Niger

Niger: Le respect des droits fondamentaux comme feuille de route des nouvelles autorités

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Presque un an après le coup d'État militaire du 18 février 2010 qui a chassé du pouvoir le président Mamadou Tandja engagé dans une fuite en avant pour se maintenir illégalement au pouvoir, la junte du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) mené par le Général de Corps d'armée, Salou Djibo, a réussi à faire adopter une nouvelle constitution, des nouvelles institutions et à organiser des élections générales.

Dès la mi-2010, la FIDH a mené une mission au Niger pour rencontrer les autorités putschistes, les partis politiques et les organisations de la société civile afin d'appréhender les changements politiques et constitutionnels profonds que le CSRD était en train de mettre en œuvre. Au cours de cette mission, la FIDH est une des rares organisations à avoir pu rencontrer le président déposé Mamadou Tanja en résidence surveillée, et faire l'état des lieux des libertés au Niger.

Au moment où les nigériens vont aux urnes pour élire leurs représentants, y compris, un nouveau président, la FIDH et l'ANDDH reviennent sur la crise politique engagée par Mamadou Tandja, la transition politique menée par la junte au pouvoir depuis presque un an et pointent les défis et adressent des recommandations aux nouvelles autorités qui seront issues des élections afin d'engager le Niger sur le chemin du rétablissement de l'État de droit et l'avènement de pratiques démocratiques apaisées.