Mauritania + 3 more

Rapport mensuel sur la sécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l'Ouest 31 juillet 2004

Attachments

I. RESUME

De bonnes conditions climatiques consacrent le démarrage effectif et satisfaisant de l'hivernage 2004/05 dans les principales zones agricoles. L'écart entre les quantités de pluies enregistrées en Juillet 2004 et leur moyenne historique indique une pluviométrie globalement excédentaire au Sahel. Par contre, dans les pays du Golfe de Guinée et le Sud du Nigeria), les déficits pluviométriques ont persisté en Juillet en atteignant par endroits des écarts par rapport à la moyenne de 200 voire 300 mm. Grâce aux bonnes conditions climatiques, les semis des cultures sèches (mais, mil, sorgho et fonio), de riz pluvial et du coton sont terminés dans la majorité des zones agricoles et connaissent un bon développement végétatif.

Cependant, la menace du péril acridien persiste et se précise au fur et à mesure que les conditions agroclimatiques sont bonnes et que la migration des essaims de criquets pèlerins de leurs aires de reproduction printanière (Nord-ouest de l'Afrique) vers les zones de reproduction estivale (dans plusieurs pays du Sahel) s'intensifie. Pendant le mois de juillet, des essaims gigantesques en provenance du nord-ouest de l'Afrique ont envahi la Mauritanie, le Sénégal, le Mali et le Niger perturbant l'allure jusque là bonne, de la campagne agricole 2004/05. Les reproductions attendues au cours des prochaines semaines entraîneraient la formation, à partir de la mi-septembre, de nouveaux essaims qui menaceraient les cultures en phase de reproduction ou maturité/récolte. Une invasion des cultures à ces stades entraînera une chute drastique des productions agricoles au Sahel. Plusieurs pays affectés ne disposent pas de ressources suffisantes et attendent toujours les réponses aux requêtes adressées aux donateurs. Jusqu'ici, quelque 9 millions de dollars ont été octroyés par la FAO et les bailleurs de fonds, notamment l'Espagne, les Etats-Unis, la Communauté européenne, la Corée du Sud, l'Italie et la Norvège. Au cours de la récente réunion ministérielle d'Alger à laquelle neuf pays d'Afrique de l'Ouest avaient participé, un plan d'urgence pour lutter contre les criquets pèlerins a été adopté et estimait les besoins de lutte selon deux scénarios à 58 et 83 millions de dollars en fonction du niveau de détérioration de la situation. Plus de 1,7 million d'hectares ont été traités contre le criquet pèlerin, ce qui porte à quelque 6,5 millions d'hectares le total traité dans les pays affectés d'octobre 2003 à fin juillet 2004.

Malgré dans certains cas, une hausse saisonnière normale, le prix moyen du mil en juillet 2004 est inférieur à celui de 2003 au même moment et aussi à la moyenne des cinq dernières années sur la majorité des marchés.

(pdf* format - 514 KB)