Bulletin humanitaire Niger, octobre-novembre 2017

FAITS SAILLANTS

  • Le nombre de personnes dans le besoin est passé de 1,9 million en 2017 à 2,3 millions en 2018.

  • Près de 6 000 personnes dans la région de Diffa passent en phase de crise, selon les résultats du cadre harmonisé d’analyse de la vulnérabilité alimentaire.

  • Une moyenne hebdomadaire de 6 000 migrants sortants enregistrée en 2016 contre une moyenne mensuelle de 5 500 migrants sortants en 2017.

  • Près d’une trentaine d’écoles toujours fermées dans la région de Diffa où l’insécurité reste une menace

2,3 millions de personnes auront besoin d’assistance en 2018

La situation humanitaire au Niger reste préoccupante du fait d’une crise marquée par la combinaison de vulnérabilités tant chroniques qu’aiguës. Les déplacements prolongés de populations dans la région de Diffa liés à la crise sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad et l’insécurité grandissante aux frontières avec le Mali contribuent à la dégradation des conditions de vie des personnes vulnérables affectées par la pauvreté, la malnutrition, l’insécurité alimentaire et le faible accès aux services sociaux de base.
L’analyse des besoins des clusters révèle qu’en 2018, près de 2,3 millions de personnes auront besoin d’assistance dans le pays. Ce chiffre est en augmentation de 400 000 personnes par rapport à janvier 2017 en raison notamment d’une hausse de la population dans le besoin dans tous les secteurs, à l’exception de celui des abris et des biens non alimentaires.

Le secteur de la nutrition enregistre une progression importante avec plus d’1,7 million de personnes dans le besoin, soit 250 000 personnes de plus qu’en 2017, pouvant s’expliquer par la prise en compte d’un facteur d’accroissement de la population dans les estimations. Par ailleurs, le nombre de personnes ayant des besoins dans le secteur de la protection a presque triplé, augmentation se justifiant par l’intégration des besoins en protection dans tout le pays à la différence de 2017 où seuls les besoins identifiés dans la région de Diffa étaient considérés.

Des besoins humanitaires plus critiques dans les régions de Diffa et Maradi L’analyse de la sévérité des besoins révèle une situation humanitaire modérée à critique dans près de la moitié des départements du pays, soit 30 départements sur 64.

Le plus grand nombre de personnes ayant besoin d’assistance humanitaire se trouve dans la région de Maradi où près de 452 230 personnes sont dans une situation critique (soit 10 pour cent de la population régionale). Cependant, c’est à Diffa que l’on trouve la proportion de la population la plus vulnérable avec environ 50 pour cent des habitants (soit plus de 419 405 personnes) dans une situation de vulnérabilité critique.

En outre, la région de Diffa compte le plus grand nombre de personnes nécessitant une assistance dans les secteurs de la santé, de la sécurité alimentaire, de la protection, des abris et des biens non alimentaires (BNA) et de l’éducation. La région de Maradi enregistre quant à elle, la prévalence de la malnutrition aiguë la plus élevée tandis que le plus grand nombre de personnes ayant besoin d’assistance en eau, hygiène et assainissement se trouve dans la région de Tillabéry. Cliquez sur le lien suivant pour accéder à l’aperçu des besoins humanitaires pour 2018 http://bit.ly/2ApC0yl.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.