Niger : le HCR salue l’adoption d’une loi protégeant les personnes déplacées dans leur propre pays

Report
from UN News Service
Published on 06 Dec 2018 View Original

Le Niger devient ainsi le premier pays d'Afrique à adopter une loi nationale sur la protection et l'assistance des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI).

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays se sont félicités de l'adoption par Niamey d'une loi nationale sur la protection et l'assistance des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI).

Lundi dernier, l'Assemblée nationale nigérienne a voté à l'unanimité pour l'adoption d'une loi nationale sur la protection et l'assistance des PDI au Niger conformément à la Convention de Kampala adoptée par l'Union africaine en 2009 et ratifiée par Niamey en 2012.

« Le Niger continue d'inspirer et de montrer sa solidarité et sa générosité envers ceux qui ont été forcés de fuir. Il est maintenant le premier pays africain à incorporer la Convention de Kampala dans son droit national », a déclaré Alessandra Morelli, la Représentante du HCR au Niger. « Un développement d'autant plus opportun que l'année prochaine marquera le dixième anniversaire de la Convention de Kampala », a-t-elle ajouté.

La loi vise à promouvoir et à renforcer les mesures régionales et nationales visant à prévenir, atténuer et éliminer les conditions pouvant entraîner un déplacement interne. Il prévoit également la mise en place d’un cadre légal relatif à la protection contre le déplacement, ainsi que la protection et l’assistance aux personnes déplacées dans leur propre pays.

Le texte définit les rôles et les responsabilités en matière de protection contre les déplacements internes et fait référence aux solutions durables promu par le HCR, notamment le retour volontaire dans leur lieu d'origine, l'intégration locale sur le lieu du déplacement ou l'installation ailleurs dans le pays.

Plus de 170 000 personnes sont actuellement déplacées à l'intérieur du Niger, principalement dans les régions frontalières de Diffa, Tillabéri et Tahoua. Ce nombre a considérablement augmenté, atteignant 50 000 depuis le début de cette année 2018, en raison de l'insécurité dans les régions frontalières du Mali.

L'adoption de cette loi est le résultat de plusieurs mois de travail collaboratif associant les institutions nationales, le parlement, les autorités traditionnelles et religieuses, ainsi que les organisations nationales et internationales, y compris le HCR, avec le soutien du mandat du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme des personnes déplacées.

Lors de sa mission au Niger en mars 2018, le rapporteur spécial avait salué les efforts déployés par le gouvernement nigérien et encouragé l'adoption d'une loi nationale sur l'assistance et la protection des PDI. Cette recommandation figurait également dans le rapport que Mme Jimenez-Damary avait présenté au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en juin 2018.

Même si le gouvernement nigérien sera le principal responsable de la fourniture d'une assistance d'urgence et d'une protection efficace des personnes déplacées, le HCR a indiqué qu’il se tiendra prêt, avec la communauté humanitaire, à soutenir les efforts des autorités visant à garantir l'accès à une assistance et à une protection adéquate et à rechercher des solutions durables.