Birmanie : la coopération au cœur des projets d’accès à l’eau

Report
from Première Urgence Internationale
Published on 22 Mar 2013 View Original

Bonne nouvelle ! L’objectif du Millénaire pour le développement n°7 a été atteint avant l’échéance de 2015 :

CIBLE 7.C - Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base.

Pourtant, certaines données sonnent, pour PU-AMI, comme des injonctions et les équipes doivent poursuivre et développer leurs actions.

En effet,

  • 780 millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable,

  • Près de 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement appropriés. Les risques de contamination de l’eau sont alors accrus,

  • 6 à 8 millions de personnes meurent chaque année des suites de catastrophes et de maladies liées à l’eau, dont 1,5 million d’enfants de moins de cinq ans à cause de simples maladies diarrhéiques. (Source : UN Water)

Pour la Journée mondiale de l’eau ce 22 mars, la coopération dans le domaine de l’eau est soulignée et les initiatives remarquables sont valorisées. C’est dans une démarche de coopération que PU-AMI mène, en étroite collaboration avec les communautés locales, des activités pour pallier le manque d’accès à l’eau potable et améliorer les infrastructures hydriques, notamment en Birmanie, dans trois zones vulnérables situées dans le sud de Rangoun.

Pour plus de 378 000 habitants dans le pays, les équipes réhabilitent des bassins de rétention d’eau, développent des moyens de collecte et de stockage d’eau de pluie, et distribuent des filtres à près de 2 000 familles afin qu’elles puissent améliorer la qualité de l’eau qu’elles consomment.

Des latrines en bambou sont aussi construites dans les foyers les plus vulnérables pour améliorer les conditions sanitaires et éviter la prolifération de bactéries susceptibles de contaminer l’eau.

En parallèle, les équipes de PU-AMI organisent des sessions de sensibilisation à l’hygiène et à la santé, relayées ensuite par les participants au sein même de leur communauté. En effet, une part importante du projet repose sur la mobilisation de membres des communautés, qui sont impliqués dans la réalisation et le suivi de tous les projets, et reçoivent des formations pour être en mesure d’entretenir les installations. Cette coopération, tant avec les communautés bénéficiaires qu’en lien avec les politiques nationales développées dans le pays, est essentielle pour la réussite et la pérennité de chaque projet.

L’impact sanitaire a été significatif et relevé lors des différentes évaluations externes réalisées depuis ces dix dernières années. Malgré tout la situation reste fragile. Le projet en cours basé sur une approche communautaire est ainsi orienté vers les plus vulnérables en intervenant directement dans les foyers identifiés.

Depuis 2003, PU-AMI met en place des projets de santé, d’eau et assainissement, et de sécurité alimentaire en Birmanie. Les actions menées ces dernières années en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement ont permis dans les zones ciblées, la mise en place de 1 000 latrines, et plus de 70 000 personnes ont bénéficiées de sessions d’éducation à l’hygiène dans les quartiers de Dala et Seikkyi. Les relations avec les communautés reposent sur une confiance mutuelle rendue possible par la présence de PU-AMI dans ces zones depuis plus de dix ans. La population a bénéficié de la construction, lors de projets précédents, d’infrastructures qui ont durablement changé les conditions de vie quotidienne de la majorité d’entre eux.

Plus d’information sur les activités de PU-AMI en Birmanie