Afrique de l’Ouest et du Centre: Aperçu humanitaire hebdomadaire (7 - 13 novembre 2017)

Infographic
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 14 Nov 2017

NIGER
L’ÉDUCATION MENACÉE PAR L’INSÉCURITÉ À DIFFA

Suite au meurtre d'un de leurs collègues à la fin du mois d'octobre, les enseignants de la région de Diffa, dans le sud-est du pays, ont demandé, le 4 novembre, au gouvernement, d'améliorer la sécurité dans les écoles hautement exposées au risque d'attaques de Boko Haram. Ils ont souligné que la menace persistante d'attaques pourrait perturber l'apprentissage dans cettezone frappée par une urgence humanitaire sans précédent. Six attaques contre des écoles ont été enregistrées depuis le début de l’année. Actuellement, 30 écoles sont encore fermées dû à l'insécurité.

PREMIERS RÉFUGIÉS ÉVACUÉS DEPUIS LA LIBYE

Vingt-cinq réfugiés ont été évacués le 12 novembre depuis la Libye vers le Niger, dans une première initiative du genre selon le HCR. Le Niger a accepté d'accueillir 15 hommes, six femmes et quatre enfants d'Érythrée, d'Éthiopie et du Soudan jusqu'à ce que leurs demandes de réinstallation soient traitées. L'agence pour les réfugiés a enregistré environ 43 000 réfugiés et demandeurs d'asile vivant en Libye. La réinstallation des réfugiés directement de Libye est difficile car de nombreux pays ont fermé leurs ambassades à Tripoli. Le HCR espère effectuer davantage d'évacuations à l'avenir avec le soutien des gouvernements libyen et nigérien.

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
5 000 NOUVEAUX DÉPLACÉS SUITE AUX VIOLENCES À BATANGAFO

Les affrontements entre groupes armés qui ont eu lieu du 7 au 9 novembre, aux alentours de la ville de Batangafo, dans le nord du pays, ont contraint 5 000 personnes à fuir vers la ville. Les dernières violences ont porté à 36 000 le nombre de personnes déplacées dans la région. La nourriture et les articles ménagers de base sont les besoins urgents des nouveaux déplacés. Le pays connaît une flambée de violence depuis plusieurs mois, avec de nouveaux lieux de tensions et des affrontements récurrents dans plusieurs régions.

SAO TOMÉ ET PRINCIPE
AUGMENTATION DESCAS DE CELLULITE NÉCROSANTE

Une augmentation des cas de cellulite nécrosante, qui est apparue en septembre 2016, a été observée depuis la fin août 2017. L'OMS a signalé le 10 novembre qu’au cours de la semaine se terminant le 5 novembre, 29 cas avaient été enregistrés et 36 la semaine précédente. Depuis le début de l'éclosion, 2 241 cas ont été signalés mais aucun décès n’est jusqu’à présent survenu. La surveillance améliorée et l'amélioration du traitement ont vu un déclin des incidents. L'OMS a demandé une enquête sur les nouveaux cas qui ont coïncidé avec la saison des pluies. La cellulite nécrosante est une infection bactérienne mangeuse de chair.

TCHAD
NOUVEAU SONDAGE D’OPINION DES PERSONNES AFFECTÉES

La communauté humanitaire a mené, à la fin du mois d’octobre, une nouvelle enquête pour inclure les points de vue des communautés affectées dans les programmes d'intervention humanitaire. Environ un tiers des personnes déplacées, des rapatriés et des membres de la communauté d'accueil interrogés ont déclaré être très satisfaits de l'aide reçue. Les autres ont été partiellement satisfaits. Les attentes pour 2018 comprennent l'amélioration de la qualité de l’aide reçue, l'accès à cette assistance dans des conditions sûres, la pertinence et la rapidité des actions de soutien apportées. L'étude a été réalisée dans la région ouest du Lac et dans le sud du pays.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.