Evaluation à mi-parcours de l’Intervention prolongée de secours et de redressement (IPSR) Niger 200961 (Janvier 2017 – Décembre 2019) et de la dernière année de l’IPSR 200583 (Janvier 2014 – Décembre 2016) Rapport d’évaluation

Report
from World Food Programme
Published on 31 Aug 2018 View Original
preview
preview
preview

Résumé

  1. Le présent document constitue le rapport d’évaluation à mi-parcours de l’IPSR 200961 et de la dernière année de l’IPSR 200583. Cette évaluation est commandée par le bureau de pays (BP) du PAM au Niger. Elle couvre l’année 2016 pour l’IPSR 200583 et la période de janvier 2017 à mars 2018 pour l’IPSR 200561. Cette évaluation poursuit des objectifs de responsabilité et d’apprentissage, qui se renforcent mutuellement. Ses conclusions visent à i) éclairer les décisions opérationnelles pour la dernière année d’exécution de l’IPSR 200961 et ii) contribuer à la réflexion relative au futur Plan de stratégie pays (CSP). Les principaux utilisateurs de cette évaluation sont le BP, le bureau régional, le siège et le bureau des évaluations du PAM.

  2. Doté d’une population de 17 millions d’habitants (qui s’accroît au rythme de 3,9% par an1 ), le Niger est un pays enclavé fortement dépendant de l’aide extérieure. Du fait de la conjonction de plusieurs facteurs (aléas climatiques, volatilité des prix, insécurité…), l’insécurité alimentaire est prégnante : de manière chronique, elle touche plus de deux millions de personnes. La malnutrition aiguë affecte chaque année plus d’un million d’enfants, dont au moins 350.000 souffrent de malnutrition aiguë sévère (MAS). Depuis 2012, à travers l’initiative 3N, le Gouvernement a développé une approche intégrée multisectorielle et un cadre institutionnel en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et du développement agricole durable.

  3. L’IPSR 200583 a été mise en œuvre de janvier 2014 à décembre 2016 (budget initial : 1 milliard USD ; ressources mobilisées : 225 millions). Outre la prise en charge (PEC) de la malnutrition aigüe modérée (MAM) et le soutien aux cantines scolaires, cette intervention a déployé une démarche innovante, les transferts conditionnels en faveur des ménages ruraux très pauvres en vue de la création d’actifs durables. L’IPSR 200961, démarré en janvier 2017, s’inscrit dans la continuité de la précédente en termes d’objectifs et d’activités ; elle met un accent particulier sur le développement des capacités des acteurs nigériens (budget initial : 420 millions USD ; ressources mobilisées début 2018 : 105 millions). Les deux IPSR couvrent l’ensemble du pays ; jusqu’en décembre 2017, une opération d’urgence a été mise en œuvre dans la région de Diffa (Regional EMOP 200777).