur les sites de la ville de Diffa (Arène, Awaridi) ont pu bénéficier de l’assistance.

  • La situation humanitaire est alarmante au niveau des activités agricoles et pastorales du département de N’guigmi. En effet, la pré-évaluation de la campagne agro sylvo pastorale, a donné les résultats suivants au niveau des productions :
    o Productions bonnes : 8,47% (5 villages de 1 249 habitants)
    o Productions moyennes : 10,16% (6 villages de 4 461 habitants
    o Productions passables : 1,69 % (1 villages de 4 050 habitants)
    o Productions médiocres : 79,6% (1 village de 72 090 habitants

S’agissant de la situation pastorale, il faut noter que 342 000 TMS (tonne de matière sèche) de déficit sont enregistrées cette année, ce qui représentent 201.456 UBT (unité de bétail tropical) soit 62% de bétail en insécurité alimentaire.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.