Niger

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, termine sa visite officielle au Niger (2-4 décembre)

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Niamey, 4 décembre 2021

Bonjour à toutes et à tous et merci d'être venus.

Permettez-moi tout d'abord d'exprimer ma sincère gratitude au gouvernement pour son invitation officielle. Nous avons suivi de très près la situation au Niger et dans d'autres pays de la région du Sahel. Il s'agit donc d'une occasion importante de discuter avec les autorités, la société civile et d'autres acteurs, de la myriade de défis importants en matière de droits de l'homme auxquels le peuple nigérien est directement confronté.

Au cours de mes trois jours dans le pays, j'ai rencontré le président Mohamed Bazoum, le premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou, le ministre de la Justice, le ministre des affaires étrangères, d'autres membres du gouvernement et hauts fonctionnaires, ainsi que des chefs traditionnels. J'ai rencontré le président de l'Assemblée nationale, des membres de la Commission nationale des droits humains (CNDH) et un large éventail d'acteurs de la société civile travaillant sur des questions en lien avec le changement climatique, l'esclavage, les droits des femmes, les personnes handicapées, la migration, ou encore la justice. J'ai également eu une réunion avec des officiers de haut niveau des forces conjointes du G5 Sahel.

Les faits et les données révèlent, de manière frappante, un pays avec des défis sur de nombreux fronts : Le Niger est classé 189ème sur 189 pays selon l'indice de développement humain des Nations unies. Plus de 10 millions de personnes, soit près de la moitié de la population (40,8 %), vivent dans une extrême pauvreté. Quelque 3,8 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, dont plus de 1,8 million d'enfants de moins de cinq ans qui ont besoin d'une assistance nutritionnelle. Le changement climatique a eu un impact particulièrement dur sur la région du Sahel, avec des températures qui augmenteraient 1,5 fois plus vite que la moyenne mondiale, des sécheresses et des inondations entraînant une baisse de la productivité agricole et une raréfaction des ressources en eau. Pour ajouter à ces graves défis développementaux et humanitaires, on observe depuis 2015 une infiltration croissante au Niger de groupes armés non étatiques et d'autres acteurs violents en provenance des pays voisins, ce qui entraîne une grave détérioration de la situation sécuritaire et aggrave la situation humanitaire.

Dans le même temps, cependant, le Niger a organisé avec succès des élections locales, parlementaires et présidentielles à la fin de l'année dernière et au début de cette année, qui ont abouti à une transition politique pacifique et démocratique. Le taux élevé de participation politique et le déroulement des élections, malgré les défis considérables décrits ci-dessus, montrent que la réponse du peuple nigérien à l'insécurité croissante est de se rassembler pour garantir et défendre ses droits.

Ce sens de la détermination devrait constituer un réservoir de force pour l'État et l'encourager à relever les défis de front, avec la participation significative des partenaires de tout l'éventail social. Les acteurs de la société civile ont souligné le besoin d’un mécanisme permanent et régulier de consultation populaire. Il est important d’assurer la participation significative des jeunes, des femmes, des divers groupes ethniques et communautaires, ruraux et urbains, et des secteurs marginalisés ou vulnérables de la société - y compris les personnes handicapées.

Je crois savoir que des manifestations doivent avoir lieu demain à Niamey, après que la Cour d'appel de Niamey ait annulé hier la décision initiale des autorités de ne pas autoriser la manifestation. En effet, selon le Comité des droits de l'homme des Nations Unies*, les rassemblements pacifiques créent des opportunités pour la résolution inclusive, participative et pacifique des différends. Au milieu d'une situation aussi complexe, il est particulièrement important que le gouvernement facilite l'exercice des libertés d'expression, d'opinion et de réunion pacifique. J'appelle également les manifestants à exercer leur droit de manière pacifique.

La voie à suivre pour sortir du contexte difficile dans lequel se trouve actuellement le Niger ne peut être tracée avec succès qu'avec une forte participation des femmes aux forums de prise de décision. Une loi imposant des quotas de représentation politique est une mesure bienvenue. Je note qu'environ un tiers des parlementaires nigériens sont des femmes. J'espère que les efforts se poursuivront à cet égard.

