Niger + 1 more

Famine au Niger et en Afrique de l'Ouest

Source
Posted
Originally published
Les faibles récoltes causées par la sécheresse de 2004 et l'invasion de criquets pèlerins ont engendré une pénurie alimentaire grave dans certains pays d'Afrique, en particulier au Niger dont la population est aujourd'hui menacée de famine.

« Le Niger est en déficit sur le plan alimentaire depuis la campagne agricole de 2004 ». Mano Aghali, président de l'association Hed Tamat et partenaire du SPF, lance un cri d'alarme : « La sécheresse et les attaques acridiennes -- les criquets -- sont responsables. Il y a de gros déplacements de populations car les gens ont épuisé les stratégies de survie dans les zones vulnérables. Ils sont passés à un repas par jour, puis ont consommé des plantes sauvages. Après, ils ont vendu leur cheptel, leurs biens et enfin leurs moyens de production ».

Les zones vulnérables se situent principalement dans le nord pastoral où les troupeaux de chameaux, vaches, chèvres et moutons sont en danger. Mais de vastes zones agricoles du Sud sont aussi touchées.

La pauvreté ambiante presque généralisée accentue encore plus la vulnérabilité des populations et les produits de première nécessité deviennent de plus en plus inaccessibles à ces populations.

Début juillet, le Secours populaire a débloqué 15.000 euros afin d'apporter une aide alimentaire d'urgence actuellement distribuée au nord du Niger. Une seconde aide, d'un montant de 40.000 euros, vient également d'être envoyée à notre partenaire local, l'association HED-Tamat.

Dans le cadre du Programme alimentaire mondial (PAM), ce programme d'aide alimentaire d'urgence a pour objectif d'offrir une aide à 70.000 personnes dans trois départements du Nord Niger (Arlit, Tchirozérine, et la région d'Agadez) de juillet à octobre 2005.

Par ailleurs, le SPF et Hed Tamat souhaitent mettre en place un programme important de creusage de puits afin d'améliorer l'accès à l'eau, ressource vitale. Le creusage de puits permet le développement du maraîchage pour contribuer à la diversification de l'activité des populations pastorales afin de renforcer leur capacité propre de réponse aux aléas climatiques.

Notre partenaire lance également un cri d'alarme et demande, en accord avec les directives du gouvernement, des institutions et de la société civile (collectifs et associations), que les fonds prévus pour un projet de banques céréalières avec le Programme alimentaire mondial de l'ONU (PAM) soient immédiatement débloqués afin d'aider au plus vite la population.

La Mauritanie connaît elle aussi une grave crise alimentaire. Le Secours populaire et son partenaire El Karamat ont mis en place un programme d'aide d'urgence alimentaire.

Nous demeurons très attentifs à cette situation qui touche toute une région de l'Afrique de l'Ouest (Niger, Mauritanie, Nord Sénégal, Burkina Faso et Mali).