Niger

Crise alimentaire au Niger 2005 - Rapport sur la situation humanitaire no. 6

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

15 - 21 août 2005
Evénements Significatifs

Le Secrétaire Général des Nations Unies est attendu en visite au Niger du 23 au 24 août 2005. Il visitera les populations des zones affectées par la crise alimentaire et aura des entretiens bilatéraux avec le Président de la République et le Premier Ministre. Il s'entretiendra avec les services de l'Etat, les ONG et la société civile sur les stratégies de sortie à court et long terme.

2.7 millions de personnes sont en besoins alimentaires d'après les sources du Système d'Alerte Précoce du Niger.

Contexte National

1. Situation alimentaire

Selon le Système National d'Alerte Précoce, le nombre de personnes affectées par la crise alimentaire a augmenté de 2,5 millions à de 2,7 millions. Face à cette augmentation, le DNPGCA, le PAM et les ONGs Plan International et CRS ont coordonné leur « pipeline » et un plan de distribution conjoint (1) a été établi. Ce plan couvre plus de 2.500 villages dans les zones affectées.

2. Situation nutritionnelle

Selon l'Unicef, le nombre d'enfants admis dans les centres de récupération nutritionnelle a été estimé à 18. 000 (2) entre le 1er juillet et le 15 août.

La prise en charge des enfants affectés par la malnutrition se fait au niveau de 156 centres ou programmes opérationnels répartis comme suit:

- 6 CRENI (Centre de récupération nutritionnelle des cas de malnutrition sévère avec des complications médicales),

- 63 CRENAS (Centre de récupération nutritionnelle des cas de malnutrition sévère sans complication médicale)

- 87 CRENAM (Centre de récupération nutritionnelle des cas de malnutrition modérée).

Selon Plan International, une augmentation du nombre des admissions dans l'hôpital de district de Tillaberi (3) a été constatée.

3. Marchés des céréales (4)

Selon le rapport du système d'information sur les marchés agricoles (SIMA) de la semaine du 10 au 16 août, il a été noté une hausse du prix du mil sur l'ensemble des grands centres de consommation. Les relevés hebdomadaires effectués sur les chefs lieux des régions permettent de calculer le prix moyen du sac de mil de 100 kg à 28.785 FCFA, représentant une hausse de 6% par rapport à la semaine précédente. Le SIMA note que les plus fortes variations sont enregistrées sur les marchés de la Communauté Urbaine de Niamey (22% au Complexe), les marchés de Dosso Commune (17%) et de Diffa Commune (13%). Ces hausses sont dues à l'insuffisance de l'offre sur le marché. Par contre, les marchés des communautés urbaines de Zinder et Tahoua ont enregistré une baisse de 8% du prix du mil. Le prix moyen du sac de mil de 100kg a augmenté de 105% comparé à la même semaine de la campagne de commercialisation précédente et de 47% comparé à la dernière campagne déficitaire de 2000-2001.

4. Marchés du bétail (5)

La semaine du 9 au 15 août a été caractérisée par une baisse de l'offre et de la demande pour toutes les espèces par rapport à la semaine précédente. Une tendance à l'amélioration des prix des bovins et des camelins est à relever alors que le prix moyen des autres espèces continuent à se détériorer.

Contrairement à la baisse des prix du bétail, celui du mil est toujours en hausse avec pour conséquence une évolution défavorable des termes de l'échange pour le secteur bétail. Comme constaté au cours de la semaine passée, cette situation traduit une fois de plus la persistance de la crise alimentaire caractérisée par une pénurie de céréales de base.

5. Santé

Au 15 août, 91 cas de choléra et 10 décès ont été enregistrés dans la région de Tahoua. La situation semble être maîtrisée par les structures de santé avec la collaboration de l'OMS. Selon l'OMS, l'affaiblissement général du système immunitaire des enfants causé par la crise alimentaire augmente le risque et la sévérité des épidémies. L'incidence de nombreuses maladies transmissibles pourrait augmenter au cours des semaines à venir en raison de la saison des pluies, du manque d'eau potable et de l'insalubrité dans certaines zones. Le paludisme et les maladies diarrhéiques sont particulièrement à craindre.

6. Phase de sécurité Nations Unies

Le Niger est en phase de sécurité 0 à l'exception d'Agadez qui est en phase 1.

Notes:

(1) Voir tableau du plan de distribution gratuit edes vivres Section 8 réponse sectorielle alimentation.

(2) Sitrep UNICEf n°7.

(3) Sitrep PAM 19 août.

(4) SIMA situation des marchés de céréales de la semaine du 10 au 16 août.

(5) Extrait rapport SIMB du 10 au 15 août 2005.

(en format pdf* - 68 KB)

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.