Niger

NIGER Perspectives sur la Sécurité Alimentaire, Janvier-Juin 2010

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Suite aux résultats de la campagne agricole et agro?pastorale 2009/10 en baisse par rapport à ceux d'une année normale et de 2008, les disponibilités céréalières sont généralement faibles et plusieurs ménages font déjà recours aux marchés pour leur alimentation. En zones agricole et agropastorale, 80 à 100 pour cent de la nourriture pourrait provenir des achats en fin janvier 2010 contre 5 à 15 pour cent en année normale. Les prix des produits sont déjà hauts et les baisses de la production des cultures de rente (niébé, arachide), principales pourvoyeuses de revenus pour les producteurs, ont significativement réduit le pouvoir d'achat des ménages. Ainsi, on assiste à une exploitation anormalement intense du bétail, de la paille, et du bois comme alternative pour accéder aux revenus et à la nourriture. Les termes de l'échange bétail à céréales, quoique en dessous de la normale, ne sont pas encore préoccupants.

La insécurité alimentaire actuellement modérée va évoluer d'une insécurité alimentaire globalement modérée à haute en janvier?mars vers une insécurité généralement haute en avril?juin dans les zones pastorales et agropastorales suite à un épuisement des réserves alimentaires des ménages, une demande accrue des céréales, une hausse anormalement tôt et intense des prix des céréales, et une diminution des revenus de vente d'animaux suite à la perte d'embonpoint et de la valeur marchande du bétail. Sous l'effet conjugué des difficultés alimentaires, des pratiques culturelles inappropriées et de l'incidence des maladies saisonnières, la situation nutritionnelle des enfants va enregistrer des admissions des cas de malnutrition en augmentation plus importante que la normale, même dans des foyers inhabituelles pour ces conditions.