Niger

Niger Mise à jour sur la sécurité alimentaire : La disponibilité et l’accès alimentaires sont très réduits dans les zones d’insécurité, décembre 2021

Attachments

MESSAGES CLÉS

  • La production agricole et pastorale est déficitaire comparée aux besoins annuels de consommation des ménages. Toutefois, grâce aux stocks céréaliers résiduels et les produits maraichers les disponibilités alimentaires actuelles permettent une consommation alimentaire pour la majorité des ménages des zones de moyens d’existence.

  • Cependant, la baisse de la production agricole dans les zones de conflit et les prix des produits de consommation supérieurs de plus 23 pourcents à ceux de l’année passée en moyenne selon le SIMA (Système d’Information sur les Marchés Agricoles), combinés aux faibles revenus et pouvoir d’achat des ménages pauvres, entrainent une baisse significative de l’accès des ménages pauvres aux aliments.

  • Selon le Cluster Sécurité Alimentaire, l’assistance alimentaire de l’Etat et des partenaires couvre 80 à 100 pourcents des ménages pauvres dans les régions de Diffa et Sud Maradi et moins de 20 pourcents des ménages pauvres dans les régions de Tillabéry et du Nord Tahoua où l’insécurité entrave les activités humanitaires.

  • Les résultats d’une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) prévalent dans les zones non affectées par le conflit car avec les produits des récoltes et les opportunités de revenus, les ménages pauvres (plus de 80 pourcents dans ces zones) ont un accès alimentaire suffisant qui les permet de protéger leurs moyens d’existence. Les résultats de la sécurité alimentaire indiquent cependant, une situation de Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) dans la région de Diffa et le sud de la région de Maradi grâce à l’assistance alimentaire qui permet aux ménages de couvrir leurs besoins alimentaires, et l’insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans la région de Tillabéry et le Nord Tahoua où, en plus des déficits de production agropastorale, les conflits et l’insécurité ont perturbé les activités de moyens d’existence et limité l’accès aux assistances alimentaires.