Niger

Niger Key Message Update :Insécurité alimentaire davantage préoccupante avec la soudure dans un contexte de COVID-19 et d’insécurité, juillet 2020

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Key Messages:

Les cas confirmés du COVID-19 évoluent de plus en plus à la baisse mais des mesures de lutte contre sa propagation sont toujours en vigueur dont la fermeture des frontières empêchant la main d’œuvre agricole migrante de regagner le pays et provoquant un manque à gagner de revenus pour les ménages pauvres. Aussi, les mesures de distanciation sociale en vigueur continuent d’impacter les travailleurs de maison dans les centres urbains où les employeurs demandent moins le travail domestique dont dépendent certains ménages pauvres dans les milieux urbains.

La crise sécuritaire persiste et de façon volatile avec des incidents sécuritaires faisant des victimes et des mouvements de populations. Les personnes déplacées internes sont estimées à plus de 260 000 personnes en juin 2020 par le HCR contre environ 180 000 personnes à la même période en 2019. Les régions les plus affectées par l’insécurité et ses effets sont Diffa, Tillabéry, Tahoua et Maradi. Suite à cette insécurité et aux mesures sécuritaires, les activités de moyens d’existence et les biens productifs sont perturbés pour les ménages qui se retrouvent en déficit alimentaire car même leur accès est limité pour la distribution de l’assistance alimentaire.

La campagne agricole est définitivement installée dans la zone agricole du pays où les opérations de semis sont terminées dans la totalité des villages agricoles avec toutefois des réductions localisées de superficies semées consécutives à la diminution de la main d’œuvre agricole. Par ailleurs, les pluies tardent à tomber dans la zone pastorale où les effets conjugués du manque de pâturage et les perturbations des circuits de transhumance suite au COVID-19 et l’insécurité civile provoquent une soudure plus longue et difficile pour les animaux et les ménages éleveurs.

L’insécurité alimentaire observée chez les ménages pauvres des zones urbaines est en Minimale (Phase 1 ! de l’IPC) grâce à l’assistance fournie, en Stress (Phase 2 ! de l’IPC) dans la partie Sud de la région de Maradi et dans la région de Diffa grâce l’assistance alimentaire. C’est la Crise (Phase 3 de l’IPC) qui prévaut dans le Nord des régions de Tillabéry et Tahoua du fait de l’insécurité qui perturbe les sources de revenus et de nourriture y compris l’assistance humanitaire. Elle est globalement en Stress (Phase 2 de l’IPC) dans la zone pastorale où des minorités de ménages pauvres sont même en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) à cause des ventes excessives d’animaux y compris les reproducteurs pour faire face aux dépenses alimentaires.