Niger

Evaluation sur les moyens de subsistance - Réalisée sur les sites de déplacés de la région de Diffa, Août 2020

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RESUME

La région de Diffa connaît depuis 2013 une crise de déplacement prolongée, résultant de l’insécurité liée aux activités de groupes armés non étatiques dans la zone du Lac Tchad. Des milliers de personnes ont été contraintes de fuir depuis le Nigéria vers le Niger, d’autres de se déplacer à l’intérieur des frontières du pays. En mai 2020, le nombre de déplacés dans la région est estimé à 265 617 personnes, avec 102 726 personnes déplacées internes (PDI), 126 492 réfugiés, 34 300 retournés et 2 099 demandeurs d’asile.

Alors que le Niger recensait le premier cas de COVID-19 le 20 mars 2020, la propagation du virus à l’intérieur du pays s’est depuis accélérée, et 1 176 personnes ont été testées positives au COVID-19 à la fin du mois d’août 2020, dans l’ensemble des régions du pays (données du 31.08.2020), dont 7 dans la région de Diffa. L’arrivée du COVID-19 au Niger et les mesures de lutte contre sa propagation, combinées à la grande vulnérabilité des populations vivant dans la zone, risquent de réduire la capacité des ménages de la région de Diffa à subvenir à leurs besoins de base, contribuant de fait à aggraver une crise déjà chronique.

Dans ce contexte, une évaluation de la situation actuelle et des besoins des populations en matière de moyens de subsistance constitue un facteur décisif pour informer la réponse humanitaire. En effet, d’importantes lacunes d’informations existent en ce qui concerne la situation et les besoins en matière de moyens de subsistance des populations, tous statuts confondus, vivant dans des sites de déplacés de la région ainsi que de leur expérience de l’assistance humanitaire. C’est dans ce cadre que REACH a réalisé une collecte de données dans la région de Diffa afin d’obtenir des données visant à informer les acteurs de terrain.

L’évaluation a été financée par le Bureau de la population, des réfugiés et de la migration (BPRM). Elle a pu être réalisée grâce à l’expertise du Cluster Sécurité Alimentaire, du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM), du Système d’information sur les marchés agricoles (SIMA), du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), et des organisations non gouvernementales (ONG) Save The Children, ACTED, Welthungerhilfe (WHH) et Famine early warning system network (FEWS NET).

L’évaluation réalisée dans la région de Diffa a permis d’obtenir des données sur les moyens de subsistance des populations affectées par la crise du Lac Tchad et vivant dans les sites de déplacés de la région. Sur les 161 sites de déplacés et le camp de réfugiés identifiés par la Direction régionale de l’Etat civil, des migrations et des réfugiés (DREC/M-R), 124 sites de déplacés et le camp de réfugiés ont pu être couverts, soit un taux de couverture de 78% au niveau régional. L’évaluation s’est basée sur une méthodologie mixte. Un volet quantitatif a permis de recueillir des données auprès de 313 informateurs clés (IC), représentant les communautés déplacées internes, réfugiées, retournées et non déplacées. En raison des restrictions et des précautions liées à l’épidémie de COVID-19 en cours au moment de l’évaluation, les données ont été collectées à distance, lors d’entretiens téléphoniques avec les IC. Au final, 100 IC ont pu être interrogés pour représenter les personnes non déplacées, 91 pour les personnes réfugiées, 102 pour les déplacés internes et 20 pour les retournés. En complément, des entretiens semi-structurés ont été menés auprès d’experts travaillant au sein de sept structures de l’assistance humanitaire, notamment des ONG et des agences des Nations Unies, sur des programmes concernant les moyens de subsistance des populations vivant dans la région de Diffa, afin d’avoir un aperçu qualitatif de la situation des ménages dans la région. La collecte de données auprès des IC vivant sur les sites de déplacés a eu lieu entre le 25 et le 29 mai 2020. Les entretiens semi-structurés réalisés en parallèle ont été organisés entre le 19 mai et le 26 juin 2020.