Diffa: Impact des enlèvements sur la situation humanitaire - Mouvement de population vers Awaridi et Kintchandi

Infographic
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 22 Jul 2019 View Original

CONTEXTE ACTUEL

Les incursions fréquentes des GANE dans la région de Diffa avec leurs corollaires d’incidents (assassinats, enlèvements, vols, pillages, viols), impactent négativement sur la situation humanitaire. Parmi ces incidents de protection rapportés, le phénomène d’enlèvement a pris de l’ampleur depuis septembre 2018. En effet, plus de 70 personnes ont été enlevées dans la region en juin 2019.

Cette situation pousse les populations à développer des stratégies de survie. Entre autres, celle qui consiste à passer la nuit en brousse et revenir la journée vaquer à ses occupations, ou encore à quitter les localités visées pour d’autres plus sécurisées.

Toutefois, les enlèvements qui jusqu’alors se faisaient de nuit ont commencé à se faire de jour. Ainsi, le chef de village de Bague, une localité de la commune de Bosso a été enlevé dans la journée du 18 juillet 2019. Désemparées, les populations ont commencé à déserter les localités ciblées par les éléments des GANE en direction de Diffa et Kintchandi en nombre important.

SITUATION ACTUELLE

En reaction à l’enlèvement du chef de village de Bague, des mouvements de population ont été observés en direction de Diffa et de Kintchandi. En effet dans la journée du 22 juillet 2019, des femmes et des enfants ont été aperçus dans les voitures ou à pieds ralliant le site d’Awaridji à Diffa. Selon les sources communautaires, les femmes et les enfants sont venus en première position ; les hommes suivront.

Au cours de cette même journée, 25 ménages de 151 personnes (79 femmes et 72 hommes) provenant de Kessa-Bassa (commue de Bosso à environ 85 Km au Sud-Est de Diffa) et de Ohor (commune de Gueskerou à environ 55 Km au Sud Est de Diffa) ont été identifiés à Awaridji (Diffa), tandis qu’un autre groupe de 20 ménages provenant de Bassa (Commune de Bosso), Bandi (commune de Toumour) s’est installé sur un site entre Chenal et Kintdjandi à environ 15 Km au Sud-Est de Kindjandi dans la commune de Toumour. Ces chiffres provisoires (source ANDDH) sont susceptibles d’augmenter et restent à être validés par la DREC-CNE/HCR. Notons que ces personnes pour la plupart en sont à leur 2e voire 3e déplacement.

Les raisons avancées, sont relatives, aux enlèvements qui deviennent de plus en plus nombreux et n’épargnent personnes. De même que les cas d’assassinat (un père a été abattu dans la nuit du 17 au 18 juillet à Elhadj-mainari parce que voulant sauver sa fille des éléments du GANE) qui connaissent un accroissement.

Ces enlèvements qui, au départ étaient suivis de demandes de rançon et ciblaient tout le monde, semblent de plus en plus se focaliser sur les femmes et les enfants dont l’âge est quelque fois inférieur à 13 ans.

Il urge que des dispositions soient prises pour éviter que la région de Diffa ne connaisse une une nouvelle forme d’urgence à l’image de celle causée par les deplacements de populations de Gagam, Elhadj-mainari, entre fin Mars début Avril 2019 et qui a pesé lourdement sur les ressources des acteurs humanitaires de la region. Les chiffres de cette urgence, à la dernière mise à jour du 7 juin 2019 étaient de 28,041 personnes pour 6,100 ménages.