Je félicite le gouvernement pour son engagement à retirer ses réserves à la Convention des Nations unies sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, et pour la création d'une commission chargée de réviser le code civil et le code des enfants, afin de faire passer l'âge légal du mariage des filles de 15 à 18 ans. J'ai été particulièrement touchée par la déclaration signée par les chefs traditionnels lors du récent symposium avec le président Bazoum, dans laquelle ils se sont engagés à mettre fin au mariage des enfants, notamment en ne célébrant pas de cérémonies impliquant des filles de moins de 18 ans. J'ai bon espoir que cet engagement historique aura un impact considérable sur des générations de filles et de femmes au Niger. Il est également grand temps de mettre un terme à la pratique de l'esclavage domestique et sexuel, connue sous le nom de wahaya.

L'inégalité entre les sexes, notamment la discrimination dans l’accès é l’éducation, les mariages et les naissances précoces, contribue également à un taux de croissance démographique annuel extraordinairement élevé de près de quatre pour cent. Il s'agit clairement d'un taux insoutenable pour le Niger, compte tenu de la situation humanitaire et des taux de pauvreté que j'ai cités précédemment.

Les chefs traditionnels sont les gardiens de la cohésion sociale, de l'harmonie et de la tolérance religieuse. Ils encouragent le sens de la justice entre les communautés, les familles et les individus. J'ai été impressionnée par leur sens des responsabilités, faisant ainsi avancer la réalisation des droits humains des femmes et des filles, en particulier leurs droits à l'éducation et leurs droits sexuels et reproductifs.

Lors de ma réunion avec les officiers de la force conjointe du G5 Sahel, j'ai été ravie d’entendre l’appel passionné d'un officier en faveur de l'inclusion de plus de femmes dans les forces armées. De part son expérience d’officier militaire - et mon expérience en tant qu'ancienne ministre de la défense- nous voyons la réelle valeur ajoutée des femmes dans les interactions avec les communautés, la médiation, la protection des civils et sur les lignes de front.

Concernant la situation sécuritaire, notamment dans le sud-ouest et l'est du pays, je partage les profondes inquiétudes du Niger. Rien que la semaine dernière, plus de 4 000 personnes ont été déplacées dans la région de Diffa, dans l'est du pays, suite aux attaques et violences qui seraient le fait de groupes armés non étatiques ou d'autres acteurs violents. Ces déplacements s'ajoutent aux 280 818 personnes déplacées internes. Il est impératif que toutes les mesures soient prises pour assurer la protection des civils. Des groupes armés non étatiques et d'autres acteurs violents se seraient livrés à des exécutions sommaires, des extorsions, des enlèvements de garçons et de filles, des pillages, la destruction d'installations fournissant des biens et des services essentiels et d'autres violations et abus graves du droit international. Les communautés qui vivent déjà dans la pauvreté se voient privées de leurs maigres moyens de subsistance.

J'apprécie l'engagement déclaré des autorités nigériennes à respecter les droits de l'homme et le droit international humanitaire lors des opérations de sécurité, qu'elles soient menées par les forces de sécurité intérieure ou par la force du G5 Sahel. Dans un pays touché par une violence et une insécurité aussi graves, la confiance entre les forces de sécurité et la population est essentielle. Pour y parvenir, les forces doivent opérer dans le plein respect de la loi et doivent être tenues responsables de toute violation des droits de l'homme. Comme me l'a dit aujourd'hui un membre de mon équipe, nous devons veiller à ce que les militaires restent les plus grands protecteurs des droits de l'homme. Cette approche sera la plus efficace pour contrer l'extrémisme violent, décourager la radicalisation vers la violence et le recrutement par de tels groupes.

J'exhorte le gouvernement à accélérer les enquêtes sur les cas emblématiques où de graves violations des droits de l'homme auraient été commises, quelle que soit l'affiliation des auteurs. Il s'agit d'une mesure cruciale pour éviter que des violations aussi graves ne se reproduisent.

A titre d’exemple, Je suis préoccupée par le fait que les enquêtes sur l'affaire Inatès semblent être à l’arrêt. Une enquête de la Commission Nationale des Droits humains menée en 2020 a permis de découvrir six fosses communes contenant 71 corps - des victimes d'exécutions sommaires. Le sort de 31 autres personnes qui ont disparu lors des attaques qui auraient eu lieu entre le 27 et 29 mars et le 2 avril 2020 à Inatès, dans la région de Tillabery, reste inconnu. Les efforts de la Commission pour surveiller et enquêter sur ces allégations sont cruciaux et j'espère qu'ils recevront un soutien accru.

