Mozambique

Action contre la Faim tente de prévenir les risques d'épidémies dans la région de Sofala

Source
Posted
Originally published
Après avoir été frappée de plein fouet par les cataclysmes de février, la population mozambicaine est aujourd'hui menacée par de nouveaux fléaux, le choléra et la malaria. Afin prévenir les risques d'épidémies dans la province de Sofala, les volontaires d'Action contre la faim travaillent sans relâche pour permettre aux populations sinistrées de disposer le plus rapidement possible d'une eau saine, de produits d'hygiènes et de moustiquaires.
A peine arrivé à l'aéroport de Maputo, le fret de plus de 4 tonnes de matériel hydraulique - bladders, tanks, produits pour la chloration de l'eau, bornes fontaines... - a été envoyé sur Beira, où est basée l'équipe d'Action contre la Faim. Les hydrauliciens de l'association ont lancé en urgence un vaste programme d'approvisionnement en eau potable. Depuis lundi, ils procèdent à la réhabilitation d'une quinzaine pompes manuelles sur Buzy, chef-lieu d'un district particulièrement touché par les inondations. Des distributions d'eau potable ont également commencé auprès de 7000 personnes réfugiées dans la ville.

Par ailleurs, Laurent Romagny, chef de mission, a pu survoler les districts de Machanga, Buzy et Chibabava, traversés par les rivières Savé et Buzy... Son témoignage est alarmant : dans ces régions éloignées de la capitale et difficiles d'accès, une grande partie de la population n'a, jusqu'à ce jour, pas encore été secourue... Les personnes qui ont été évacuées par hélicoptère étaient souvent des jeunes gens et des hommes capables de monter sur les toits ou les arbres. Que sont devenus les plus faibles, personnes âgées ou enfants, restés plusieurs semaines sans eau et sans nourriture ? De la ville de Machanga, qui comptait avant les inondations près de 20 000 habitants, il ne reste que quelques îlots boueux, sur lesquels se sont réfugiés les rescapés.

Aujourd'hui, la décrue s'est amorcée, et l'on commence à découvrir les corps des victimes. Laurent Romagny parle d'une centaine de cadavres, rien que sur Machanga. Il y a fort à craindre que ce nombre augmente dans les prochains jours...

Les volontaires d'Action contre la Faim, en étroite collaboration avec un personnel local, se mobilisent et étudient toutes les possibilité pour venir en aide, de toute urgence, et dans des conditions extrêmes, à ces populations en état de survie.

Action contre la Faim lance un appel aux dons, qui peuvent être envoyés à :

Action contre la Faim, "Urgence Mozambique"

4, rue Niepce - 75 014 Paris

Contacts presse

Marianick Ithurralde, 01 43 35 88 42 - mi@acf.imaginet.fr

Cécile Join-Lambert, 01 43 35 88 43 - cjl@acf.imaginet.fr