Niger + 1 more

Niger (Région de Diffa) Rapport de situation No. 13 (20 avril 2015)

Source
Posted
Originally published

Attachments

Faits saillants

  • La finalisation du plan de réponse pour 50 000 personnes déplacées dans la région de Diffa à la suite des évènements du 6 février 2015 est en cours.

  • Un retour timide des personnes déplacées de Bosso a été constaté en avril.

  • Les récentes explosions de mines constituent un risque de protection pour les populations.

  • Malgré l’accalmie observée dans la région, de nombreuses écoles restent fermées.

  • 60 pour cent des enfants attendus en malnutrition aiguë ont déjà été admis dans les centres nutritionnels lors du premier trimestre

Aperçu de la situation

Bien qu’on observe un calme apparent, la situation sécuritaire reste imprévisible. Les activités des forces et des groupes armés se poursuivent sur le territoire nigérian dans les zones proches du Niger. Ces opérations armées ont causé des dégâts au Niger avec notamment des tirs d’obus qui ont atteint le Niger. Le 26 mars 2015, un obus provenant du Nigéria a causé la mort d’une femme dans le village de Dewa Kargueri, situé dans la commune de Gueskerou à 35 km de Diffa.

Les vulnérabilités observées dans la zone de Diffa se sont accrues en raison des conséquences socio-économiques de l’insécurité au Nigéria. Celles-ci se manifestent par le ralentissement des échanges commerciaux entre le nord du Nigéria et la région de Diffa. Une bonne partie des populations de Diffa dépendaient de la vente du poivron et du poisson au Nigéria pour nourrir leurs familles et subvenir à leurs autres besoins. De plus, les familles les plus démunies de la région de Diffa ont l’habitude de se déplacer vers le Nigéria lors de la période de soudure (mai-septembre) pour y exercer des activités génératrices de revenu. Des solutions urgentes sont nécessaires pour éviter que ces aspects socio-économiques de la crise ne se traduisent en une situation de vulnérabilité encore plus critique pour les ménages.

Malgré le caractère volatile de la situation sécuritaire, les acteurs humanitaires continuent à mener leurs activités dans la région. La découverte en mars de quatre mines dans la région constitue un facteur supplémentaire d’inquiétude sur la sécurité et la protection des populations civiles et sur l’accès aux populations dans le besoin par les acteurs chargés de la fourniture de l’assistance.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.