Il est rassurant de constater que le gouvernement du Niger s'est, à juste titre et de manière importante, prononcé fermement contre les opérations des groupes dits d'autodéfense ou d'autodéfense. Comme l'a dit un haut fonctionnaire, le fonctionnement de ces groupes ad hoc est mauvais en principe et en pratique. Leur existence aggrave la situation, tel qu’illustré par les attaques à Banibangou, dans la région de Tillabery, où quelque 84 personnes auraient été tuées le 2 novembre dernier. J'exhorte le gouvernement à prendre des mesures pour décourager la formation des groupes d'autodéfense armés, notamment en veillant à renforcer la présence de l'État, et en établissant les responsabilités, de manière transparente, concernant l'incident de Banibangou.

J’ai noté également les efforts encourageants de médiation entre les communautés pour dissiper les tensions et faciliter la reddition volontaire des anciens combattants de Boko Haram - des efforts qui, je l'espère, se multiplieront et s'avéreront efficaces.

La récente décision du Niger d'autoriser les individus et les Organisations Non Gouvernementales à saisir directement la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples est louable. Elle renforce davantage le système africain des droits de l'homme en vue de la protection des droits et devoirs fondamentaux sur le continent.

Le Niger est un lieu important sur les routes migratoires du Sahel, entre l'Afrique sub-saharienne, l'Afrique du Nord et l'Europe. Au cours de ma visite, j'ai rencontré des migrants qui m'ont fait part de leur détresse. J'ai également reçu avec beaucoup d'inquiétude les rapports de mauvais traitements et d'expulsions de Nigériens et d'autres migrants des pays voisins vers le Niger.

Comme l'a déclaré le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des migrants à la suite d'une visite au Niger en 2018, la région doit adopter des stratégies globales pour une migration sûre, ordonnée et régulière. Les droits humains des migrants doivent être protégés tout au long du cycle migratoire. Le système des Nations Unies est prêt à soutenir le Niger dans la révision de la loi 2015-36 qui criminalise le trafic illicite de migrants pour la rendre conforme aux normes internationales. Je félicite aussi le Niger pour sa politique d'ouverture aux demandeurs d'asile et aux réfugiés, malgré les énormes défis socio-économiques intérieurs.

Le changement climatique et la migration requièrent une action et une assistance régionales et internationales pour le Niger. Les menaces sécuritaires dépassent les frontières du Niger et impliquent une réponse coordonnée, avec l'implication constructive de tous les pays de la région, ainsi que de la communauté internationale au sens large.

Un exemple stimulant d'une telle coopération internationale est la Grande Muraille Verte - une initiative climatique de plusieurs milliards de dollars fondée par des dirigeants d'États du Sahel et impliquant 21 pays africains ainsi que de nombreuses autres parties prenantes. Le projet prévoit un reboisement à grande échelle pour mettre fin à la dégradation des terres, avec la participation des communautés concernées, notamment des femmes, et sous la direction des communautés les plus touchées. L'amélioration de la résilience des paysages et des moyens de subsistance sahéliens renforcera sans aucun doute la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels au Niger.

La communauté internationale devrait soutenir le Niger de manière compréhensive afin de faire face à la situation sécuritaire, au changement climatique et aux défis humanitaires et de développement pour l’aider à relever les défis considérables auxquels il est confronté.

Le 9 décembre 2019, nous avons formalisé un accord avec le gouvernement pour établir un bureau de pays des Nations unies pour les droits de l'homme au Niger, avec un mandat complet pour offrir une assistance technique, des conseils, des formations, et pour effectuer un suivi et des rapports. Comme je l'ai dit au gouvernement et au peuple du Burkina Faso lors de ma visite dans ce pays en début de semaine, mon bureau continuera également de renforcer son travail avec ses partenaires au Niger et dans la région, avec le reste de la présence onusienne, sur la promotion et la protection des droits de l'homme pour toutes et tous. Nous renforcerons également notre travail auprès de la Force conjointe du G5 Sahel dans la mise en place de mesures visant à garantir le respect du droit international des droits de l'homme et du droit international humanitaire.

Et je continuerai à plaider au plus haut niveau, auprès des acteurs régionaux et internationaux, pour soutenir les efforts déployés par le Niger pour que les populations puissent vivre dans la dignité et la sécurité.

FIN

* Le Comité des droits de l'homme des Nations unies supervise la mise en œuvre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, que le Niger a ratifié.

Pour plus d’informations ou pour toute demande des médias, veuillez contacter: Rupert Colville + 41 22 917 9767 / rupert.colville@un.org ou Ravina Shamdasani : + 41 22 917 9169 / ravina.shamdasani@un.org

Tag and share
Twitter @UNHumanRights
Facebook unitednationshumanrights