Niger Perspectives sur la sécurité alimentaire - Octobre 2019 à mai 2020

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 31 Oct 2019 View Original

*Une perspective satisfaisante pour la disponibilité alimentaire mais des réductions en zones de conflit

MESSAGES CLÉS

• Les crises sécuritaires dans la sous-région et leurs effets constituent les menaces les plus sérieuses sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des ménages du Niger. On assiste à une augmentation du nombre d’incidents sécuritaires qui continuent de provoquer des mouvements de populations dans les régions de Diffa, Tillabéry, Tahoua et Mardi. Les ménages les plus pauvres et de déplacés auront des difficultés à subvenir à leurs besoins alimentaires sans assistance et connaitront des situations de Stress et de Crise (Phases 2 ! Et 3 de l’IPC) alimentaires.

• Les cumuls des pluies moyens à supérieurs enregistrés entre juillet et septembre ont permis de rattraper le retard observé dans l’installation de la saison agricole. Toutefois, des déficits céréaliers et fourragers sont attendus à Maradi, Zinder, Tillabéry et Diffa en raison des attaques phytosanitaires, des retards dans la saison et des conflits. Les moyens d’existences vont être perturbés à la suite de baisses précoces de l’embonpoint des animaux, épuisement précoce des stocks, et des situations de Stress (Phase 2 de l’IPC) apparaitront à partir de mars 2019 dans les zones pastorales.

• Dans les agricoles et agropastorales, en plus des produits des récoltes des cultures pluviales, les cultures irriguées de décembre 2019 à mars 2020 vont bénéficier des bonnes disponibilités en eaux favorisées par les fortes précipitations enregistrées en août-septembre 2019. Ces produits des cultures irriguées vont renforcer la disponibilité alimentaire des ménages et diversifier leur consommation alimentaire tout en améliorant leurs revenus.

• Les marchés sont bien approvisionnés et les prix évoluent en deçà des prix de l’année passée et de la moyenne, à l’exception des marchés situés en zones de conflit dans les régions de Diffa, Tillabéry et Tahoua. Cette situation globalement favorable sera toutefois perturbée par la fermeture de la frontière avec le Nigéria dont les marchés constituent des sources importantes pour l’approvisionnement des marchés en céréales et de destination des produits de rente des producteurs nigériens.