Niger

Analyse de genre sur la santé sexuelle et reproductive : Niger - Maradi (juillet 2021)

Attachments

Par Marthe Diarra Doka

Introduction

L’objectif de cette analyse est de donner des recommandations pour la conception des activités du projet afin de garantir que l’intervention s’inscrive dans le «Do no harm» (Ne pas causer des préjudices), et prenne en compte les raisons et les influences les plus profondes sur les comportements et les choix des personnes.

Le consortium en charge du projet représente un partenariat pionnier qui testera des approches innovantes, durables et évolutives pour atteindre certains des groupes les plus marginalisés du monde avec des services complets relatifs à la santé et aux droits sexuels et reproductifs (SDSR). Face aux chocs permanents auxquels sont confrontés les groupes vulnérables dans les milieux fragiles et affectés par le changement climatique, cette approche globale du projet ASPIRE est fondée sur un cadre de résilience. Alors que le monde en développement est de plus en plus touché par le changement climatique et les crises humanitaires, le renforcement de la résilience devient une priorité essentielle si l’on veut permettre aux groupes vulnérables de s'adapter et de mener une vie saine et épanouie, dont l'accès à des services de santé sexuelle et reproductive (SSR) de qualité est une composante essentielle.

Les questions spécifiques que le consortium (dirigé par MSI Reproductive Choices, et dont CARE est l’un des partenaires) cherche à comprendre dans le cadre du nouveau projet multi-pays au Niger, Ouganda et Madagascar sont :

  1. Le dynamiques sociales, culturelles, financières / économiques, logistiques et comportementales qui influencent l'accès aux droits de la santé sexuelle et reproductive - en particulier les normes sociales pour les personnes de tous genres ;
  2. Les opportunités d’appuyer le partage d'informations, des services et des matériels accessibles pour les personnes de genres et d’âges différents afin de répondre à leurs besoins en matière de santé sexuelle et reproductive ;
  3. Si et comment les normes concernant la SSR interagissent avec les normes et attitudes sociales et de genre qui ont un impact sur la capacité des personnes de tous genres à renforcer leur résilience (par exemple, accès à la terre et aux ressources, prise de décisions économiques, travail rémunéré et non rémunéré, etc.)

Après deux ans de cocréation, la phase de lancement du programme se déroule de Octobre 2020 à Juin 2021. Pour informer les décision clé de la conception du projet, CARE devra conduire une analyse de genre pour comprendre les dynamiques de genre autour de la santé sexuelle et reproductive, y compris les barrières à l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive, et ensuite présenter les résultats au consortium.