Niger + 1 more

Niger Perspectives sur la sécurité alimentaire - février à septembre 2021

Attachments

Une hausse atypique des prix limitant l’accès alimentaire des ménages

MESSAGES CLÉS

• Les effets directs et indirects des crises sécuritaires et sanitaires sur les mouvements des personnes et des biens ainsi que sur les activités de moyens d’existence et des marchés s’observent et vont persister, engendrant ainsi des situations d’insécurité alimentaire dans le pays.

• Les disponibilités alimentaires sont bonnes pour une consommation des ménages adéquate à la faveur d’une production agricole. Les disponibilités sont aussi bonnes dans la zone pastorale grâce à une production fourragère globalement excédentaire, suffisante pour les animaux jusqu’en mars-avril 2021.

• A la faveur d’une production de cultures de rente (niébé, arachide, sésame, oseille…) et de produits animaux et maraichers au-dessus de la moyenne, les ménages gagnent des revenus moyennes. Le pouvoir d’achat des ménages est renforcé par les contributions des activités de main d’œuvre agricole et pastorale et d’auto-emploi dans la majorité des zones de moyens d’existence.

• Les zones affectées par les conflits persistants sont confrontées à une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans la zone nord de la région de Tillabery et Tahoua et d’insécurité alimentaire en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) dans la région de Diffa et le sud de Maradi grâce à l’assistance fournie. Dans la majorité des zones de moyens d’existence, les ménages sont en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) qui va continuer jusqu’en septembre 2021.